Les femmes manifestent pour l'égalité salariale

Journée des femmesA l'occasion de la Journée des droits des femmes, des activistes ont réclamé plusieurs mesures en faveur de l'égalité.

Ici, Thomasweg a été remplacé par Taminiqueweg.

Ici, Thomasweg a été remplacé par Taminiqueweg. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A côté de l'égalité salariale que les femmes souhaitent enfin obtenir, la Journée des droits des femmes vendredi en Suisse a été l'occasion de dénoncer la TVA sur les produits d'hygiène féminine. Campax a lancé officiellement sa pétition pour faire baisser la taxe tampons.

En Suisse, le taux de TVA est de 2,5% sur les produits de consommation courante comme le pain, l'eau et le Viagra, indique Campax, l'organisation suisse indépendante qui milite pour des thèmes d'actualité. Mais les produits d'hygiène féminine comme les tampons et les protège-slips n'en font pas partie et sont frappés d'un taux de TVA de 7,7%, ce que l'organisation dénonce comme une «taxe rose».

Campax juge cette taxe comme une discrimination à l'égard des femmes. Avec sa pétition «Bloody Unfair», l'association souhaite que le Parlement suisse s'unisse derrière la motion de Jacques-André Maire, conseiller national (PS/NE). Le député souhaite réduire la TVA sur les articles d'hygiène féminine.

En février, le Conseil fédéral avait reçu favorablement sa motion. Mais celle-ci doit encore passer l'épreuve du Parlement et convaincre les partis bourgeois, plutôt défavorables à cette baisse.

Dans d'autres pays, la taxe rose a été supprimée, à l'instar du Kenya, de l'Australie, de l'Irlande, du Canada ou du Pakistan. Quant aux pays européens, l'UE leur permet d'introduire un taux réduit voire nul.

Prélude à la grève du 14 juin

La Journée des droits des femmes a aussi été le prélude à la grève des femmes prévue le 14 juin. Vingt-huit ans après leur première grève, en 1991, les bonnes raisons de la reconduire ne manquent pas, estiment l'Union syndicale suisse, Unia et Syna.

La discrimination salariale reste élevée, les femmes gagnant toujours près de 20% de moins en moyenne que les hommes. Trouver un équilibre entre vie professionnelle et vie privée tient de la course d?obstacles. En 2019, il est temps que les femmes obtiennent ce qui leur est dû, soulignent les syndicats.

Les paysannes ont également rappelé vendredi qu'elles luttent pour l'égalité. La majorité d'entre elles ne sont pas rémunérées dans les exploitations agricoles.

Actions dans plusieurs cantons

Des actions de toutes sortes se sont déroulées dans les cantons. A Lausanne, plus de 1500 personnes ont manifesté en début de soirée, selon la police, dont un tiers d'hommes. L'école a un rôle primordial pour promouvoir l'égalité entre les garçons et les filles, estime le SSP-Vaud qui a lancé le hashtag #encolèretantqu'ilfaudra. Il appelle les enseignants à s'habiller en rouge tous les vendredis, au moins jusqu'au 14 juin.

A Genève, près de 200 personnes se sont rassemblées à Plainpalais. Parmi elles, de nombreux jeunes et aussi des «vieilles de la vieille», comme se décrivent trois retraitées. Elles fustigent les violences envers les femmes et répondront présentes à l'appel à la grève de juin.

A Neuchâtel, un goûter de l'égalité a été organisé devant la fontaine de la Justice, suivi d'une performance théâtrale et du lancement temporaire d'une radio féministe. Les actions se sont poursuivies à La Chaux-de-Fonds avec un apéro de l'égalité sur la Place de la Gare. En soirée, une vente aux enchères d'oeuvres d'artistes était prévue à la salle de Bikini Test, puis des concerts.

Dans le canton de Fribourg des actions de rue ont été menées dès midi dans le chef-lieu et à Bulle. Un rassemblement féministe s'est tenu à la place Georges-Python. En Valais, l'Office cantonal de l'égalité et de la famille proposait jeudi et vendredi, en collaboration avec la HES-SO Valais, un stage pour faire découvrir aux jeunes filles les emplois techniques.

Rues sédunoises rebaptisées

Tout comme à Zurich, plusieurs rues ont été rebaptisées au féminin vendredi à Sion. Alors qu'aucune rue ne porte le nom d'une femme à Sion, certaines d'entre elles ont été renommées au nom de personnalités comme les politiciennes Viola Amherd et Gabrièle Nanchen ou l'ancienne skieuse Chantal Bournissen.

Mais la police est intervenue après quelques minutes pour arracher les affichettes apposées par le Collectif Femmes Valais, ont rapporté plusieurs médias. Le collectif n'ayant pas obtenu les autorisations nécessaires, l'action a été considérée comme de l'affichage sauvage.

Dans le canton du Jura, le collectif «Grève pour l'égalité» a invité les femmes à son assemblée générale en vue de la constitution d'une association. Cette assemblée était suivie par la projection du film «Une femme d'exception» puis un débat organisé par le Bureau de l'égalité. (ats/nxp)

Créé: 08.03.2019, 19h34

Une trentaine de jeunes femmes reçues au Palais fédéral

Une trentaine de jeunes femmes de toute la Suisse ont été reçues vendredi au Palais fédéral à l'occasion de la Journée des droits des femmes. Elles étaient invitées par les trois conseillères fédérales en fonction.

Les jeunes femmes, actives dans des institutions de formation à Porrentruy, Coire et Lucerne, se sont entretenues avec la vice-présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga (DETEC) ainsi que les conseillères fédérales Viola Amherd (DDPS) et Karin Keller-Sutter (DFJP), ont indiqué les départements de ces dernières dans un communiqué commun.

En Suisse, les femmes continuent d’occuper des postes moins influents que les hommes, que ce soit dans le domaine de l’économie ou des sciences. Les femmes sont également sous-représentées en politique, et cela bien que la politique détermine la vie de tous, que ce soit dans le domaine privé, professionnel ou de la formation.

Les conseillères fédérales ont rappelé cette réalité et partagé avec leurs invitées leurs expériences de politiciennes. Mmes Sommaruga, Amherd et Keller-Sutter se disent impressionnées par l’esprit d’initiative, l’intérêt et l’engagement de ces jeunes femmes. Elles y voient un signal positif pour l’année électorale 2019 qui permettra de poser les jalons d’une plus forte participation des femmes, conclut le communiqué.

Articles en relation

Une organisation s'attaque à la taxe tampon

Journée de la femme Les produits d'hygiène féminine ont un taux de TVA plus élevé que les produits de consommation courante. L'organisation Campax veut combattre cette injustice. Plus...

4 cantons n'ont jamais envoyé de femmes au parlement

8 mars Les femmes sont mieux représentées dans les partis de gauche. Le point en graphiques sur l'évolution de la représentation féminine au parlement au cours des cinquante dernières années. Plus...

L'USS soutient la grève des femmes du 14 juin

Suisse De nombreux combats pour l'égalité restent à mener. Pour ces raisons, l'Union syndicale suisse soutiendra la grève prévue en juin. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.