Le partage du travail s'invite dans le monde de l’hôpital

EgalitéMarie Méan partage son poste de médecin cadre avec un collègue. Rencontre.

Depuis le mois de février, Marie Méan occupe un poste de cadre au CHUV. Du lundi au mercredi, elle est médecin associée. Le reste de la semaine, elle s’occupe de ses deux enfants.

Depuis le mois de février, Marie Méan occupe un poste de cadre au CHUV. Du lundi au mercredi, elle est médecin associée. Le reste de la semaine, elle s’occupe de ses deux enfants. Image: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans le service de médecine interne du CHUV, un organigramme est affiché au mur. Au sommet: huit hommes. Les têtes féminines, elles, apparaissent en dessous, chez les chefs de clinique et les médecins assistants. Tout un symbole. Dans le monde médical, les femmes peinent à grimper dans la hiérarchie (lire encadré). Mais les choses bougent, et l’organigramme en question devra être mis à jour: Marie Méan, 39 ans, a rejoint en février l’équipe de cadres. Pour concilier ce job et sa famille recomposée, elle travaille en binôme avec le directeur de l’école de médecine à Lausanne, Pierre-Alexandre Bart.

La médecin est à l’hôpital du lundi au mercredi. Le reste de la semaine, elle s’occupe de ses enfants, âgés de 5 ans et 18 mois. Les choses se sont faites naturellement. Elle a commencé par partager son travail entre la recherche et les soins cliniques, une pratique assez fréquente. Et, à la naissance de son premier enfant, elle a abandonné l’un de ses 50%.

Une évolution naturelle

«Je ne me suis jamais posé de questions, notamment sur la façon dont ce serait perçu. Pour moi, ce n’était pas négociable.» Selon elle, une telle réduction du temps de travail n’aurait pas été possible plus tôt. «Le plus difficile, dans ce métier, c’est d’être bon en clinique, et pour le devenir, il faut suffisamment de pratique», étaie-t-elle. Et puis «les mentalités ont beaucoup changé» et cela aurait été différent il y a dix ou vingt ans.

«J’adore mon métier. J’ai des ambitions et des projets, mais ceux-ci ne sont pas liés à un poste. Si on gravit les échelons, c’est parce que les compétences acquises nous poussent vers le haut», poursuit-elle. Et de souligner que, pour être un bon médecin, son esprit doit être libre: le temps passé à la maison lui permet d’être «plus motivée et efficace au travail».

Ses enfants représentent son deuxième job, dès le mercredi soir. «Ils ont changé ma vie et m’ont apporté plus encore que mon métier.» Que fait-elle de ses jeudis et vendredis? «L’important, c’est d’être avec eux. La difficulté, c’est de ne pas multiplier les activités pour compenser les moments où je ne suis pas là.»

Etude pilote rassurante

Egalement maître d’enseignement et de recherche, la doctoresse s’est intéressée aux conséquences du partage de postes sur la prise en charge des patients. «C’est une étude pilote. Mais les résultats sont rassurants. Les patients ne sont pas hospitalisés plus longtemps, les examens ne sont pas plus nombreux et la satisfaction des collaborateurs est identique.»

«Quand vous êtes responsable d’une unité de vingt ou trente patients, vous devez les connaître comme si vous étiez là en permanence»

Et au niveau personnel? «Le plus gros risque est d’être insatisfaite des deux côtés. Que d’un côté je n’arrive pas à finir mon travail, et que de l’autre j’aie le sentiment de ne pas être assez à la maison.» Sa solution passe par le lâcher-prise. Si elle lit ses mails depuis la maison, ses collègues ne l’appellent pas durant ses jours de relâche. Même si une personne assure en permanence son travail, il faut se mettre à jour: «Quand vous êtes responsable d’une unité de vingt ou trente patients, vous devez les connaître comme si vous étiez là en permanence.»

Le conjoint de Marie Méan travaille à 100%. «Mais il est indépendant et donc flexible», précise-t-elle. Le féminisme? Pour elle, l’important est que chacune soit libre et puisse trouver son équilibre – en travaillant à plein-temps, à temps partiel ou pas du tout. «J’ai eu des retours positifs de mes collègues cheffes de clinique, qui trouvent chouette que le service de médecine interne permette un tel partage. Il faut une première et j’espère que cela ouvrira des perspectives pour d’autres.»

Signe de ses convictions, Marie Méan présente une étude réalisée aux Etats-Unis. Elle montre que les décès après une hospitalisation sont moins fréquents chez les patients pris en charge par des femmes. «Le propos est provocateur, mais l’analyse est robuste. Si la différence est faible, elle est néanmoins significative. Ainsi, si les médecins hommes travaillaient comme des femmes aux Etats-Unis, on pourrait éviter 32 000 décès par année.» Elle espère que ces conclusions rassureront les patients hospitalisés, qui sont de plus en plus souvent soignés par des femmes. Et elle projette de mener la même étude en Suisse.

Créé: 08.03.2017, 08h06

Le plafond de verre d’un métier féminin

Pour promouvoir le partage du temps de travail, la direction du CHUV offre aux services prêts à tenter l’expérience 10% supplémentaires de salaire par personne qui pratique le jobsharing. Le temps en plus est dédié au transfert d’informations dans le tandem. Au niveau des cadres, un tel partage reste toutefois rare: le CHUV ne compte qu’un autre cas, en dermatologie.

Comment trouver un binôme? Pour Marie Méan, la proposition est venue du service. «Il faut trouver une opportunité, mais nos activités en offrent, précise Antonio Racciatti, responsable des ressources humaines au CHUV. Des médecins se partagent déjà entre différents services ou entre la recherche et l’activité clinique. Ensuite, il faut que le chef du service soit d’accord.»

Le but est de promouvoir les carrières féminines. Dans les hôpitaux suisses, 45% des médecins sont des femmes (chiffre 2015). Ces proportions sont de 52% au CHUV et 54% aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). Mais ces femmes sont moins présentes dans la hiérarchie. Ainsi, elles représentent 59% des chefs de clinique au CHUV (la première position après les médecins assistants), mais 29% des médecins adjoints et 14% des chefs de service (les positions les plus élevées). La tendance est la même aux HUG, où l’on dénombre 58% de femmes parmi les chefs de clinique, 39% chez les médecins adjoints et 15% chez les chefs de service. Les HUG n’ont pas instauré de politique de jobsharing en tant que telle, mais des réflexions sont en cours.

L’intérêt de telles mesures? «Les femmes détiennent de plus en plus les compétences dont nous avons besoin, répond Antonio Racciatti. Mais certaines quittent l’institution: le frein à leur carrière est essentiellement lié à la difficulté de concilier obligations familiales et vie professionnelle.» Le CHUV met en place cette année un plan en quinze mesures. Il est notamment prévu de mieux régler le télétravail ou de proposer de revenir au travail de manière échelonnée après un congé maternité. Le règlement sera aussi changé afin qu’une maternité ne puisse pas retarder ou empêcher une promotion.

Articles en relation

Halte au sexisme au travail!

Reportage à l'Université Quand hommes et femmes évoquent les discriminations liées au sexe, le débat est… animé. Plus...

La «révolution» au travail gagne du terrain aux SIG

Genève Ils sont aujourd’hui 650 employés au siège de la régie publique à être passés en mode «EquiLibre». Plus...

L’espace de travail réinventé à Vernier

Bureaux partagés Nomadspace, qui a coûté 1,8 million de francs, se veut un lieu de «coworking» inédit. Il vient d’ouvrir ses portes Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Hodgers veut 30% de surface arborisée à Genève
Plus...