Swiss facture ses billets plus cher que Lufthansa

Transport aérienPour les mêmes vols, les prix entre la société mère et sa filiale passent du simple au double.

Les écarts de prix entre Swiss et Lufthansa pour les mêmes vols font grincer des dents.

Les écarts de prix entre Swiss et Lufthansa pour les mêmes vols font grincer des dents. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Comment Swiss plume les passagers suisses.» En Une de son édition de dimanche, nos confrères de la «SonntagsZeitung» n’y vont pas de main morte avec la compagnie nationale. Et pour cause: en comparant plusieurs vols sur les sites internet de Lufthansa et de sa société fille, Swiss, les écarts de prix peuvent être ahurissants, pour le même vol.

Par exemple, un vol Zurich - Bangkok début novembre avec escale à Munich sera facturé 271 francs sur le site de Lufthansa. Sur le site de Swiss, le même vol est facturé à 522 francs, soit 250 francs d’écart pour être assis dans le même appareil. Des différences identiques ont été observées pour des vols à destination de Las Vegas.

L’informatique en cause

Interrogé une première fois par nos confrères, Swiss a répondu qu’on constatait de tels écarts uniquement pour des vols à codes partagés. C’est-à-dire qu’une compagnie, en l’occurrence Eurowings, une autre filiale de Lufthansa, peut avoir un numéro de vol se rapportant à Swiss ou à Lufthansa et que les systèmes informatiques utilisés sont différents. Ce qui occasionne des écarts de prix.

Mais en creusant, il apparaît que ces différences sont loin de ne concerner que ces types de vols. Ainsi, un aller-retour Zurich - Séoul avec escale à Munich à l’aller et à Francfort au retour est affiché au tarif de 831 francs sur le site de Lufthansa.

Chez Swiss, les prix grimpent à… 3115 francs. En classe économique, et toujours pour les mêmes vols. Informée, la compagnie a dû se raviser et reconnaître que de tels problèmes pouvaient apparaître pour tous les vols avec des correspondances.

«Lorsque les entreprises ne veulent pas ou ne peuvent pas expliquer quelque chose, elles s’en remettent à la technique»

Une porte-parole de l’entreprise confie à la «SonntagsZeitung» que cela serait dû à des systèmes informatiques mal coordonnés. Swiss ajoute travailler à la mise en place d’une plateforme de réservation commune avec des prix cohérents mais n’est pas en mesure de donner des délais.

Ces explications font hurler les associations de consommateurs en Suisse alémanique. «Ce raisonnement est épuisant, répond Sara Stalder de la Fondation pour la protection des consommateurs. Lorsque les entreprises ne veulent pas ou ne peuvent pas expliquer quelque chose, elles s’en remettent à la technique.»

Des critiques qui font écho à d’autres reproches formulés ces derniers jours à l’encontre de la compagnie aérienne. En effet, Swiss rechigne également à appliquer une directive européenne en matière de versement d’indemnités lorsque les vols – par la faute de la compagnie – ont plus de trois heures de retard ou sont annulés, ce en raison d’une jurisprudence suisse plus sévère et controversée. Dans l’Union européenne, les montants varient de 250 à 600 euros selon la distance du trajet concerné.

Et là aussi, la situation confine à l’absurde. Alors que Swiss refuse ces indemnités dans plusieurs cas, Lufthansa – sa société mère – les accorde sans discuter même en cas de vols à destination ou en provenance de la Suisse.

«Un procédé aberrant»

Autre exemple: l’entreprise helvétique ne bronchera pas en cas de retard de plus de trois heures même lorsqu’une action au civil est intentée en Suisse mais pliera aussitôt si celle-ci est menée devant un tribunal du pays de provenance ou de destination dans l’Union européenne.

Dans d’autres cas, une demande auprès de l’Office fédéral de l’aviation civile suffit parfois à faire céder la compagnie. Autant de comportements qui ont le don d’agacer. Dans «Le Matin Dimanche», Valérie Muster, responsable conseil de la Fédération romande des consommateurs, parle d’un procédé «aberrant», d’attitude «exaspérante» et d’explications fournies «incompréhensibles».

Et la situation semble, sur cet aspect, encore loin de se débloquer.

Créé: 11.08.2019, 18h09

Articles en relation

Les salaires de Swiss démotivent les futurs pilotes

Le Matin Dimanche La compagnie bâloise peine à recruter de nouveaux pilotes en Suisse, avec un premier salaire mensuel de 5887 fr. 55. Plus...

Vols en retard: la Suisse est l’un des pires pays au monde

Aviation Cointrin, Kloten et Bâle figurent en quatrième position des mauvais élèves, loin devant l’Italie ou l’Australie. Pourquoi? Plus...

Fatigués, des pilotes d’Easyjet sont en colère

Aviation Dans les cockpits du transporteur en Suisse, on fait face à des horaires plus difficiles qu’au sein du même groupe en Europe. Aucune harmonisation n’est en vue. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Premier anniversaire des gilets jaunes
Plus...