Taxe neuchâteloise sur le sucre examinée à Berne

Canton de NeuchâtelLe canton présentera le 15 janvier à une commission des Etats son plan en vue d'une taxe fédérale sur le sucre. But: lutter contre l'obésité.

Les boissons sucrées seront-elles taxées comme en France?

Les boissons sucrées seront-elles taxées comme en France? Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Faut-il introduire en Suisse une taxe fédérale sur le sucre, à l'image de celles qui existent pour le tabac ou l'alcool? Ceci dans le but de lutter contre l'obésité dans notre pays. La question sera posée le 15 janvier par le canton de Neuchâtel qui présentera ce jour-là à la Commission de la sécurité sociale et de la santé du Conseil des Etats son initiative cantonale à ce sujet, révèle Le Courrier jeudi.

Les élus neuchâtelois souhaitent en effet que Berne établisse une législation spécifique sur les produits sucrés et à haute valeur énergétique. Les recettes générées par la taxe iraient à un fonds géré par la Confédération qui pourrait financer une campagne de prévention contre les maladies liées au sucre ainsi que des projets de recherche pour lancer et commercialiser des produits sans sucre.

Industrie mécontente

Pour l'instant, l'initiative déposée à Berne en avril 2017, a reçu les suffrages de la droite comme de la gauche dans le canton. En revanche, l'industrie n'est guère enthousiaste, explique Le Courrier. Pour Ernest Daellenbach, secrétaire général de la Communauté de travail de la branche des boissons, «une augmentation du prix des boissons sucrées ne dissuadera pas les gens de consommer deux litres de soda s'ils en ont envie», explique-t-il. «Cette taxe n’amènerait que des difficultés économiques», critique-t-il. Du côté des initiants, on réplique que la taxe n'a pas un but dissuasif mais doit servir à financer la prévention, beaucoup plus efficace.

A Berne, la pilule risque d'avoir du mal à passer, estime le journal. En effet, le Parlement, d'autant plus dans sa composition actuelle très à droite, rechigne le plus souvent à instaurer de nouvelles taxes. En outre, Berne a déjà refusé à plusieurs reprises de taxer les produits sucrés, privilégiant «l'approche volontaire».

Rappelons enfin que le canton de Vaud songe aussi à prélever une taxe sur le sucre. En effet, le conseiller d'Etat Pierre-Yves Maillard, dans son contre-projet à l’initiative pour «le remboursement des soins dentaires» propose de prélever une taxe de 30 centimes par litre de boisson sucrée pour financer une partie du dispositif de prévention et de prise en charge de soins dentaires. Un sujet sur lequel les Vaudois doivent se prononcer le 4 mars prochain.

Créé: 11.01.2018, 12h28

Articles en relation

La nourriture au coeur des batailles à venir

Suisse Les organisations de défense des consommateurs ont présenté lundi leurs combats pour 2018: étiquetage, provenance et sucre notamment. Plus...

Le sucre suisse plus écolo que le sucre importé

Alimentation Selon la branche, le sucre de betterave suisse est plus écologique et plus équitable que le sucre importé de l'UE ou du Paraguay. Plus...

Berne veut moins de sucre dans les céréales

Suisse La Confédération entend réduire le taux de sucre dans les céréales et les yoghourts. Elle a commandité une étude pour de futures recommandations. Plus...

Il faut réduire le sucre au petit-déjeuner

Suisse L'analyse de 348 yaourts fabriqués par sept entreprises montre une teneur moyenne de sucres ajoutés de 9,4 grammes pour 100 grammes. Plus...

Nestlé promet des barres chocolatées moins sucrées

Vevey Les chercheurs de la firme ont trouvé le moyen de modifier la structure du sucre. Le procédé va être breveté. Plus...

Taxe soda en France

La France dispose depuis 2012 d'une taxe soda visant les boissons sucrées. Proposée à l'époque pour le gouvernement Fillon, elle a pour but, en augmentant le prix de ces produits, de dissuader le consommateur et à l'orienter vers d'autres produits plus sains. L’ensemble des boissons contenant une quantité – même minime – de sucres ajoutés sont taxées à raison de 7,53 euros par hectolitre. En octobre dernier, la taxe a été remaniée pour être modulée en fonction de la quantité de sucre ajoutée.

Objectif: réduire l'obésité. Selon une étude, une telle taxe pourrait aboutir à une baisse des calories «achetées» en magasin de 24,3 kcal par jour et par personne (soit 4,7 % de son niveau actuel), ce qui se traduirait par une baisse moyenne de masse corporelle de 725 g la première année et une baisse cumulée de 1,3 kg au bout de dix ans.

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La débâcle du PLR
Plus...