Les pourfendeurs de la technologie 5G préparent plusieurs initiatives fédérales

VotationUn groupe d’opposants à la 5G a lancé une initiative mardi. Au moins quatre autres textes sont en gestation. La cacophonie menace-t-elle la fronde?

La Chancellerie a donné son feu vert à l’initiative fédérale «Pour une téléphonie mobile respectueuse de la santé et économe en énergie».

La Chancellerie a donné son feu vert à l’initiative fédérale «Pour une téléphonie mobile respectueuse de la santé et économe en énergie». Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La 5G est attaquée de toutes parts. Alors que les opérateurs se heurtent à nombre d’oppositions dans leur déploiement de la technologie, la fronde prend une nouvelle dimension. Mardi, un groupe d’opposants a lancé les hostilités avec la première d’une liste fournie d’initiatives populaires. Au moins quatre autres textes sur le même thème sont en préparation, selon nos informations.

Mardi matin marquait donc le coup d’envoi de l’initiative «Pour une téléphonie mobile respectueuse de la santé et économe en énergie». La récolte de signatures court jusqu’en avril 2021. Validé par la Chancellerie, ce texte émane d’un groupe de détracteurs alémaniques réunis autour d’Ursula Niggli, philosophe et auteure d’un livre sur le rayonnement.

Il demande, entre autres, que les valeurs limites fixées par l’ordonnance sur la protection contre le rayonnement non ionisant (RNI) ne soient pas relevées. Il plaide aussi pour une séparation de la desserte en téléphonie mobile et internet entre l’extérieur et l’intérieur de bâtiments. La puissance des émetteurs devrait ainsi être abaissée pour que les émissions ne franchissent pas les murs d’un bâtiment. Les données devraient être transmises par câbles à fibre optique ou par câbles coaxiaux. Cela implique qu’il ne serait plus possible d’utiliser son smartphone chez soi. Un foyer pourrait cependant installer un receveur dans son seul domicile.

Radical? «Le mobile est fait pour être utilisé en déplacement. Nous avons pris de mauvaises habitudes qui ont un impact sur la santé», défend l’initiante. Le texte prévoit par ailleurs de protéger contre tout rayonnement les locaux de bâtiments publics comme les écoles et les hôpitaux.

En Suisse romande, le groupe Stop 5G est sur le point de dévoiler son projet d’initiative, qui doit encore recevoir le feu vert de la Chancellerie. L’association veut diminuer les valeurs limites légales d’exposition aux rayonnements non ionisants et interdire les fréquences millimétriques. Une amende de 100'000 francs au plus est prévue en cas de violation de ces dispositions. Les initiants estiment que de telles mesures permettront de soutenir le développement de «technologies ne produisant pas ou peu de RNI pour un résultat identique».

Pourquoi ne pas faire front commun? Ursula Niggli répond que son initiative était en préparation depuis au moins une année et que l’urgence commande d’agir au plus vite. Membre de l’association Stop 5G, Charly Pache estime de son côté que si les deux textes vont globalement dans le même sens, des différences existent, notamment sur l’usage du portable, qui serait possible selon le projet romand. «Nous allons plus loin sur certains points et inversement. Cette diversité d’approches est bénéfique et montre que c’est un sujet qui mobilise, qui inspire. Et qui n’est pas simple. D’un autre côté, nous devons éviter de nous disperser. Ce sera un défi.»

D’autant que d’autres initiatives sont dans les tuyaux. Active au niveau national, la nouvelle association Frequencia prépare son propre texte. Sans vouloir révéler à ce stade son contenu, elle affirme que celui-ci rejoindra l’initiative d’Ursula Niggli sur plusieurs points mais qu’il vise un objectif plus durable. «Nous aurions aimé faire bataille commune, mais elle était déjà trop avancée et le texte peut-être trop ambitieux», explique Tamlin Schibler, coprésidente de l’organisation, qui estime que chaque initiative a sa raison d’être. Partir en rangs dispersés ne risque-t-il pas d’affaiblir la fronde anti-5G? «J’espère que non. En tout cas, tous les projets aident à médiatiser le débat. C’est important que celui-ci soit mené maintenant.»

Opérateurs très critiques

Détracteur lui aussi de la technologie, le juriste Léon Warnier ne pense pas que la «pléthore» d’initiatives soit un problème. «Chacune devra franchir différentes étapes, et c’est là que les choses vont se configurer.» Hyperélectrosensible, il fait partie du groupe d’opposants derrière l’initiative «Moratoire 5G». Son objectif est d’interdire pour une période renouvelable de cinq ans le déploiement de la technologie. «Il faudra démanteler ce qui a déjà été installé», détaille-t-il. Le texte plaidera aussi pour que le «standard de protection contre le rayonnement non ionisant» ne puisse être inférieur à celui qui était applicable en janvier 2018.

Contactés pour une réaction, les opérateurs renvoient à l’association des télécommunications (Asut). Cette dernière ne mâche pas ses mots contre l’initiative alémanique, qu’elle qualifie «d’absurde». Elle «ramènerait la Suisse à l’âge de la pierre numérique», fustige son président, Peter Grütter. La faîtière dit vouloir s’engager pour que les «limites soient adaptées à l’état de la technique sur la base du principe de précaution et des recommandations de l’Organisation mondiale de la santé».

Créé: 15.10.2019, 21h32

Cantons et Communes résistent, Berne décide

Des pétitions ont été lancées aux Brenets (NE), à Dorénaz (VS), à Saint-Sulpice (VD), à Gland (VD), ou encore des quartiers de Nyon, de Genève ou de Sion. Bien d’autres pullulent sur la Toile, réunissant parfois des dizaines de milliers de signatures.

En Suisse, tradition de démocratie directe oblige, nombreux sont les citoyens ayant lancé des actions anti-5G. Des élus fédéraux, cantonaux et communaux multiplient aussi motions et interpellations.

En Suisse romande, où la fronde est particulièrement virulente, les Cantons de Vaud et de Genève ont décrété un moratoire sur la construction d’antennes 5G, tandis que le gouvernement jurassien a décidé de geler leurs installations.

Outre-Sarine, les gouvernements cantonaux n’ont pas suivi: après des discussions animées, Berne, Saint-Gall, Schwytz et le Tessin ont récemment rejeté des demandes en ce sens. Même résultat pour la ville de Schaffhouse.

Tous attendent cependant le rapport de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) sur la question, chargé de répondre aux nombreuses interrogations concernant l’effet de la 5G sur la santé. Le document – promis pour l’été 2019 puis d’ici à la fin de cette année – devra constituer la référence des autorités en ce qui concerne la nouvelle technologie.

Quoi qu’il en soit, la Confédération reste compétente en la matière. Les moratoires décrétés dans des communes ou cantons romands n’ont qu’une valeur symbolique, Berne les considérant comme illégaux. Selon une note publiée par l’Office fédéral de la communication, seule la Confédération est en droit d’édicter des dispositions concernant la protection des personnes contre les rayonnements nocifs.

Lucie Monnat

Articles en relation

La majorité des Suisses se méfient des ondes de la 5G

Sondage Les partisans des Verts et de l’UDC sont ceux qui se méfient le plus de la nouvelle technologie Plus...

«J’ai le système de protection contre la 5G»

Le Matin Dimanche Les ondes électromagnétiques, l'actu chiffonnée par Claude-Inga Barbey dans sa vidéo «Olé!» N°30. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Mort de Poulidor
Plus...