L'admission des médecins respectera des règles plus strictes

SantéLe Conseil fédéral suit Alain Berset: il y a lieu d’agir pour réguler le nombre de médecins autorisés à pratiquer.

Le gouvernement préconise des mesures à trois niveaux, poursuivant deux buts: élever les exigences de qualité imposées aux médecins autorisés à pratiquer et maîtriser les coûts.

Le gouvernement préconise des mesures à trois niveaux, poursuivant deux buts: élever les exigences de qualité imposées aux médecins autorisés à pratiquer et maîtriser les coûts. Image: KEYSTONE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un serpent de mer de la politique sanitaire resurgit à la veille de la pause estivale. Faut-il réguler l’admission de nouveaux médecins en Suisse, et si oui comment? Alain Berset a convaincu le Conseil fédéral d’agir. Le gouvernement préconise des mesures à trois niveaux, poursuivant deux buts: élever les exigences de qualité imposées aux médecins autorisés à pratiquer et maîtriser les coûts.

La médecine ambulatoire est dans le viseur. Chaque nouveau spécialiste installé coûte 500 000 francs en moyenne à l’assurance-maladie obligatoire, a calculé Santésuisse. La libre circulation des personnes a favorisé la venue d’un grand nombre de médecins étrangers dans notre pays. Par ailleurs, il existe trop de spécialistes dans certaines régions, alors que la pénurie menace dans d’autres. Deux motifs d’agir, estime le Conseil fédéral.

De nouveaux chiffres mis à jour par l’Office fédéral de la statistique montrent que la fin du moratoire sur les cabinets, en 2012, a entraîné une hausse significative de la densité de spécialistes surtout dans les zones urbaines. Dans le canton de Vaud, par exemple, la densité de 3,7 médecins pour 1000 habitants a passé à 4,15, soit un bond de 12%.

Rude bataille

La bataille fait rage sur le choix de l’instrument pour ajuster l’offre médicale aux besoins. Certains ne croient qu’au marché; d’autres veulent que l’Etat assume son rôle d’arbitre. La Conférence des directeurs cantonaux de la santé soutient l’approche du Conseil fédéral. «Ceux à droite ou chez les assureurs qui ne comprendraient toujours pas qu’il nous faut une capacité de réguler les arrivées et les installations sont de dangereux irresponsables», soutient le Vaudois Pierre-Yves Maillard.

Alain Berset croit avoir trouvé l’œuf de Colomb. Il agit d’abord en élevant les exigences minimales pour l’autorisation à ouvrir un cabinet. Formation, qualification et connaissances linguistiques sont visées. Ce volet sera le moins contesté du paquet.

Deuxième niveau d’action, Alain Berset reprend une exigence des assureurs: il veut soumettre les médecins autorisés à pratiquer à des critères de qualité obligatoires. Nouveaux médecins et médecins déjà admis, tous devront participer à des programmes de qualité et à des systèmes d’annonce d’erreur, mais aussi s’engager à livrer des données sur leur activité. Les médecins vont y voir une intrusion de l’Etat dans leurs affaires et une menace pour leur indépendance.

Troisième mesure, la Confédération cède aux cantons la compétence de fixer les nombres de médecins spécialistes admis à pratiquer sur leur territoire. L’argument: ils sont les mieux placés pour évaluer les besoins de leur population, et donc fixer des plafonds par spécialité. En cas de hausse massive des coûts de la médecine ambulatoire sur son territoire, le canton qui le souhaite pourra bloquer l’admission de tout nouveau fournisseur de prestations.

Satisfaction valdo-genevoise

C’est ce que réclament depuis des années les deux patrons de la Santé vaudois et genevois, Pierre-Yves Maillard et Mauro Poggia. «Le projet me va en gros, il pourrait être un peu simplifié», réagit le premier. «Le simple constat d’une densité sensiblement plus grande dans un canton par rapport à la moyenne nationale devrait suffire à légitimer une intervention du canton.»

«Le projet me va en gros, il pourrait être un peu simplifié»

Ce nouveau régime, s’il passe la rampe du Parlement, mettra fin à une situation transitoire. La possibilité de geler l’ouverture de nouveaux cabinets existe mais elle est temporaire, donc fragile. La dernière prolongation de ce régime court jusqu’au 30 juin 2019. C’est le délai qu’a le Parlement, face à ses responsabilités, pour légiférer. (TDG)

Créé: 05.07.2017, 19h29

Articles en relation

Cabinets médicaux: Berset ne mâche pas ses mots

Santé Le ministre fédéral de la santé analyse pour la première fois à tête reposée la fin du moratoire sur les cabinets médicaux. Plus...

«Le médecin doit partager ses responsabilités»

Qualité des soins Les médecins de famille plaident pour plus d’échanges avec les autres acteurs de la santé. Plus...

Berset met les médecins au régime tarifaire strict

Santé Des spécialistes, comme les ophtalmologues, gagneront moins. Economie prévue pour le nouveau tarif: 700 millions. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Tessin uni derrière Cassis
Plus...