Test réussi d'une main artificielle intelligente

Innovation Des chercheurs de l'EPFL sont parvenus à mettre au point une méthode inédite dans le domaine du contrôle des mains robotisées.


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La recherche sur une main artificielle intelligente progresse. Des scientifiques de l'EPFL ont testé «avec succès» une nouvelle technique neuroprosthétique qui allie robotique et mouvements volontaires de l'utilisateur, indique la Haute Ecole.

La méthode, qui est destinée notamment aux personnes amputées, associe le contrôle individuel des doigts et l'automatisation. Les résultats des travaux ont été publiés mercredi dans «Nature Machine Intelligence», précise le communiqué de l'EPFL.

La nouvelle technique réunit deux concepts de spécialités différentes, la neuroingénierie et la robotique. Une telle association est une première dans le domaine du contrôle des mains robotisées.

Pour la neuroingénierie, l'enjeu consiste à déchiffrer les mouvements prévus par le patient à partir de l'activité musculaire du moignon. Le but visé est de pouvoir contrôler individuellement les doigts.

Dans les 400 millisecondes

Quant à l'aspect robotique, le travail porte sur la prise et le maintien d'un objet par la main artificielle. Avec comme objectif l'assurance d'une saisie ferme, explique l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL).

«Notre main robotique peut intervenir dans les 400 millisecondes. Équipée de capteurs de pression le long des doigts, elle réagit et stabilise la saisie avant même que le cerveau perçoive le glissement de l'objet», relève Aude Billard, directrice du Laboratoire d'algorithmes et systèmes d'apprentissage, citée dans le communiqué.

Des capteurs placés sur le moignon du patient détectent les signaux provenant des muscles et l'algorithme apprend quel mouvement de la main correspond à quel type d'activité musculaire. Il convient ensuite de déchiffrer les mouvements voulus par l'utilisateur afin de pouvoir utiliser l'information de manière à contrôler les doigts de la prothèse.

Si la recherche progresse, des défis demeurent avant de pouvoir implémenter l'algorithme sur une prothèse disponible pour des personnes amputées. Aujourd'hui, l'algorithme est encore testé sur un robot fourni par un tiers. (ats/nxp)

Créé: 11.09.2019, 17h44

Articles en relation

Portes ouvertes pour les 50 ans de l'EPFL

Vaud Les 14 et 15 septembre, plus de 300 activités sont proposées dans le cadre des portes ouvertes de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne. Plus...

Des robots-fourmis qui agissent ensemble

EPFL A l'EPFL, des roboticiens ont mis au point de petits robots capables de réaliser ensemble des tâches complexes. Plus...

L'EPFZ au 6e rang mondial des hautes écoles

Universités Le rang de l'EPFZ en fait la deuxième meilleure haute école d'Europe et la première d'Europe continentale. L'EPFL a gagné quatre places et rejoint le Top 20. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Conseil fédéral contre l'interdiction totale de la pub pour le tabac
Plus...