Les éléphants d'Hannibal n'ont pas franchi les Alpes suisses

HistoireUne recherche scientifique casse un mythe helvétique.

Le passage des pachydermes sur les monts valaisans a nourri l’imaginaire de nombreux artistes.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Parfois, les grandes énigmes de l’histoire se résolvent grâce à de petits détails. Qui aurait pu prédire qu’un peu de crottin de cheval pouvait mettre fin à une polémique vieille de plus de 2000 ans?

Des microbiologistes de l’Université York, à Toronto, l’affirment: non, le chef de guerre carthaginois Hannibal n’est jamais passé par la Suisse lors de sa traversée des Alpes. Les chercheurs canadiens sont parvenus à retracer, grâce à l’analyse des bactéries laissées par les déjections des montures du convoi du grand stratège, le chemin exact emprunté par son armée en 218 av. J.-C.

Cette année-là, la deuxième guerre punique fait rage. Hannibal quitte l’Hispanie accompagné de 30'000 soldats, de 15'000 cavaliers et de 37 éléphants de guerre avec la ferme intention d’envahir l’Italie et de mettre à sac une Rome qu’il abhorre. Passé les Pyrénées, l’itinéraire exact emprunté par l’armée carthaginoise fait l’objet d’une querelle d’historiens qui dure depuis des siècles. Une théorie affirme qu’Hannibal et ses éléphants sont passés à travers le col du Grand-Saint-Bernard. Une piste sérieuse – il s’agit de l’itinéraire le moins périlleux – qui a depuis toujours nourri l’imaginaire helvétique.

Tracé déjà envisagé par les historiens

En réalité, le chemin emprunté se situe bien plus au sud. L’étude démontre que le convoi est passé par le col de la Traversette, dans les Alpes cottiennes, qui relie le Queyras à la vallée du Pô, aux portes de Turin. Cette route fait également partie des tracés potentiels estimés par les historiens.

Les chercheurs se basent sur des traces d’une quantité massive de matières fécales animales retrouvées sur un site à proximité du col. Une combinaison complexe de techniques relevant de l’analyse microbienne génétique, de la chimie de l’environnement ou encore de la géophysique a permis de dater les excréments à 200 ans av. J.-C., soit pendant la deuxième guerre punique.

Pour être précis, ce sont les Clostridia, des bactéries qui se nichent dans le crottin de cheval et qui ont une durée de vie de plusieurs milliers d’années, qui ont été retrouvées dans un étang marécageux. L’endroit a ainsi été identifié comme un lieu de bivouac où les animaux de l’armée se sont abreuvés.

Reste encore à découvrir pourquoi Hannibal a choisi cet itinéraire escarpé et ardu. Sur ce point, les microbiologistes ne laissent aux historiens que des spéculations. Il est cependant fort possible que le tacticien ait ainsi voulu éviter une rencontre avec des tribus gauloises établies dans la région. (TDG)

Créé: 07.04.2016, 14h11

Articles en relation

1830 Dernière apparition du loup dans le bois du Vengeron

Chronique historique Quand le loup se baladait librement à Bellevue, là où coule la rivière du Vengeron. Plus...

L’aigle nazi continue de hanter la Lufthansa

Aéronautique Un nouvel ouvrage remet en lumière la relation équivoque que la compagnie aérienne entretient avec cette sombre page de son histoire. Plus...

Histoire et design dans la Saxe «suisse»

Horlogerie Tout à l’est de l’Allemagne, la tradition horlogère revit. Exemple avec deux marques aux destins différents. Plus...

15 mars 1996:  La radio One FM s’installe sur les ondes

J'y étais Vingt ans déjà que One FM chatouille les tympans locaux. Retour sur une épopée du cru. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Manifs partout en Suisse
Plus...