Malgré la vague verte, le bon vieux mazout cartonne

Deux bâtiments d’habitation sur trois sont encore chauffés au mazout en Suisse. Les efforts des Cantons tardent à payer.

Image d'illustration

Image d'illustration Image: Odile Meylan

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Àl’approche de l’hiver, les chaudières tournent à plein régime durant les nuits redevenues fraîches. En Suisse, 90% du 1,5 million de bâtiments à usage d’habitation sont équipés d’un chauffage central. Les énergies fossiles (mazout et gaz) sont encore très largement utilisées puisqu’elles chauffent près de deux bâtiments sur trois. Malgré la volonté politique marquée des Cantons d’augmenter le taux d’assainissement de nos vieilles chaudières rejetant beaucoup de CO2, la transition écolo se fait tout en douceur. Loin des objectifs de la Stratégie 2050 de la Confédération et de l’Accord de Paris sur le climat. Le constat est frappant, alors que les Suisses votent de plus en plus écolo. Pourquoi tant de difficultés? «Pour sortir du fossile, le montant à investir est conséquent, répond Pauline de Salis-Soglio, secrétaire générale adjointe au Département genevois du territoire. Les incitations financières pour le remplacement de ces installations sont nécessaires mais insuffisantes. L’aspect législatif de ce dossier est indispensable pour atteindre l’objectif.»

Et là, fédéralisme oblige, les disparités cantonales sont criantes et les statistiques parfois lacunaires (voir notre tour d’horizon ci-contre). Cet été, le WWF Suisse a établi un classement en matière de politique climatique et de gestion de l’énergie. Le rapport prend notamment en compte l’efficacité énergétique, la promotion des énergies renouvelables et les aides financières accordées. Résultat: seul le canton de Bâle-Ville obtient la note maximum (5) et atteint un objectif conforme à l’Accord de Paris. Suivent quatorze cantons, parmi lesquels tous les romands, qui enregistrent des notes comprises entre 2,6 et 3,3.

Sur le plan de l’efficacité énergétique, Genève et le Jura se placent aux 2e et 3e rangs pour leurs exigences visant l’augmentation du taux d’assainissement quant à la production de chaleur. Ils obtiennent la note de 3. Vingt et un cantons se voient attribuer un sec 2 sur 5.


Genève

État des lieux
Il reste 15'200 chaudières à mazout actives sur le territoire genevois.

Mesures
Le barème des subventions en faveur de l’optimisation énergétique a été modifié en ce milieu d’année 2019. «L’État n’entre pas en matière lorsque le dossier se limite au minimum légal, précise Pauline de Salis-Soglio au DT genevois. Pour les constructions neuves, le chauffage à mazout est interdit. Nous subventionnons notamment les pompes à chaleur. Cette année, 35 millions sont disponibles.» La responsable cite en exemple la Commune de Bernex, particulièrement active dans le renouvellement des chauffages énergivores avec son programme «Sortir du mazout».


Vaud

État des lieux
Dans le canton de Vaud, le nombre de bâtiments chauffés au mazout est passé de 57'000 à 51'500 entre 2017 et 2019, soit près de 10% de moins.

Mesures
La pose d’un chauffage à mazout dans un bâtiment existant nécessite, au préalable, un CECB (Certificat énergétique cantonal des bâtiments). Cette exigence a pour but de sensibiliser le propriétaire à d’autres possibilités. «En 2018, près de 1000 bâtiments ont été rénovés et 500 installations de chauffage à mazout, à gaz ou électrique ont été remplacées par des pompes à chaleur ou des chaudières à bois», note Denis Rychner, en charge de la communication pour la Direction générale de l’environnement. Pour cette année, Vaud consacre 52 millions à cet effet. Un budget identique est prévu pour 2020.


Neuchâtel

État des lieux
Dans le canton de Neuchâtel, il reste encore 50% de bâtiments chauffés au mazout. En 2018, sur les 900 dossiers traités au Service cantonal de l’énergie, seuls 18% des nouveaux chauffages ont été remplacés par du renouvelable.

Mesures
Depuis l’an dernier, un nouveau programme, doté de quelque 8 millions par an, entend soutenir les propriétaires dans la mise en œuvre de l’efficacité énergétique et de production renouvelable de chaleur. La nouvelle loi cantonale sur l’énergie est actuellement en discussion en commission. Yves Lehmann, responsable neuchâtelois de l’Énergie: «Cette législation prévoit, en cas de changement de production de chaleur, de prendre des mesures supplémentaires si l’on veut maintenir un chauffage fossile et si le bâtiment n’est pas suffisamment isolé.»


Valais

État des lieux
Non communiqué.

Mesures
Le Valais est un canton pilote depuis 2019 (ainsi que Vaud, Fribourg, Berne et le Jura) avec le programme «MakeHeatSimple». Il s’attaque aux résidences secondaires. François Charvoz est responsable de la communication au Département de l’énergie: «Il s’agit de chauffer ces bâtiments de manière plus intelligente et efficace, en abaissant son chauffage pendant son absence et en le contrôlant à distance.» Ces solutions permettraient d’économiser jusqu’à 60% d’énergie, pour un budget d’installation qui va de 500 à 2500 francs.


Fribourg

État des lieux
À fin 2015, le Canton de Fribourg recensait 28'500 chaudières à mazout sur son territoire. En 2019, il en reste 27'000. Sachant qu’elles ont une espérance de vie d’environ 20 ans, chaque année, 1400 doivent être changées, mais, d’après le Service fribourgeois de l’énergie (SdE), seules 300 sont remplacées par de l’énergie renouvelable.

Mesures
Le chef du SdE, Serge Boschung, espère beaucoup des nouvelles règles qui entreront en vigueur le 1er janvier 2020. «Le remplacement d’un chauffage à énergie mazout ou à gaz sera possible uniquement si au moins 20% des besoins de chaleur (y compris l’eau chaude) sont couverts par des énergies renouvelables.» Pour 2019, les encouragements financiers devraient se situer entre 16 et 17 millions de francs.


Jura

État des lieux
Le Service jurassien de l’énergie rapporte qu’il ne dispose «malheureusement pas de chiffres précis».

Mesures
Les exigences jurassiennes ont été durcies cette année – surtout si un maître d’ouvrage souhaite installer un chauffage à mazout. «Il devra disposer d’une installation solaire thermique et d’une ventilation contrôlée de son bâtiment», précise Pierre Brulhart, le chef de la Section de l’énergie. Et pour les bâtiments existants? «Les bases légales ne prévoient pas d’obligation d’assainir les installations de chauffage. Mais lors de leur remplacement, les exigences doivent être respectées, soit réduire d’au moins 10% la consommation et donc amener au moins 10% d’énergie renouvelable pour le chauffage et l’eau chaude.»


Berne

État des lieux
Non communiqué.

Mesures
En février dernier, les Bernois rejetaient de justesse (à 50,6%) la nouvelle loi cantonale sur l’énergie qui visait à lutter davantage contre l’utilisation des énergies fossiles. Le gouvernement a néanmoins estimé que sa population souhaite des mesures. Parmi elles, l’incitation financière. Il y a quelques semaines, Berne a annoncé avec fracas qu’il doublait son aide financière pour lutter contre le réchauffement climatique. «Le remplacement d’un chauffage à mazout bénéficie aujourd’hui d’au moins 10'000 francs. La rénovation des bâtiments est subventionnée en fonction de l’amélioration de l’efficacité énergétique», vante Gerhard Ammann, responsable du Service de l’énergie du canton de Berne.

Créé: 04.11.2019, 22h49

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Mort de Poulidor
Plus...