Nourriture: les soldats toujours plus exigeants

SuisseL'armée doit toujours plus composer avec les habitudes alimentaires de chacun. Ceci pour 8,75 francs par jour.

Repas pour la troupe.

Repas pour la troupe. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C'est bien connu: les repas que mangent les soldats lors de leur service militaire sont rarement gastronomiques. Normal: l'armée ne peut dépenser pour la nourriture que 8,75 francs au maximum par jour et par personne. Mais les choses se sont corsées ces dernières années. En effet, les troupes deviennent toujours plus exigeantes, souligne mardi 20 Minuten.

Pour Jean-Michel Martin, chef du service de restauration de l'armée, ces exigences croissantes sont bien plus problématiques que le prix. Autrefois, il n'y avait que des biscuits militaires pour les quatre heures, rappelle-t-il. «Aujourd'hui, il y a des biscuits Kambly, des Leckerlis bâlois ou même de la compote aux pommes», énumère-t-il. Mais cela ne suffit pas: «De plus en plus de soldats veulent des saucisses supplémentaires».

Les musulmans, les végétariens, etc.

En outre, leurs habitudes alimentaires changent toujours plus, ce qui oblige les cuisiniers à s'adapter. L'armée doit désormais tenir compte des sensibilités religieuses et de la santé des soldats. Il y a ainsi les musulmans, les végétariens, les intolérants au gluten. Ou encore ceux qui suivent des régimes protéinés.

«S'il y a 20 ans, quelqu'un ne voulait pas manger des tripes, du foie ou du ragoût, c'était son problème», souligne Jean-Michel Martin. Aujourd'hui, le personnel est formé pour offrir des alternatives sans viande à chaque repas. Et ceux qui ne supportent pas le gluten, peuvent acheter eux-mêmes leurs produits, produits remboursés ensuite par l'armée.

20 Minuten a interrogé une diététicienne alémanique sur les menus au service militaire. Et celle-ci estime que l'armée propose bien trop de viande. «Deux à trois repas de viande par semaine suffiraient pour une alimentation saine», estime Nicoletta Weber. L'argent économisé pourrait être utilisé de manière plus intelligente, avec davantage de salade ou de légumes, selon elle. Elle estime en outre que l'armée n'a pas à offrir un dessert tous les jours.

Créé: 05.02.2019, 10h42

Articles en relation

Un retraité décide de refaire l'école de recrues

Armée suisse Un ancien colonel, qui a fait son école il y a 40 ans, tient à se rendre compte de ce qu'est devenue l'armée. Son expérience, qui se tient à Payerne, intéresse les gradés. Plus...

Des milliers de recrues entament leur service

Armée Quelque 11'200 jeunes Suisses, dont 120 femmes, ont commencé lundi l'école de recrues. Plus...

Armée: premiers cours de cyber-défense

Suisse En raison de la menace que représentent aujourd'hui les cyber-attaques, l'armée suisse a formé les premières recrues à devenir spécialistes dans le domaine. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Jocelyne Haller refuse son élection
Plus...