Une déferlante Verte s'abat sur le canton de Zurich

PolitiqueÀ sept mois des élections fédérales, les écologistes réalisent un carton au parlement zurichois et l’UDC est giflée.

Martin Neukom (Verts) a de bonnes raisons de sourire avec la présidente des Verts, Marionna Schlatter-Schmid : les partis écologistes comptent désormais autant d'élus que le parti au parlement zurichois.

Martin Neukom (Verts) a de bonnes raisons de sourire avec la présidente des Verts, Marionna Schlatter-Schmid : les partis écologistes comptent désormais autant d'élus que le parti au parlement zurichois. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

On s’attendait à une vague, c’est un tsunami. Les Verts et les Vert’libéraux sont les grands vainqueurs des élections cantonales zurichoises. Les deux forces gagnent 9 sièges chacune pour compter à eux deux 45 fauteuils (23 aux Verts libéraux, 22 aux Verts) sur 180 au parlement zurichois. Les sondages prédisaient un score supérieur à 2%, c’est au final une progression de plus de 5% pour les deux partis. Presque tous les autres partis perdent des plumes: le PBD disparaît corps et biens, tandis que l’UDC subit une véritable déconfiture (–9 sièges). S’il est toujours le premier parti du parlement zurichois, le parti agrarien compte désormais autant d’élus que les deux forces écologistes. Ce résultat marque aussi la fin de la majorité bourgeoise au Grand Conseil.

Cliquer ici pour agrandir

Présenté comme un véritable test à sept mois de renouveler le parlement fédéral, le scrutin zurichois présage-t-il d’un électrochoc de même intensité au niveau national cet automne? L’histoire parle en tout cas en ce sens. Chez les principaux gagnants, forcément, on aimerait y croire. Vice-présidente des Verts suisses et conseillère nationale, la Genevoise Lisa Mazzone se dit même surprise. «Je ne m’attendais pas à un tel résultat, même si la tendance était marquée depuis plusieurs élections cantonales. Les manifestations pour le climat ont vraiment eu un effet mobilisateur, face à l’urgence climatique, au-delà de la présence marquée de cette préoccupation.» On ne saurait pourtant déceler une véritable mobilisation des votants puisque la participation (33%) est stable par rapport à 2015.

«Une prise de conscience»

Cependant, le score est d’autant plus impressionnant que rien de tel n’était perceptible il y a quatre ans. Car à Zurich comme sous la Coupole fédérale, les forces écologistes avaient perdu des plumes en 2015. Verts et Vert’libéraux lâchaient même 11 sièges à Zurich. Avec le score de ce dimanche, ils font donc bien mieux que de compenser cette perte. Autre source de satisfaction pour Lisa Mazzone, la progression ne se fait pas au détriment de la gauche, alliée sur les questions climatiques.

«La prise de conscience climatique est en marche, se réjouit Isabelle Chevalley, vice-présidente des Vert’libéraux et conseillère nationale vaudoise. Et il n’y a pas de raison que cela change d’ici à cet automne. Il nous faut désormais vraiment mobiliser les gens qui ne votaient pas mais qui sont préoccupés par cette question du climat. La peur a changé de camp.»

L’UDC chute dans son fief

Les sueurs froides, justement, l’UDC a dû en ressentir quelques-unes à la lecture de ces résultats. On savait l’alliance bourgeoise avec le PLR bancale et le parti agrarien avait même multiplié les attaques en fin de campagne, notamment sur le soutien à l’accord-cadre avec l’Union européenne. En ne lâchant que deux sièges, le PLR limite les dégâts et c’est bien l’UDC qui, avec la perte de 9 fauteuils, fait figure de grand perdant – qui plus est dans le fief de sa ligne dure.

Là encore, les sondages n’avaient pas vu l’ampleur de la défaite, prédisant une perte de 1,8% aux démocrates du centre. Les conséquences pourraient être lourdes pour le premier parti de Suisse. Le politologue Georg Lutz affirmait dans nos colonnes jeudi dernier que «le perdant de ces élections zurichoises traîne une image de loser jusqu’aux fédérales». Manfred Bühler, conseiller national UDC bernois, reconnaissait dimanche soir sur les ondes de la RTS qu’il «faudra travailler très dur jusqu’aux élections d’octobre». Et de fustiger l’espace médiatique «énorme accordé aux manifestations sur le climat». Il ajoute qu’il s’agira de montrer «à quoi mène la politique menée par les Verts et Vert’libéraux sur les porte-monnaie et sur la vie des gens».

Créé: 24.03.2019, 20h04

Au Gouvernement, le PLR coule, l'UDC se sauve

Si la poussée verte était attendue au parlement, elle constitue une sensation au Conseil d’État zurichois. Les Verts font en effet leur retour au gouvernement. Leur candidat Martin Neukom a été élu dimanche en 6e position, derrière les cinq sortants qui se représentaient, déjouant du même coup tous les pronostics. Même dans le camp des Verts, on parle d’une véritable surprise.

Le PLR perd ainsi l’un de ses deux sièges à l’Exécutif zurichois. Thomas Vogel n’a pas réussi à défendre le fauteuil laissé vacant par Thomas Heiniger. S’il n’est pas le grand perdant de la vague verte au Grand Conseil, le PLR en fait lourdement les frais au Conseil d’État. Dans les deux cas, l’alliance bourgeoise ne semble plus porter ses fruits.

Le pari est en revanche gagné, de justesse, par la conseillère nationale Natalie Rickli (7e), qui est élue pour 8000 voix devant Thomas Vogel. Elle reprend le siège UDC laissé vacant par Markus Kägi. Après Vaud et Thurgovie, Zurich devient du même coup le troisième canton du pays à être gouverné par une majorité féminine.

Articles en relation

À Zurich, un test grandeur nature avant les fédérales

Elections Le canton renouvelle ses autorités dimanche. L’UDC est en délicatesse tandis que les Verts et Vert’libéraux ont le vent en poupe. Plus...

Les Verts sont aux portes du Conseil fédéral

Politique À sept mois des élections fédérales, les écologistes réalisent la plus forte progression et talonnent le PDC. Vont-ils le dépasser? Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.