Le chômage partiel explose à un niveau jamais atteint

EconomieQuelque 21'000 entreprises ont déjà déposé un préavis. C’est quatre fois plus que lors de la crise financière.

Boris Zuercher, chef de la direction du travail du SECO, s'exprime lors d'une conférence de presse à Berne sur le coronavirus.

Boris Zuercher, chef de la direction du travail du SECO, s'exprime lors d'une conférence de presse à Berne sur le coronavirus. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En 2009, au plus fort de la crise financière, 5000 entreprises suisses avaient émis un préavis pour toucher le chômage partiel et, ainsi, éviter de devoir licencier du personnel. Cela représentait alors 92'000 employés. Ce record est pulvérisé par le coronavirus, qui met toute une partie de l’économie à l’arrêt. À l’heure actuelle, le Secrétariat d’État à l’économie (SECO) confirme que 21'000 entreprises totalisant 315'000 employés sont dans cette situation. «Nous nous attendons à ce que ce chiffre augmente encore, et nous partons du principe que la majorité des préavis se concrétisent en demandes réelles», précise Boris Zürcher, chef de la Direction du travail au SECO.

En pourcentage, les chiffres sont tout aussi impressionnants, puisque cela représente 6,1% des entreprises du pays. Le Tessin est clairement le canton le plus touché, avec plus d’un quart (27%) des sociétés ayant déposé une demande de chômage partiel. Par secteur, c’est la restauration qui est le plus massivement affectée, suivie de la culture, des transports et des commerces. Mais Boris Zürcher se montre confiant. Pour lui, le système va fonctionner. «Les démarches ont été grandement simplifiées. Le formulaire pour demander le chômage partiel a été réduit drastiquement. Tout a été minimalisé. Les employeurs peuvent dorénavant indiquer le nombre d’heures perdues et ils recevront directement ou presque un paiement.»

La question des liquidités

Cette hausse massive des demandes pose toutefois la question des liquidités. En janvier, le SECO annonçait que le fonds de l’assurance chômage avait enfin remboursé ses dettes après la crise financière de 2009. Si le fonds est «financièrement sain» – une bonne nouvelle dans la situation actuelle –, l’explosion des préavis, et donc des demandes, pose un nouveau défi, et de taille. «Mais les liquidités sont là», assure Boris Zürcher.

Dans la pratique, la Confédération a la possibilité de prêter de l’argent à l’assurance chômage jusqu’à un montant de 8 milliards de francs par le biais de prêts en trésorerie, nous explique-t-on du côté de l’Administration fédérale des finances. Mais on rappelle aussi qu’un principe de frein à l’endettement est également prévu pour le fonds de l’assurance chômage, avec comme mécanisme une hausse des cotisations. «On alimente le fonds quand l’économie va bien, pour avoir des réserves quand elle va mal», illustre le service de presse du SECO.

Que représentent ces 8 milliards? Combien de temps vont-ils permettre au fonds de tenir? À combien se montent les demandes actuelles? Le Conseil fédéral peut-il mettre plus d’argent? À toutes ces questions, le SECO botte en touche, expliquant qu’il s’agit d’une situation inédite. «Cela va dépendre d’énormément de facteurs. Combien d’entreprises demanderont effectivement le chômage partiel et pour combien de temps? À ce stade, on ne peut se prononcer ni sur des chiffres, ni sur des estimations.»

Créé: 23.03.2020, 19h44

Articles en relation

Les supermarchés interdisent-ils l'entrée aux familles monoparentales?

Fact-checking Plusieurs parents ont été refusés à l'entrée d'un magasin d'alimentation? Leur péché? Être accompagné de leur enfant. Plus...

Les droits de frontaliers face au coronavirus

Covid-19 Le Groupement transfrontalier européen tient à rappeler les accords conclus entre la France et la Suisse. Plus...

Un doctorant bernois publie un tableau évolutif des données cantonales

Coronavirus Cet agrégateur met à jour les données toutes les heures sur les décès par cantons, les cas déclarés et la prévalence pour 10'000 habitants Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

C'est le week-end: restez chez vous!
Plus...