Les élus suisses jugent catastrophique l'état de la France

Election présidentielle«Catastrophique, malsaine, inquiétante», tels sont les mots employés. La droite, majoritaire en Suisse, juge sévèrement le bilan de Sarkozy. Hollande ne rassure pas non plus, sauf au PS.

Les politiciens suisses estiment que François Hollande a des chances de succéder à Nicolas Sarkozy. Mais ils ne voient pas l'avenir en rose pour la France.

Les politiciens suisses estiment que François Hollande a des chances de succéder à Nicolas Sarkozy. Mais ils ne voient pas l'avenir en rose pour la France. Image: Arthur Grosjean

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«La situation est catastrophique. La France a perdu 600'000 emplois en 10 ans dans l'industrie et l'ampleur de sa dette est très préoccupante». L'ancien maire socialiste de Genève, Manuel Tornare, n'y va pas avec le dos de la cuiller quand il s'agit de décrire la situation économique de la France deux jours avant le premier tour l'élection présidentielle française.

Faut-il y voir un coup de pouce entre camarades socialistes pour savonner la planche du président sortant UMP? Pas vraiment. La droite, qui est majoritaire depuis toujours en Suisse, juge aussi sévèrement le bilan de Nicolas Sarkozy.

«Tout le monde en a ras-le-bol»

«La situation en France est vraiment catastrophique», estime le conseiller national démocrate-chrétien Luc Barthassat, qui se situe au centre droit. «Je pense même qu'elle est malsaine. Les petits patrons sont surtaxés. Les employés touchent 1300 euros par mois et tournent avec le minimum. Ils ne sortent plus, ne vont plus au resto. Et tout le monde en a ras-le-bol ».

Hansjörg Walter, le président du Conseil national et donc premier personnage de l'Etat suisse, appartient à la droite nationaliste UDC. Il a de la sympathie pour Sarkozy mais pas pour son bilan. «Il n'a pas atteint ses objectifs électoraux. La France doit être réformée. Il faut introduire un vrai frein à l'endettement et assainir les assurances sociales».

Les «fautes graves» de Sarkozy

Hans Fehr, conseiller national UDC, premier parti de Suisse, enfonce le clou. «Sarkozy a promis beaucoup de choses. Mais il a échoué sur le chômage et l'immigration. Beaucoup de Français sont désillusionnés». Werner Lüginbühl, sénateur du parti bourgeois démocratique, pointe aussi «des fautes graves». Il cite la fête au Fouquet's, les vacances aux frais de Bolloré et la volonté de placer son fils à la tête de l'EPAD. «Même dans les cercles bourgeois, il y a une antipathie envers lui ».

Le conseiller national socialiste Jean-Christophe Schwaab dénonce d'ailleurs l'accroissement des inégalités en France, «la distribution des prébendes aux grandes entreprises comme Dassaut, Bouygues ou Bolloré» et le favoritisme qui récompense les proches. Il n'en fait pas cependant un travers spécifique à l'UMP. «Avec DSK, les socialistes auraient été exposés aux mêmes risques».

Les politiciens suisses estiment aussi que la personnalité «bling bling» de Sarkozy nuit gravement à sa réélection. «Il est toujours dans la com', l'esbrouffe, c'est insupportable», relève le conseiller national socialiste Roger Nordmann. «C'est tout le contraire d'une Angela Merkel». Luc Barthassat enchaîne: «Il n'a pas l'image de quelqu'un proche des gens. Il vit dans un autre monde, côté Saint Trop'.»

«Hollande? Ce serait catastrophique»

Sarkozy décrié, est-ce que Hollande éblouit la Suisse? Non. «Si Hollande est élu, dans 5 ans la France sera dans la même situation avec en prime un Etat qui dirige de plus en plus la vie des gens et des syndicats plus puissants», pronostique Hans Fehr. D'un ton feutré, le sénateur de la capitale Werner Lüginbuhl tranche : «Je crains que Monsieur Hollande ne soit pas le président dont la grande Nation française a besoin».

Malgré ses vives critiques à l'égard de Sarkozy, la droite suisse considère que c'est le moins mauvais choix. «Avec l'énarque Hollande, ce serait catastrophique», conclut Luc Barthassat. «Il ne va pas tenir ses promesses et je redoute des troubles sociaux et encore plus de travail au noir en France.»

Les socialistes suisses, eux, applaudissent à l'idée d'un président Hollande et estiment qu'il a fait une bonne campagne. Mais ils ne veulent pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué. «Nicolas Sarkozy est une bête politique. Rien n'est joué», estiment-ils

Le Pen et Mélenchon, des seconds couteaux

Les élus suisses n'accordent pas beaucoup d'importance aux outsiders Marine le Pen et Jean-Luc Mélenchon. Ils n'ont aucune chance de devenir présidents et peuvent donc faire vibrer la corde populiste «avec des programmes complètement irréalistes», notent plusieurs parlementaires.

La remarque la plus dure entendue sur un candidat à la présidentielle? Elle touche Eva Joly, la candidate des Verts. «C'est une bonne juge mais c'est une sotte en politique», lâche l'ancien maire de Genève Manuel Tornare.

Créé: 20.04.2012, 16h35

Articles en relation

François Hollande est toujours en tête des sondages

Présidentielle française Le socialiste continue de creuser l’écart avec Nicolas Sarkozy dans les intentions de vote pour le premier tour de l’élection présidentielle française. Plus...

Sarkozy ou Hollande? Rien n'est joué en Suisse

Présdientielle française Les représentants de l’UMP et du Parti socialiste en Suisse livrent leurs dernières analyses à quelques jours du premier tour qui s’annonce fort différent de celui de 2007, en vertu d'un plus fort électorat de gauche. Plus...

Sarkozy cache sa montre suisse à ses militants

Anecdote Alors qu'il saluait la foule sur la place de la Concorde dimanche, le président candidat a pris soin d'enlever sa montre à 65'000 francs avant de la ranger dans sa veste. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La fin des rentes à vie des conseillers d'Etat est proche
Plus...