Un drone qui vole presque comme un oiseau

SuisseL'EPFL a développé un prototype doté de «plumes», le rendant plus maniable.

Vue aérienne de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne. Crédit: Lausanne.ch

Vue aérienne de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne. Crédit: Lausanne.ch

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Une équipe de l'EPFL a développé un drone inspiré par les oiseaux. Doté de «plumes» pour qu'il puisse voler avec précision, l'appareil a la faculté d'étendre ou de replier ses ailes en vol, ce qui lui permet d'être plus maniable et d'affronter les vents.

Le drone a plusieurs facultés: pouvoir changer son envergure, voler à très grande vitesse et manœuvrer dans des espaces restreints tout en limitant sa consommation énergétique, indique jeudi l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) dans un communiqué.

Il a été imaginé par l'équipe de Dario Floreano, du Laboratoire de systèmes intelligents de la haute école lémanique. Sa recherche vient d'être publiée dans la revue Interface Focus, éditée par la Royal Society britannique.

Déséquilibre contrôlé

«Les oiseaux transforment radicalement la taille et la forme de leurs ailes, car ils sont composés d'un squelette articulé, contrôlé par les muscles et recouvert de plumes qui peuvent se chevaucher pendant le pliage», explique Matteo di Luca, un membre de l'équipe, cité dans le communiqué.

Pour tourner, les volatiles étendent par exemple l'une de leurs ailes et rétractent légèrement l'autre, créant un déséquilibre contrôlé qui leur permet de tourner.

Doté lui aussi de plumes artificielles, le drone peut les replier et les faire se superposer comme un éventail. Son aile est largement composée de matériaux composites afin de maximiser la force tout en réduisant son poids global.

Nouvelles perspectives

A l'heure où les ingénieurs recherchent encore la solution idéale pour remplacer les ailes et ailerons rigides des avions, ce travail apparaît prometteur, selon Dario Floreano: «Grâce à notre projet d'ailes pliables, nous avons découvert que nous n'avions pas besoin d'ailerons pour aider notre drone à tourner.»

L'appareil ouvre de nouvelles perspectives, relève l'EPFL. Grâce à ses facultés d'adaptation, il pourrait par exemple se montrer très efficace pour progresser à basse altitude, dans un contexte urbain où les vents restent incontrôlables. (ats/nxp)

Créé: 16.12.2016, 04h30

Articles en relation

Amazon effectue sa première livraison par drone

Grande-Bretagne Le géant américain du commerce en ligne a annoncé avoir réalisé sa première livraison par l'intermédiaire d'un drone. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.