Moins de récidives après une peine avec sursis

SuisseLes risques de récidives des personnes condamnées avec sursis s'amenuisent au fil du temps en Suisse, selon une étude de l'OFS.

Les condamnés avec sursis remettent moins le couvert, contrairement à ceux qui passent par la case prison.

Les condamnés avec sursis remettent moins le couvert, contrairement à ceux qui passent par la case prison. Image: Istock

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Passer par la case prison n'empêche pas les récidives. Une personne a deux fois et demi plus de risques d'être recondamnée, si elle a effectué un bref passage derrière les barreaux que si elle a écopé d'un sursis.

Sur les 38'121 personnes condamnées à des peines avec sursis complet ou partiel en 2014, seules 13% ont récidivé dans les trois années suivantes, indique lundi l'Office fédéral de la statistique (OFS) dans un rapport. Pour un délit de gravité comparable, 36% des 7565 personnes condamnées à des peines de prison ferme ont remis le couvert.

Les risques de récidives s'amenuisent toutefois au fil du temps. La majorité d'entre elles ont lieu dans l'année suivant la condamnation: elles sont survenues dans 37% des cas après six mois, et dans 22% après un an. Et la courbe poursuit son chemin descendant pour atteindre 6% après trois ans.

La délinquance juvénile n'a elle que peu d'impact sur une possible récidive à l'âge adulte, précise l'OFS. Avoir été jugé durant l'enfance ou l'adolescence n'augmente le risque d'écoper d'une peine de prison ferme que d'une fois environ.

Bons et mauvais risques

Par ailleurs, seuls 13% des primo-délinquants commettent à nouveau un délit, note l'office. Une proportion qui grimpe à 22% pour les récidivistes ayant écopé d'une condamnation antérieure, et 48% pour les multirécidivistes.

Les primo-délinquants, jugés comme des «bons risques», bénéficient dès lors généralement du sursis. Considérés comme des «mauvais risques», les récidivistes écopent quant à eux, sauf circonstances particulièrement favorables, d'une peine ferme.

Privilégier les peines alternatives

L'OFS tire plusieurs conclusions de ces statistiques. Les antécédents judiciaires impactent à la fois le risque de récidive et la détermination de la peine. Et le risque de récidive est plus élevé chez les personnes condamnées à de la prison ferme qu'à une peine alternative, à savoir une peine avec sursis total ou partiel, des travaux d'intérêt général ou une peine pécuniaire.

Une peine privative de liberté ferme n'est donc pas moins apte à réduire la récidive qu'une peine alternative, estime l'OFS. De fait, «il vaut, par exemple, mieux prononcer des peines pécuniaires plutôt que des courtes peines privatives de liberté».

Les statistiques de l'OFS ont porté sur les délinquants suisses ou étrangers détenteurs d'un permis C, de sorte à ce que leur parcours puisse être suivi. Les autres délinquants étrangers peuvent avoir réalisé un premier délit dans leur pays d'origine, si bien qu'il n'est pas inscrit dans leur casier judiciaire suisse. (ats/nxp)

Créé: 20.01.2020, 16h59

Articles en relation

Banlieue parisienne: une victime décédée, l'assaillant abattu

Attaque au couteau L'assaillant qui a poignardé vendredi à Villejuif plusieurs passants dont un mortellement a été abattu par la Brigade anti-criminalité. Plus...

Malfrats pincés en Italie et remis à la police lucernoise

Criminalité Recherchés en Suisse pour des centaines de vols, trois cambrioleurs moldaves ont été arrêtés à Trieste avant d'être livrés aux autorités helvétiques. Plus...

Trois femmes arrêtées pour vol à Genève

Criminalité Trois Roumaines ont été appréhendées pour des vols dans une boutique à la rue Rousseau, à Genève. Plus...

Débat urgent sur la criminalité transfrontalière

Suisse Les infractions violentes dans les régions frontalières inquiètent l'UDC. Un débat d'actualité à ce propos sera organisé le 18 décembre au National. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La fin des rentes à vie des conseillers d'Etat est proche
Plus...