Les jeunes socialistes veulent l'abolition du mariage

FéminismeDans un texte sur le féminisme, la Jeunesse socialiste suisse réclame l'égalité des salaires, des congés parentaux et se positionne pour l'abolition du mariage institutionnalisé.

Pour les jeunes socialistes, le mariage institutionnalisé est «une construction éculée». (Photo d'illustration)

Pour les jeunes socialistes, le mariage institutionnalisé est «une construction éculée». (Photo d'illustration) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Le féminisme bourgeois nous prêche que les femmes peuvent avoir et atteindre tout ce qu'elles veulent, à condition de le vouloir vraiment», écrit la JSS dans sa prise de position. Celle-ci a été relayée par Le Matin Dimanche et Schweiz am Sonntag et l'ats en a obtenu une copie.

Ce sont des propos qui ignorent complètement que le sexisme est extrêmement rentable. C'est pourquoi le capitalisme «ne laissera jamais les femmes obtenir l'égalité», car il le mettrait en péril. Seul le féminisme socialiste peut être mobilisé pour surmonter tout sexisme, peut-on encore lire dans cette proposition du comité directeur.

Il s'agit également de «dépasser la distribution antique des rôles de genre», écrivent les jeunes socialistes. De fait, ils défendent notamment un congé parental sur le modèle scandinave, où chaque parent a droit à un mois d'absence payé, et les parents ensemble à une période commune (10 mois d'absence) qu'ils peuvent diviser librement entre eux.

Féminisme queer

Mais au 21e siècle, le féminisme doit aussi être «queer» et intégrer les LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres, queer, intersexué, asexuel). Dans cette optique, la JSS réclame l'ouverture du mariage à tous les couples de tous les genres et demande que les célibataires soient aussi bien associés que les couples mariés. A long terme, elle se positionne néanmoins pour l'abolition du mariage, qui est «une construction éculée», selon elle.

La JSS souhaite également de nouvelles options lors de l'identification du genre dans les documents de l'Etat, une norme anti-discrimination des personnes non-hétérosexuelles ainsi qu'une éducation moderne qui dispense des enseignements sur les LGBT dans les écoles.

La prise de position intitulée «Nous ne sommes pas encore libres - pour un féminisme moderne à partir d'une perspective socialiste» est une proposition du comité directeur de la Jeunesse socialiste. Elle sera soumise le 20 juin à Genève à l'assemblée des délégués. (ats/nxp)

Créé: 07.06.2015, 16h14

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

)6 nouveaux projets en faveur des piétons et des cyclistes
Plus...