Toujours plus d'écoutes téléphoniques en Suisse

SurveillancePour élucider des crimes, les autorités suisses ont demandé davantage de mesures de surveillance en 2012 qu'en 2011.

Un tiers des mesures d'écoutes téléphoniques ont lieu dans le cadre d'enquêtes sur le trafic de drogue.

Un tiers des mesures d'écoutes téléphoniques ont lieu dans le cadre d'enquêtes sur le trafic de drogue. Image: Photo d'illustration/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les écoutes téléphoniques et les consultations de courriels et de courrier ont progressé d'environ un cinquième.

Au total, les instances de poursuite pénale ont ordonné 10'193 mesures de surveillance des télécommunications (téléphone et e-mail) et trente mesures de surveillance du trafic postal, a indiqué jeudi le Service de surveillance de la correspondance par poste et télécommunication (SCPT).

Les demandes de renseignements techniques et administratifs, soit par exemple le numéro d'un téléphone portable ou d'une carte SIM, ont aussi augmenté (4775 cas, 22%), de même que les demandes de renseignement simples (202'579 cas, 15%).

Trafics de drogue

Les chiffres varient fortement d'année en année, a précisé le chef du service SCPT, Nils Güggi. «Les progrès technologiques expliquent probablement aussi la hausse. Les trafiquants de drogue changent par exemple de plus en plus souvent de téléphone portable, ce qui conduit à davantage de mesures de surveillance», a-t-il indiqué.

Le nombre d'opérations de surveillance doit être mis en regard avec le nombre d'infractions, souligne par ailleurs le SCPT dans son communiqué. Les chiffres des délits pour 2012 ne sont pas encore disponibles, mais en 2011, pour 692'954 infractions, 14'968 surveillances ont eu lieu, soit dans 2,2% des cas.

Un tiers des mesures de surveillance ont eu lieu dans le cadre d'enquêtes sur le trafic de drogue, un autre tiers en rapport avec des infractions graves à la loi sur le patrimoine. Le reste a porté sur des affaires de violences, d'abus sexuels, d'appartenance à une organisation criminelle et de traite d'êtres humains.

Les mesures ordonnées ont émané le plus souvent des cantons. Seules 2% des demandes sont venues des autorités fédérales.

Créé: 07.02.2013, 17h45

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

L'accord sur le Brexit divise le gouvernement britannique
Plus...