Un recruteur de djihadistes devant le Tribunal fédéral

JusticeUn adepte de l’Islam radical sera jugé la semaine prochaine à Bellinzone. L’homme a approché une dizaine de personnes.

Le tribunal pénal fédéral de Bellinzone.

Le tribunal pénal fédéral de Bellinzone. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Vendredi 18 août, le Tribunal pénal fédéral de Bellinzone jugera un nouveau cas de recrutement pour le terrorisme islamique. Il s’agit de l’agent de sécurité turc arrêté le 22 février 2017 à Lugano. Son arrestation avait eu lieu à l’occasion d’une vaste opération antiterroriste mobilisant une centaine d’agents tessinois. L’entreprise de sécurité qui l’employait œuvrait dans le centre de requérants d’asile de Camorino, près de Bellinzone.

U.Y., 33 ans, est né dans le village de Kulu en Turquie. L’acte d’accusation du Ministère public de la Confédération (MPC) indique qu’il vit, de même que ses parents, à Lugano. L’enquête a retracé ses activités de «propagande et de prosélytisme de l’islam radical et du djihad armé» au Tessin et dans le nord de l’Italie, sur une période s’étendant «au moins» de janvier 2014 jusqu’au jour de son arrestation.

Grande proactivité

Sous surveillance, le téléphone et l’ordinateur personnel d’U.Y. ont révélé sa grande proactivité. En personne ou via les réseaux sociaux, le Turc a approché au moins une dizaine d’individus pour les convaincre de ses idéaux: U.Y. croit en la charia, le tawhid (principe récupéré par les islamistes radicaux, selon lequel il n’y a pas de divinité digne d’être adorée si ce n’est Allah), en la beauté d’une mort en martyr ou encore en une lecture rigide du Coran. «Le concept d’œil pour œil, dent pour dent existe au sein de l’islam», se plaît-il à répéter.

U.Y. s’identifie au groupe Jabhat al-Nusra. Egalement appelé Front al-Nosra, ce groupe terroriste d’idéologie salafiste djihadiste est affilié à la branche irakienne d’Al-Qaida. Le mouvement, en rupture avec l’Etat islamique (EI) depuis 2013, a comme objectif principal de soutenir les rebelles syriens. Début 2017, il a fusionné avec quatre autres mouvements. U.Y. est ainsi convaincu de la nécessité de libérer la population syrienne du régime de Bachar el-Assad. «L’islam considère comme un droit et un devoir de se défendre contre l’oppresseur (…)», répète-t-il plusieurs fois dans les conversations interceptées par les enquêteurs. «Un musulman ne peut donc renier le djihad armé sans commettre un acte de mécréance: le Coran décrit quand et comment le djihad armé peut être accompli.» En tant que membre de Jabhat al-Nusra, U.Y. estime toutefois que «contrairement à ISIS (ndlr: acronyme anglais pour Etat islamique) qui perpétue des attentats en Europe, le djihad armé doit se concentrer sur la Syrie ou l’Irak, pays où les peuples musulmans sont opprimés et doivent être libérés.»

Des convictions renforcées

U.Y. a ainsi convaincu quatre personnes de délaisser l’idéologie de l’Etat islamique pour Jabhat al-Nusra. Ses tentatives de radicalisation exercées sur deux autres individus ont échoué. Il a cependant exercé une influence particulière sur un homme et une femme, L.A. et L.S. Le Ministère public accuse U.Y. d’avoir «renforcé les convictions de L.A. sur l’islam radical», devenant sa référence et son enseignant dans ce domaine. A tel point que celui-ci se serait senti en devoir de demander à U.Y., le 29 octobre 2016, son approbation pour partir s’engager sur le front syrien. Egalement séduite, L.S. lui aurait quant à elle fait part de son envie de partir combattre en Syrie ou en Palestine.

Malgré ses propos sur l’Etat islamique, U.Y. a également aidé deux aspirants combattants à rejoindre l’EI sur le front irako-syrien. Alors qu’il était «parfaitement au courant des intentions» de ces deux personnes, U.Y. a soutenu financièrement le voyage du premier et a hébergé la seconde dans sa maison en Turquie. Il l’aurait ensuite aidée à franchir les frontières et à brouiller les traces de son passage afin de désorienter la police.

Le procès d’U.Y. n’est qu’une formalité. L’accusé a passé un accord avec le MPC: il a déjà été reconnu coupable d’infraction à la loi fédérale interdisant les groupes «Al-Qaida» et «Etat islamique» et les organisations apparentées et a été condamné à deux ans et demi de prison avec un sursis partiel. U.Y. a déjà purgé six mois de sa peine en détention préventive. Il doit en outre 150 000 fr. de frais de procédure. Sans opposition de sa part, la séance du 18 août ne devrait faire office que de confirmation. (TDG)

Créé: 11.08.2017, 07h00

Articles en relation

Trois Genevois de plus sont partis faire le djihad

Sécurité Huit personnes ont quitté Genève pour combattre en zone irako-syrienne, selon un recensement officiel, dont une femme. Plus...

«Des acteurs clés du djihad suisse sont d’ici»

Entretien La situation en Suisse est en train de changer, analyse le spécialiste du terrorisme Jean-Paul Rouiller. Plus...

Le Service de renseignements garde à l’œil 90 potentiels djihadistes

Sécurité La menace terroriste qui pèse sur notre pays reste «élevée» mais le nombre de voyageurs du djihad diminue. Plus...

Les recruteurs de l’Etat islamique bâillonnés

Allemagne Après une vague de perquisitions, hier, Berlin a interdit le groupe islamiste «Lies», dont le chef encourageait les jeunes au djihad Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Croisières: les superpaquebots débarquent
Plus...