Tous les explosifs placés dans les ponts et tunnels ont été retirés

ArméeL'armée suisse tourne une page de sa stratégie de défense. Elle a achevé fin 2014 de désarmer les nombreux ponts, tunnels, routes et autres pistes d'aviation munis d'explosifs.

L'armée suisse a achevé fin 2014 de désarmer les nombreux ponts, tunnels, routes et autres pistes d'aviation munis d'explosifs. (Photo d'illustration)

L'armée suisse a achevé fin 2014 de désarmer les nombreux ponts, tunnels, routes et autres pistes d'aviation munis d'explosifs. (Photo d'illustration) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ce minage devait permettre de détruire les voies de communication en cas d'invasion étrangère. Mais ce dispositif, mis en place durant les années 1970, était devenu obsolète. Les menaces actuelles ne nécessitent plus des explosifs fixes et permanents.

On obtient aujourd'hui un «effet comparable avec des moyens mobiles», explique l'armée sur son site Internet - une information diffusée ce samedi 3 janvier par le journal Le Temps. En outre, ce démantèlement, débuté en 1991, découle des économies budgétaires.

Plusieurs centaines

Pour justifier la durée «relativement longue» des travaux, la défense nationale invoque le nombre restreint de spécialistes à disposition. Elle relève également les importantes mesures de sécurité à observer. Du coup, la quantité désarmée chaque année est demeurée limitée, alors que le territoire comptait quelque 2000 ouvrages équipés pendant la Guerre Froide.

Les tunnels du Simplon, du Gothard et du Lötschberg étaient chargés. Mais les précautions nécessaires avaient été prises pour éviter tout risque pour les usagers, par exemple en cas d'incendie, assure Gerhard Wyss, ancien chef de la Section des ouvrages de commandement et de combat, dans un entretien accordé au site Internet de la Basler Zeitung et à Newsnet.

L'important incendie survenu dans le tunnel du Gothard en 2001 se trouvait à proximité d'une charge explosive, ajoute M.Wyss. Toutes les mesures de protection avaient alors été prises.

Pour rappel, l'armée souligne que cette tactique de défense date de plusieurs siècles. Elle était déjà utilisée lors de la Première Guerre mondiale. Lors de la Deuxième Guerre mondiale, il s'agissait d'empêcher les adversaires d'utiliser les principaux passages alpins. Les renforcements permanents du terrain et les ouvrages minés ont donc été multipliés dès 1939.

Puis, durant la Guerre froide, une stratégie a été développée pour faire face à une éventuelle invasion des Etats communistes du Pacte de Varsovie. Ce «dispositif des explosifs permanents 75» date de la fin des années 1970. (ats/nxp)

Créé: 03.01.2015, 12h53

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.