Le temps partiel a la cote après les études

SuissePlus de la moitié des étudiants optent pour du travail à temps partiel une fois leur diplôme en poche. Histoire de se ménager du temps pour leurs loisirs.

Un jeune diplômé sur deux travaille à temps partiel après ses études.

Un jeune diplômé sur deux travaille à temps partiel après ses études. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Plus de la moitié des diplômés d'une haute école spécialisée (54%) et un tiers (32%) des titulaires d'une maîtrise universitaire travaillent à temps partiel. Ceci pour avoir du temps à consacrer à leurs intérêts personnels. C'est ce qui ressort d'une enquête menée en 2018 par l'Office fédéral de la statistique et dont 20 Minuten se fait vendredi l'écho. Un chiffre en augmentation par rapport à l'an dernier.

Selon l'étude, les diplômés des universités sont 29% à opter pour le travail à temps partiel, contre 27% dans les hautes écoles spécialisées. Et dans les hautes écoles pédagogiques, ils sont même la moitié à privilégier ce mode de vie. Enfin, c'est surtout dans le domaine des sciences humaines et sociales que l'on trouve le plus de personnes à temps partiel.

Salaires en hausse

Pourquoi ce phénomène? Selon Marco Salvi, qui conduit des recherches au think tank Avenir Suisse, il s'agit avant tout d'une question financière avec des salaires qui ont augmenté. Par rapport à avant, les universitaires et surtout les enseignants peuvent gagner leur vie en se contentant de travailler à 80%, voire 60%, indique-t-il au journal.

En outre, les mentalités ont aussi changé. De nombreux jeunes professionnels n'ont plus pour objectif de maximiser leurs revenus en travaillant. Leur but est d'être heureux, souligne-t-il. Autre constat: les postes à temps plein se font également rares dans certains secteurs et de nombreux diplômés sont encore en train de terminer un doctorat ou une formation supérieure.

Meilleur travail

Gaspillage de temps et de l'argent des contribuables, se demande 20 Minuten? Pas forcément selon Marco Salvi. «Le gaspillage dû à la baisse du temps de travail chez les nouveaux diplômés est bien moins dramatique que celui dû à la retraite anticipée des travailleurs encore aptes à travailler», estime-t-il.

Le conseiller national Mauro Tuena (UDC/ZH) n'a également rien contre cette tendance. Pour lui, certains employés à temps partiel travaillent mieux que leurs collègues à 100% parce qu'ils sont plus reposés. Mais il met en garde: il faut veiller à ce que le temps libre ne prenne pas le dessus sur le travail. Et surtout, il faut que ceux qui réduisent leur temps de travail ne deviennent pas une charge pour l'Etat. «Avoir un petit temps partiel et réclamer un appartement subventionné ne doit pas être possible», conclut-il.

(nxp)

Créé: 04.01.2019, 09h56

Articles en relation

Un allègement fiscal est offert aux étudiants

Fribourg Le canton de Fribourg autorise ses étudiants à déduire plus de dépenses scolaires afin d'atténuer l'impact de la hausse des taxes universitaires. Plus...

EPFL: l'UDC veut un quota d'étudiants étrangers

Canton de Vaud Un député vaudois a déposé une interpellation dans laquelle il s'inquiète du nombre d'étudiants étrangers à l'EPFL. Il propose de limiter les inscriptions. Plus...

Environ 10'500 étudiants pour la rentrée à Fribourg

Enseignement supérieur L'Université de Fribourg, qui propose un nouveau programme, accueille des étudiants en provenance de nombreux cantons. Plus...

L'UNIL franchit le cap des 15'000 étudiants

Lausanne En dix ans, les effectifs de l'Université de Lausanne ont augmenté d'un tiers. Près de 4000 nouveaux étudiants découvriront le campus de Dorigny cet automne. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Parlement veut plus de femmes à la tête des grandes entreprises
Plus...