Mieux comprendre les activités des animaux

ScienceL'EPFL et l'Université de Zurich cherchent à appréhender les comportements animaliers grâce à la biomécanique.

Les recherches ont été faites sur des suricates.

Les recherches ont été faites sur des suricates. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des chercheurs de l'EPFL et de l'Université de Zurich ont mis au point un modèle pour mieux comprendre les activités des animaux sauvages. Basé sur les principes de biomécanique, il a été développé sur des suricates.

Quand un capteur enregistre une activité, cela peut signifier que l'animal se déplace mais aussi qu'il creuse pour chercher de la nourriture. De même, une position statique peut indiquer le repos ou la vigilance, note mercredi l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL).

L'idée des chercheurs lausannois consiste donc à mieux appréhender les activités des animaux. «En comprenant comment ils changent face aux stimuli externes, cela peut permettre de prendre des mesures plus adaptées pour les protéger», relève Pritish Chakravarty, l'un des doctorants de l'EPFL en charge du projet, cité dans le communiqué.

Un nouveau modèle basé sur des principes biomécaniques a été élaboré. Il sépare d'abord les comportements dynamiques et statiques. Il fait ensuite la distinction entre les deux activités statiques - repos et vigilance - grâce à la position du torse de l'animal. Il analyse enfin la périodicité et l'intensité des mouvements, ce qui permet de savoir si l'animal est en train de courir ou de chercher de la nourriture, explique l'EPFL.

Dix suricates analysés

Des capteurs, capables d'enregistrer par exemple l'inclinaison, l'accélération, les vibrations et les chocs, ont été adaptés par les scientifiques lausannois. Ils ont été placés sur dix suricates en Afrique au Centre de Recherche du Kalahari.

Pour chaque animal, trois heures de données ont été enregistrées. Durant cette période, les suricates ont également été filmés. Les chercheurs ont ensuite identifié et labellisé les activités étudiées sur les images filmées. Cela leur a permis de développer un modèle combinant le «Machine Learning» (apprentissage automatique) et des principes biomécaniques pour entraîner l'ordinateur à reconnaître l'activité de l'animal.

«Ce modèle constitue une première étape dans la standardisation des modèles utilisés pour tirer de l'information comportementale à partir des signaux d'accélération récoltés sur des animaux», conclut l'EPFL. (ats/nxp)

Créé: 03.04.2019, 13h37

Articles en relation

Premier suricate né à Bâle en dix ans

Zoo Après dix ans d'attente, la famille des suricates du zoo de Bâle s'est agrandie cet été. Voici quelques photos du joli bébé. Plus...

L'EPFL veut analyser notre alimentation

Suisse L'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne cherche des volontaires afin de comprendre comment notre glycémie fluctue en fonction de ce que nous consommons. Plus...

Un appareil pour mesurer le fluorure dans l'eau

Science Un outil portatif, fiable et facile à utiliser, développé par l'EPFL, permet de s'assurer que les concentrations de fluorure ne menacent pas la santé. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.