«Nos cerfs auraient dû être abattus s'ils s'étaient dispersés»

AnimauxLes responsables de la ferme-école de Sorens (FR) déplorent l'acte de malveillance commis dans la nuit de dimanche à lundi.

Un éleveur de cervidés à Thierrens (VD), en 2010. La production de viande de cerf rencontre un intérêt croissant, auquel la ferme-école fribourgeoise de Sorens répond en offrant des formations.

Un éleveur de cervidés à Thierrens (VD), en 2010. La production de viande de cerf rencontre un intérêt croissant, auquel la ferme-école fribourgeoise de Sorens répond en offrant des formations. Image: Gérald Bosshard - archives

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Simple acte de vandalisme ou tentative de «libération» d'animaux en captivité? Depuis trois jours, la question taraude les responsables de la ferme-école de Sorens (FR). Durant la nuit de dimanche à lundi, un ou plusieurs malfrats ont endommagé un enclos de cet institut agricole, permettant à 60 cerfs d'élevage de s'en échapper.

«Il s'agissait de biches et de leurs petits, précise Philippe Charrière, responsable de l'établissement. C'est un collègue chargé de la traite des vaches qui a découvert le treillis coupés et à terre, vers 4h du matin. Il nous a immédiatement alertés. Les bêtes étaient à l'extérieur, à environ 200 mètres de là, passablement désorientées. Nous avons pu toutes les ramener.»

Sécurité publique

Ces cervidés, nés en captivité, seraient incapables de survivre dans la nature, souligne Philippe Charrière. «Ils ont besoin de leur repères, explique-t-il. Comme ils n'ont aucune crainte des véhicules, ils poseraient des problèmes de sécurité sur les routes. Ils seraient aussi en danger en raison des prédateurs auxquels ils seraient soudain confrontés.» Directeur adjoint de l'Institut de Grangeneuve, dont dépend la ferme-école de Sorens, Pius Odermatt parle ainsi d'un acte de cruauté commis par les vandales: «Si les cerfs s'étaient dispersés, ils auraient dû être abattus».

L'institut agricole a déposé une plainte contre inconnu. C'est la première fois qu'un tel acte de malveillance y est commis, selon Philippe Charrière. Les dommages matériels s’élèvent à 4000 francs. La police fribourgeoise a ouvert une enquête.

Eleveurs intéressés

«Je peine à cerner les motivations de ces gens, admet Philippe Charrière. Ce n'est vraiment pas malin de faire ça.» Pourrait-il s'agir de militants opposés à la détention d'animaux? «Nous ne pouvons en tout cas pas l'exclure, répond Pius Odermatt. Ce qui est certain, c'est qu'ils étaient équipés des outils nécessaires pour briser des chaînes et des clôtures.»

Le directeur-adjoint affirme que les conditions de détention des cerfs de Sorens - il y en 300 au total - sont respectueuses du bien-être des animaux. La ferme-école fribourgeoise dispense des cours pour les personnes désireuses de se lancer dans l'élevage de cerfs, leur fournit des animaux et produit de la viande. «Comme la viande de cerf est importée à hauteur de 80% en Suisse, de plus en plus d'agriculteurs s'y intéressent pour diversifier leurs activités. Cette production peut effectivement constituer une bonne plus-value.» Quelques élevages ont ainsi démarré en Suisse romande ces dernières années.

Créé: 09.08.2017, 14h36

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...