Le WWF peut recourir contre un herbicide

SuisseLe Tribunal fédéral estime que l'association peut participer à la procédure de réexamen d'autorisation pour le Quinoclamine, toxique pour les abeilles.

Le WWF s'oppose à l'autorisation du Quinoclamine, toxique pour les abeilles notamment.

Le WWF s'oppose à l'autorisation du Quinoclamine, toxique pour les abeilles notamment.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le WWF Suisse dispose de la qualité de partie et peut faire recours dans le cadre de la procédure de réexamen des autorisations pour les produits phytosanitaires, selon le Tribunal fédéral. Dans le viseur de l'organisation, le Quinoclamine, toxique pour les insectes.

En 2015, le WWF Suisse a appris que l'Office fédéral de l'agriculture (OFAG) menait une procédure de réexamen de l'autorisation pour le Quinoclamine. Il a alors demandé à participer à la procédure en arguant que cette substance herbicide était hautement toxique pour les abeilles sauvages et d'autres espèces d'insectes. Partant, le Quinoclamine menaçait la faune indigène et la diversité biologique.

Le TAF désavoue l'OFAG

L'OFAG a rejeté la demande du WWF en rétorquant que les associations à but idéal actives dans la protection de la nature et du patrimoine ne pouvaient exercer leur droit de recours que contre des décisions portant sur un territoire particulier. Saisi par le WWF, le Tribunal administratif fédéral (TAF) n'a pas suivi cet argument.

Saisi à son tour par le Département fédéral de l'économie, le Tribunal fédéral a confirmé la décision du TAF dans un arrêt publié jeudi. Il relève que l'article 12 de la loi sur la protection de la nature et du paysage régit le droit de recours et la qualité pour agir des organisations actives dans ce domaine.

Le réexamen autorisé

«Ni la lettre de cette disposition, ni l'historique de son élaboration, ni encore ses sens et but ne font référence à une limitation du droit de recours aux décisions visant un lieu déterminé», écrit le Tribunal fédéral. Dès lors qu'un produit phytosanitaire peut être mis à disposition sans autre autorisation, ses effets sur les espèces animales et végétales doivent pouvoir être examinés dans la procédure d'homologation et limités préventivement.

Les effets d'un tel produit ne se limitent pas a priori à un lieu déterminé, ajoutent les juges. Au contraire, les sols, les eaux et les milieux naturels de toute la Suisse peuvent être concernés. (arrêt 1C_312/2017 du 12 février 2018) (ats/nxp)

Créé: 08.03.2018, 12h22

Articles en relation

Les abeilles ont souffert des insecticides en 2017

Nature Un nombre inhabituellement élevé de colonies d'abeilles sont mortes l'an dernier. La cause principale de cette hécatombe: l'utilisation d'insecticides. Plus...

Des cantons se mobilisent en faveur des abeilles

Apiculture Les cantons de Vaud, du Jura et le Jura bernois participeront à un projet destiné à tester des mesures pour favoriser l'existence des pollinisateurs. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Conférence sur le climat de Katowice
Plus...