Les élus valaisans s’alignent derrière Sion 2026

Jeux Olympiques Une nette majorité du Grand Conseil soutient la candidature olympique. Verdict du peuple dans trois mois.

Thierry Largey, député écologiste au Grand Conseil valaisan

Thierry Largey, député écologiste au Grand Conseil valaisan

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La candidature de Sion 2026 prend des airs d’épreuve de combiné alpin. Vendredi, devant le parlement valaisan, la manche de descente s’est déroulée sans encombre. Mais pour les porteurs du projet, c’est un exigeant slalom qui s’annonce jusqu’au vote décisif du 10 juin, pour convaincre les citoyens du canton.

Sans surprise, le Grand Conseil a très largement voté, par 101 voix contre 22, en faveur du dossier olympique. Petit détail qui ne doit rien au hasard, c’est Ramon Zenhäusern, tout frais champion olympique de slalom par équipe, qui a été invité à ouvrir la séance. Au perchoir, il a plaidé pour Sion 2026, y voyant enfin la possibilité de «remettre le sport au cœur des Jeux» après «les tribunes désertes et le peu d’engouement» ressenti à PyeongChang et à Sotchi.

Acquis à la cause du sportif érigé en héros cantonal, les élus en ont presque oublié qu’ils ne votaient «que» sur un crédit concret de 100 millions de francs destiné à financer les infrastructures et la sécurité dans le canton en vue des olympiades d’hiver. Il s’est ensuivi un concert de louanges appelant à «raviver une merveilleuse flamme» ou encore à «croire en un rêve». Jacques Melly (PDC), président du gouvernement, souhaite ces Jeux qui «apporteraient tellement à ce canton». Pour un élu UDC qui s’est éloigné de la position officielle de son parti, obtenir les Jeux constitue même une question d’identité. «C’est l’occasion d’affirmer ce que et qui nous sommes», a-t-il lancé.

Garanties suffisantes?

Les représentants des Verts sont les seuls à avoir fait bloc contre le projet, auxquels se sont ajoutées des voix éparses de la gauche et de l’UDC, divisés sur la question. Thierry Largey, chef du groupe écologiste, regrette ainsi que «l’émotion portée par un champion olympique déstabilise des politiques qui devraient s’en tenir à une analyse rationnelle». Et de pointer du doigt un piège financier tendu par le CIO. «Les Valaisans sont-ils prêts à assumer le déficit? C’est la question que je leur pose.»

Pour une majorité de députés, les garanties sont suffisantes et les Jeux en valent la chandelle. Leur soutien n’est cependant pas un blanc-seing. Le projet de décision prévoit que le gouvernement valaisan soit contraint de se retirer si la candidature devait être modifiée et présenter un risque pour les finances. Par ailleurs, toutes les questions ne sont pas réglées – en particulier celle de la responsabilité en cas de déficit. Le ministre des Sports et vice-président de Sion 2026, Frédéric Favre (PLR), sait que le chemin est encore long. «Gagner devant le peuple sera plus difficile et il faudra apporter des réponses, mais ce résultat clair me permet d’y croire davantage.»

L’histoire démontre qu’en matière de candidature olympique, un soutien politique n’est en rien une garantie. Les citoyens des Grisons ont par deux fois désavoué leurs autorités en la matière, en 2013 et en 2017. Conscient de cette difficulté, Frédéric Favre rappelle qu’en 1997, les Valaisans avaient soutenu Sion 2006 par 67% des voix. Mais le prochain obstacle se présentera peut-être à Berne. Le Conseil national devrait se prononcer mardi prochain sur une motion socialiste demandant que le peuple suisse ait le dernier mot. (TDG)

Créé: 09.03.2018, 22h53

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Arrestations dans l'affaire des cinq femmes tabassées
Plus...