Une pétition presse Federer d'agir. Visé, Credit Suisse répond

ClimatAprès une première vague de tweets très suivis, les activistes suisses pour le climat lancent une pétition intitulée «Roger, réveille-toi!»

Lors des Credit Suisse Awards en 2017, Roger Federer recevait le trophée du sportif de l'année.

Lors des Credit Suisse Awards en 2017, Roger Federer recevait le trophée du sportif de l'année. Image: Urs Jaudas

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les activistes du climat font monter la pression sur Roger Federer et Credit Suisse, alors que la sentence concernant leur action va tomber aujourd'hui dans leur procès avec la banque au tribunal de Renens. Douze jeunes avaient transformé une succursale de la banque en court de tennis en novembre 2018. Une deuxième salve de tweets #RogerForClimate prie cette fois le champion de tennis de passer à l'action. Roger Federer avait répondu à la première campagne de tweets du 8 janvier #RogerWakeUpNow en déclarant samedi vouloir «utiliser cette position privilégiée pour dialoguer sur ces questions importantes avec mes sponsors». Il était exhorté par des militants climatiques vaudois à demander au Credit Suisse de sortir des énergies fossiles. L’histoire a fait le tour du monde.

«Le Credit Suisse ne répond pas aux lettres qu’on lui envoie», relève Asti Roesle, la chargée de campagne de Greenpeace, cité dans un communiqué des activistes pour le climat. C'est pourquoi ils se sont adressés à son ambassadeur, Roger Federer. Le 8 janvier, dès 10 h 10, #RogerWakeUpNow était le hashtag le plus fréquent en Suisse. Carola Rackete et Greta Thunberg notamment ont relayé le tweet lançant la campagne médiatique mondiale. Le «New York Times», mais aussi «L’Équipe» en France, «Gente» en Espagne ont repris l’information. Dans une vidéo, un ex-directeur du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), un banquier, s'adresse à lui.

Les activistes estiment dans ce communiqué que le Credit Suisse est la banque helvétique qui a la plus mauvaise politique d’investissements en matière d’énergie fossile. C’est cette banque qui accompagne l’entrée en Bourse de Saudi Aramco depuis décembre 2019, l’opération la plus importante jamais enregistrée au niveau mondial. C’est elle aussi qui a financé Adani corporation, très actif dans les centrales à charbon, à hauteur de plus de 200 millions USD entre 2014 et 2018. La banque est un soutien charnière de l'industrie de la fracturation du gaz du Texas. Ce goût du pétrole s’explique lorsque l’on sait que son principal actionnaire est le fonds souverain du Qatar.

Dans une pétition en ligne intitulée RogerReveilleToi.ch, les activistes demandent à Roger Federer de se renseigner sur la crise climatique et la perte majeure de la biodiversité et de demander aussi fermement que possible au Credit Suisse «de désinvestir du gaz, du charbon et du pétrole, tant pour les projets que pour les entreprises». Ils exigent que le Bâlois retire son partenariat avec le Credit Suisse si ce dernier décidait de ne pas l'écouter. Cette pétition a obtenu plus de 7890 signatures à l'heure où nous écrivons ces lignes.

Créé: 13.01.2020, 12h03

Credit Suisse répond aux critiques

Credit Suisse a réagi lundi aux critiques émanant des milieux écologistes. La banque souligne non seulement les efforts qu'elle déploie pour empêcher le réchauffement climatique, mais aussi le rôle central que joue l'industrie financière dans la transition de l'économie et la sortie des énergies d'origine fossile.

«Le réchauffement climatique est un fait et doit être combattu», clame la banque aux deux voiles dans une prise de position écrite, fustigeant la «campagne publique actuelle» menée à son encontre, qui selon elle propage de fausses informations et ignore les faits.

Et de rappeler la récente annonce de ne plus financer de nouvelles centrales électriques au charbon, ainsi que son engagement pour l'octroi de crédits en phase avec les objectifs de l'accord de Paris sur le climat. Le numéro deux bancaire helvétique assure collaborer avec ses clients afin de les aider dans la transition et la transformation de leurs modèles d'affaires.

Credit Suisse tient en outre à préciser une phrase de son directeur général (CEO) Tidjane Thiam, reprise par les activistes, selon laquelle «toutes les incertitudes causées par des événements disruptifs présentent aussi des opportunités», tirant un parallèle avec le réchauffement climatique.

La banque tient à souligner que le propos, tenu lors d'un congrès d'investisseurs en 2018, a été entièrement sorti de son contexte, puisqu'il se référait aux dysfonctionnements occasionnées par les technologies et la fintech.

Bras de fer médiatique

La banque prend ainsi position dans l'escarmouche médiatique qui oppose son ambassadeur tennistique Roger Federer à la jeune activiste pro-climat Greta Thunberg. L'adolescente suédoise avait partagé un tweet du groupe «350.org» critique à l'endroit de la star bâloise en raison de ses liens avec Credit Suisse, dénoncé pour le financement de centrales à charbon et autres énergies fossiles.

L'icône du tennis mondial, dont l'image est associée à celle de la banque depuis 2009, s'était fendu d'un communiqué où il soulignait «prendre très au sérieux les impacts et la menace du changement climatique, d'autant plus que ma famille et moi arrivons en Australie au milieu des ravages causés par les feux de forêts».

«J'apprécie les rappels concernant ma responsabilité en tant que particulier, en tant qu'athlète et en tant qu'entrepreneur, et je m'engage à utiliser cette position privilégiée pour dialoguer sur des questions importantes avec mes sponsors», avait-il ajouté. Il a par ailleurs annoncé son intention de faire un don en faveur des sinistrés des incendies qui ravagent l'Australie.

La semaine dernière, un groupe d'activistes du climat est passé devant la justice à Lausanne. Ces membres de Lausanne Action Climat sont notamment accusés de violation de domicile et de manifestation sans autorisation. En novembre 2018, ils avaient fait irruption dans les locaux de Credit Suisse à Lausanne grimés en tennismen, afin d'interpeller Roger Federer. (ats/nxp)

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Votation: faut-il taxer les chiens?
Plus...