Pas plus de 8 milliards pour la défense aérienne

SuisseMercredi, Berne a opté pour la variante «moyenne» entre les options présentées en mai, qui allaient de 5 à 18 milliards.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La bataille pour l'achat de nouveaux avions de combat est relancée. Le Conseil fédéral a fixé mercredi l'enveloppe: au maximum 8 milliards, qui devront aussi servir pour un nouveau système de défense sol-air. La possibilité d'un vote populaire est encore en suspens.

L'achat de 22 Gripen pour 3,1 milliards avait été rejeté en 2014 par le peuple. En principe, les acquisitions militaires ne sont pas soumises à référendum. La création d'un fonds avait permis un scrutin sur le jet suédois.

Le Conseil fédéral n'a pas pris de décision définitive concernant la nouvelle esquadrille appelée à remplacer l'actuelle flotte de 54 Tiger et 30 FA-18, a expliqué le ministre de la défense Guy Parmelin devant la presse. Son département a été chargé d'étudier plusieurs variantes jusqu'en février 2018.

L'achat pourrait passer par un arrêté de planification indiquant le but de l'achat et la facture maximale de 8 milliards de francs, qui serait soumis au référendum facultatif. Une révision de la loi sur l'armée précisant les moyens nécessaires à la défense de l'espace aérien pourrait aussi permettre au peuple de se prononcer.

Mais, parmi les autres variantes, figurent aussi la procédure sans scrutin ou celle d'un référendum sur le type d'avions. Une votation ne devrait pas intervenir avant 2020, selon Guy Parmelin.

Contenu à définir

A ce stade, le Conseil fédéral n'a pas fixé le nombre de jets, ni leur fournisseur. Avec 8 milliards, le Conseil fédéral s'inscrit sur une ligne moyenne entre les options présentées en mai par un groupe d'experts, qui allaient de 5 à 18 milliards.

Cette version prévoit l'achat de 30 aéronefs et d'un système de défense sol-air étendu. Mais il reviendra aux spécialistes de définir clairement la combinaison, selon Guy Parmelin qui a refusé de s'avancer sur ce terrain.

Quel avion?

Cinq productions devraient être évaluées. De ce côté-ci de l'Atlantique, on retrouve le Gripen suédois, le Rafale français et l'européen Eurofighter. S'y ajoutent deux avions américains: le successeur du FA-18, le Super Hornet, et le très cher et très puissant F-35.

Des demandes seront formulées l'année prochaine et le choix du Conseil fédéral devrait tomber vers 2020. Les appareils devraient quant à eux être livrés dès 2025. Les fournisseurs étrangers devront compenser 100% de la valeur d?un contrat par des commandes à l?industrie suisse. En vue d'une transparence maximale, un registre montrera quelles entreprises suisses auront reçu des mandats compensatoires dépassant les 100'000 francs.

«L'avenir de l'armée»

Le ministre de la défense a souligné la nécessité de l'achat de nouveaux jets pour garantir la neutralité et protéger la population. La situation mondiale et européenne reste incertaine. «On ne sait pas ce qui adviendra ces 10 à 20 prochaines années.»

Il faut une flotte moderne et une défense sol-air digne de ce nom, selon le Vaudois. D'ici 2025 à 2030, les avions et le système actuel ne seront plus utilisables. «On ne parle ni plus ni moins que de l'avenir de l'armée.»

Une nouvelle prolongation de la durée de vie des FA/18 n'est techniquement pas possible, a affirmé Guy Parmelin. Le Conseil fédéral a aussi écarté l'idée de reporter l'achat, d'y renoncer ou de recourir à des drones.

Budget revu à la hausse

Outre le renouvellement de la protection aérienne, l'armée devra faire des investissements notamment pour remplacer les systèmes d?armes principaux vieillissants des troupes au sol. Il faudra par exemple remplacer les chars Léopards et M-1009.

Au total, 15 à 16 milliards de francs seront nécessaires dans le cadre des programmes d'armement de 2023 à 2032. Avec son budget actuel de 5 milliards par an, l'armée peut investir un milliard dans le programme d'armement. Le gouvernement a donc décidé de relever le plafond des dépenses de l'armée de manière continue durant les années à venir.

Stabiliser les frais

Le budget de l'armée devra augmenter d'environ 1,4 % par an. L'armée devra en outre stabiliser ses frais de fonctionnement, afin que la majeure partie des moyens gagnés puissent être affectés à l'armement.

Le Conseil fédéral pourra aussi revoir ou freiner en tout temps la hausse des dépenses militaires si la situation économique se péjore, a expliqué Guy Parmelin. Mais les autres départements seraient alors aussi concernés. (ats/nxp)

Créé: 08.11.2017, 17h43

Référendum annoncé?

Le Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA) exige une proposition sur laquelle le peuple pourra se prononcer. Il se dit prêt, avec les Verts, à saisir le référendum contre ce «chèque en blanc» de plusieurs milliards.

Selon le GSsA, il est impératif qu'un projet concret soit proposé et qu'il soit sujet au référendum. L'organisation compte lancer le référendum, avec le soutien des Verts. Elle appelle le PS et les Vert'libéraux à se joindre à eux.

PLR satisfait

Hugues Hiltpold se dit satisfait de la solution retenue par le Conseil fédéral en vue de renouveler la protection de l'espace aérien. «C'est une bonne chose, car il s'agit de la variante intermédiaire», a déclaré le conseiller national (PLR/GE) à l'ats mercredi soir.

Considérant que cette proposition est consensuelle, Hugues Hiltpold estime «raisonnable» l'enveloppe de 8 milliards de francs prévue. Le Genevois voit en outre d'un bon oeil un référendum facultatif. Mais le peuple votera de toute façon, selon lui, par le biais du référendum facultatif ou d'une initiative populaire.

Articles en relation

Guy Parmelin songe à des F-35 pour l'armée

Suisse Le DDPS précise ses projets pour la défense aérienne nationale. Il veut lier les nouveaux avions de combat et le futur système sol-air. Et demande une enveloppe de neuf milliards. Plus...

«On ne craint pas un échec comme avec le Gripen»

Avions de combat Un groupe d'experts et un groupe d'accompagnement ont présenté 4 options pour remplacer les F/A-18. Interview avec leurs présidents Claude Meier et Hans Altherr. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.