Tous les drones volant dans le ciel bientôt identifiables en direct

Espace aérienLa Suisse comme l’Europe serre la vis sur l’utilisation des petits engins volants. Un enregistrement sera obligatoire.

Les pilotes amateurs de drones devront s'enregistrer et suivre une formation dès le mois de juin.

Les pilotes amateurs de drones devront s'enregistrer et suivre une formation dès le mois de juin. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

De plus en plus, le ciel se peuple de drones, gadget populaire utilisé tant par les particuliers que par les entreprises. Raison pour laquelle les États – la Suisse comme l’Europe – ont décidé de légiférer. Dès le mois de juillet 2020, les amateurs de drones seront forcés de s’enregistrer et de se former.

On parle bien des utilisateurs de drones amateurs, qui représentent 98% des gadgets en circulation. La grande nouveauté concerne l’enregistrement des drones. Chacun sera fiché et identifiable, de même que son propriétaire, qui devra s’enregistrer sur le site de l’Office fédéral de l’aviation civile (OFAC). Seule exception à la règle: les drones de moins de 250 grammes qui ne possèdent pas de caméra.

«L’accès au nom du propriétaire sera réservé aux polices et autres autorités. Par contre, l’identification des drones sera accessible à tous»

Jusqu’ici, pincer les pilotes ne respectant pas les règles s’avérait difficile: le propriétaire du drone incriminé avait largement le temps de se faire la malle avant l’arrivée de la police. «À l’aide d’une application ou d’un site web, tout le monde pourra donc identifier en direct le drone qui circule à proximité et, si ce dernier enfreint les règles, le signaler, explique Antonello Laveglia, porte-parole de l’OFAC. Le système donnera accès au nom du propriétaire uniquement aux polices et autres autorités. Par contre, l’identification des drones sera accessible à tous.»

Le dispositif est encore en cours d’élaboration. L’idée est de se calquer sur le concept des sites permettant de suivre en direct le passage des avions au-dessus du territoire. Une carte interactive pointerait chaque drone volant en direct. Il suffira de passer le curseur de la souris pour connaître la référence du drone.

Plaintes en hausse

Autre nouveauté, les propriétaires devront suivre une formation en ligne. Les modalités exactes doivent encore être déterminées, mais la démarche sera a priori gratuite. «Il s’agit de vérifier que les propriétaires connaissent les règles de base: par exemple garder le contact visuel constant avec son drone, ne pas voler au-dessus des réserves naturelles et à moins de 5 kilomètres des aéroports, ou encore ne pas survoler de foule», détaille Antonello Laveglia.

Ces nouvelles normes vont mettre un peu d’ordre dans la jungle des drones. Selon l’institut d’études de marché GfK, 100'000 appareils avaient été vendus en 2017 en Suisse. Pas de quoi semer le chaos, mais l’augmentation des plaintes met en lumière une certaine confusion sur les limites à ne pas franchir. En 2019, 56 procédures administratives ont été ouvertes à l’OFAC contre des pilotes de drones. C’est peu mais presque quatre fois plus qu’en 2015, où on ne dépassait pas les 15 cas.

«Il s’agit principalement de vols à des endroits interdits ou à proximité de rassemblements de personnes», précise Antonello Laveglia. Ce dernier ajoute que la principale source de gêne tient aussi à une question de perception. «Nous ne sommes pas encore habitués à voir ces objets volants dans notre paysage. Le bruit aussi, différent des autres, peut être perturbant, alors qu’il n’est pas plus élevé qu’une voiture ou une moto.»

La Suisse à la pointe

Ce nouveau système s’inscrit également dans la volonté des gouvernements, suisse et européens, de créer un «U-space», soit une mise en place de système de gestion du trafic aérien de basse altitude. Le but est que chaque appareil, autopiloté ou non, soit en mesure de communiquer avec les autres — qu’il s’agisse d’un avion, d’un hélicoptère ou d’un drone. Un pas nécessaire au vu du développement ultrarapide des drones et surtout de l’usage que l’on prévoit d’en faire.

Le concept d’identification suisse est pour l’heure unique au monde. «La Suisse est à la pointe en matière de drones. Elle fait figure de référence. C’est dû notamment à l’innovation scientifique, mais aussi à un cadre légal large qui a permis à cette industrie de se développer», précise Antonello Laveglia.

Ces dernières années, près de 80 start-up sont nées sur le territoire suisse, représentant 2500 postes de travail. Celles-ci développent également des projets de drones destinés à des usages professionnels, à l’instar de la livraison de médicaments ou de colis, au transport non urgent de patients (HUG), à la surveillance, à la recherche scientifique, la cartographie ou encore l’agriculture.

Créé: 23.01.2020, 18h08

Articles en relation

Guillaume met les drones à l'épreuve du vent

Jeunevois Guillaume Catry détient la solution pour fabriquer des engins volants plus résistants aux conditions réelles grâce à un dispositif qui simule toutes sortes de vents Plus...

Demain, nous voyagerons en taxis-drones

Le Matin Dimanche Une nouvelle génération d’aéronefs, sans pilote, se porte au secours des aéroports. Le processus a déjà commencé sur un des plus grands tarmacs d’Europe. Plus...

Des drones pour sauver Bambi des faucheuses

Faune Des bénévoles genevois parcourent les champs pour repérer et protéger les faons qui s’y cachent. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les PV diminuent depuis que les policiers doivent y écrire leur nom
Plus...