Les éditeurs suisses s'attaquent à Google

ConfidentialitéLes entreprises suisses, comme Tamedia ou Swisscom, ont commencé à adapter leur politique de confidentialité.

L'année dernière, Google et compagnie ont réalisé 450 millions de francs de recettes publicitaires en Suisse.

L'année dernière, Google et compagnie ont réalisé 450 millions de francs de recettes publicitaires en Suisse. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les géants internationaux comme Facebook et Google ne sont pas les seuls à recueillir massivement les données de leurs utilisateurs.

Il y a quelques semaines, les utilisateurs du site de vente en ligne Ricardo ont reçu un courrier électronique les informant de changements dans la collecte de données. Dorénavant, leurs données pourront être transmises à Tamedia, propriétaire de la plate-forme internet, pour «permettre l'échange de données».

Dans un document de dix pages A4, le site de commerce en ligne explique que Tamedia peut recueillir les données sur toutes ses pages internet et en tirer des profils personnels qui seront utilisés à des fins de marketing ou d'analyses. Le groupe de médias zurichois a commencé à unifier sa politique de confidentialité il y a un an et demi, explique à l'ats le porte-parole Christoph Zimmer.

Ces adaptations concernent le journal gratuit 20 Minutes, les quotidiens payants de la semaine et du dimanche du groupe qui détient notamment la Tribune de Genève ou 24 Heures, ainsi que les magazines et les sites Homegate, Olmero, Ricardo, Starticket et Tutti.

Publicité ciblée

Tamedia répertorie le nom, l'adresse, le sexe et l'adresse email des internautes, mais aussi leur comportement en ligne. Le groupe sait par exemple quelles rubriques l'utilisateur de l'application mobile de la Tribune de Genève, du Tages Anzeiger ou de la Berner Zeitung consulte le plus souvent. En examinant ses 29 sites, il peut savoir quels sont ses musiques ou sports de prédilection, s'il a des enfants ou s'il recherche un appartement.

Ces données sont très intéressantes pour les publicitaires. Car celui qui cherche un logement peut aussi avoir besoin de meubles. Celui qui achète des articles pour bébé prépare peut-être aussi des vacances en famille. Google et Facebook utilisent déjà depuis de nombreuses années les données de leurs utilisateurs à des fins de publicité ciblée.

Selon une étude de la Fondation statistique suisse en publicité, l'année dernière, Google et compagnie ont réalisé 450 millions de francs de recettes publicitaires en Suisse par ce moyen, ce qui représente 41% du revenu total de la publicité en ligne.

Concurrence

Le rapport de force devrait changer à l'avenir, explique Manuel Puppis, spécialiste des médias à l'Université de Fribourg. "Les médias classiques, mais aussi des entreprises de télécommunications comme Swisscom, essayent de s'octroyer également une part du gâteau. Et la mise en commun des données des internautes est un bon moyen pour y parvenir. Les groupes de médias doivent trouver des moyens pour engendrer de nouvelles recettes. Les revenus des annonces publicitaires ayant diminué de près de la moitié en dix ans, ces manoeuvres sont vitales pour eux.

Diversification

Tamedia et Ringier ont commencé il y a de nombreuses années à diversifier leurs affaires. Par l'acquisition de sites internet, les deux sociétés ont construit un deuxième pilier, qu'elles espèrent faire fructifier grâce à la récolte de données.

L'année passée, Ringier s'est associé à la SSR et à Swisscom pour lancer la coentreprise Admeira. Destinée à faire face à la concurrence des fenêtres publicitaires étrangères, la société doit servir à la publicité ciblée sur internet.

L'objectif d'Admeira est de faire de même sur les chaînes de télévision de ses propriétaires. Mais pour des raisons légales, cette pratique n'est pas encore possible pour l'instant.

Admeira obtient les données principalement de Swisscom qui recueille les informations de ses clients sur internet et sur Swisscom TV. Le numéro un suisse des télécommunications fournit des informations sur la grandeur du ménage, la classe de revenus, le pouvoir d'achat ainsi que sur les habitudes des abonnés.

Ringier ne va pas aussi loin. Il n'a pas encore mis en commun les données de ses différents sites.

Nouvelles habitudes

Les consommateurs doivent changer leurs habitudes, estime M. Puppis. Ils devraient davantage se renseigner sur les données qui sont utilisées sur internet et sur ce qu'il en advient. Mais pour les non-juristes, les déclarations sur la protection des données sont rarement compréhensibles, relève-t-il.

La collecte de données à des fins publicitaires n'est pas le seul problème. La concurrence des géants en ligne étrangers accentue la crise des médias en Suisse, rappelle le professeur fribourgeois. La pression est forte non seulement pour les grands groupes de presse, mais aussi pour les lecteurs et l'offre journalistique qui leur est proposée. (ats/nxp)

Créé: 14.08.2017, 12h06

Récolte des données problématique

Le Préposé fédéral à la protection des données, Adrian Lobsiger, considère comme problématique la récolte des données des utilisateurs d'internet (webtracking) à des fins publicitaires. Les exploitants de sites doivent néanmoins suivre certaines règles.

Différents procédés sont possibles pour observer un internaute, explique le Préposé fédéral à la protection des données et à la transparence sur son site internet. Le comportement de l'internaute est analysé grâce à des fichiers témoins (cookies) qui sont enregistrés sur son ordinateur dès qu'il consulte un site.
Quand il se connecte à un site en indiquant son nom, par exemple sur les réseaux sociaux, il peut être suivi sur tous les appareils qu'il utilise. Les fournisseurs de services connaissent même son nom.

Mais si des données personnelles sont collectées par ce biais, leur traitement doit être approuvé par l'internaute concerné. Celui-ci doit expressément confirmer qu'il a été informé et qu'il approuve le webtracking.

Le Préposé fédéral recommande de supprimer après chaque session les cookies enregistrés et l'historique de navigation ou de configurer le navigateur de telle manière qu'il procède automatiquement à cette opération après avoir été fermé. L'utilisateur a aussi la possibilité d'empêcher l'enregistrement de cookies dans son navigateur.

Articles en relation

Facebook en procès sur la confidentialité

Transfert de données Un juriste autrichien s'était plaint du transfert des données personnelles d'Europe vers les Etats-Unis. Plus...

Google annule une réunion sur la diversité

Technologies Accusé de sexisme, le géant américain fait marche arrière. Une réunion interne sur le sujet de la diversité est annulée. Au nom de la «sécurité». Plus...

Google lance le débat sur la liberté d'expression

Etats-Unis L'ingénieur de l'entreprise américaine avait justifié l'inégalité de traitement entre femmes et hommes dans le secteur des hautes technologies. Il a été viré! Plus...

Bruxelles s'apprête à punir Google

Internet Le groupe américain pourrait se voir infliger une amende entre 1,1 et 2 milliards d'euros pour abus de position dominante. Plus...

Google ne lira plus les mails sur Gmail

Publicité Face aux poursuites, Google annonce que ses logiciels ne liront plus le contenu des courriels pour cibler la publicité. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Bruxelles veut que ses frontaliers chôment en Suisse
Plus...