Le SRC espace son monitoring du djihad

SuisseLe Service de renseignement de la Confédération (SRC) service a enregistré 66 personnes à risques et 92 voyageurs du djihad. Leur nombre n'a pas bougé depuis février.

La menace terroriste islamiste s'est transformée, mais reste élevée. Le retour de voyageurs du djihad est l'un des enjeux.

La menace terroriste islamiste s'est transformée, mais reste élevée. Le retour de voyageurs du djihad est l'un des enjeux. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Suisse compte un peu moins de personnes présentant un risque en lien avec le terrorisme. Selon les nouvelles statistiques du Service de renseignement de la Confédération (SRC), les chiffres des voyageurs du djihad sont également stables.

En mai, le service a enregistré 66 personnes à risques et 92 voyageurs du djihad. Le nombre de ces derniers, partis de Suisse dans des zones de conflits n'a pas bougé depuis février. Le monitoring du djihad sera donc publié désormais tous les six mois au lieu de trois, annonce vendredi le SRC.

Aucun départ vers la zone de conflits irako-syrienne n'a été enregistré depuis 2016. Depuis 2001, 77 départs ont été recensés vers la Syrie et l'Irak, 15 vers la Somalie, l'Afghanistan, le Pakistan et les Philippines. Parmi ces voyageurs, certains sont encore sur place ou passent d'une zone de conflits à une autre. 31 personnes sont décédées. Le nombre des retours se monte à 16.

Parmi ces 92 cas, 31 personnes sont détentrices de la nationalité suisse (dont 18 binationales). Le SRC estime à une douzaine le nombre de femmes liées à la Suisse s'étant rendues en Syrie ou en Irak. Sept enfants ayant au moins un parent au bénéfice de la nationalité suisse sont concernés par cette problématique même s'ils ne sont pas comptabilisés dans la statistique globale.

Selon le SRC, une vingtaine de voyageurs du djihad avec le passeport suisse (enfants inclus) se trouveraient actuellement dans la zone de conflits irako-syrienne. Ce chiffre peut toutefois évoluer en raison de l'instabilité politique dans la région.

624 internautes repérés

Dans le cadre de la prévention du terrorisme, le SRC procède également à un monitoring des sites Internet publics ainsi que des médias sociaux utilisés par les djihadistes. Depuis 2012, 624 internautes (606 en novembre 2018) ont ainsi été repérés pour avoir diffusé du matériel prônant l'idéologie djihadiste, ou s'être connectés avec des personnes qui défendent les mêmes idées.

Le SRC organise des auditions préventives et peut demander pour les étrangers des interdictions d'entrée en Suisse, des expulsions, des révocations du statut de séjour et des signalements de recherches de personnes. Lors de soupçons d'actes répréhensibles, le SRC transmet ces cas aux autorités de poursuite pénale.

Le cercle des «personnes à risques» dont le total est revenu de 80 en novembre 2018 à 66 en mai ne se limite pas aux djihadistes. Le SRC utilise une combinaison de critères très précis où une référence concrète à la violence est décisive. Toutes les personnes sont signalées à l'Office fédéral de la police (fedpol) et au Ministère public de la Confédération.

Menace élevée

Selon le SRC, la menace terroriste islamiste s'est transformée, mais reste élevée. Le retour de voyageurs du djihad est l'un des enjeux. La Suisse est également concernée, tout comme ses voisins européens, par le traitement des cas de djihadistes sortis de prison ou de personnes radicalisées en détention.

Il faut s'attendre à des attentats plus simples, préparés par des acteurs isolés ou par des petits groupes. Ils risquent de viser des cibles faciles, comme des rassemblements de personnes ou des infrastructures de transport, estime le directeur du SRC, Jean-Philippe Gaudin. (ats/nxp)

Créé: 24.05.2019, 12h17

Articles en relation

Faire revenir les revenants du djihad

L’éditorial Plus...

Condamnée en Irak, une djihadiste supplie Paris

Justice Une Française condamnée à la perpétuité en Irak et qui assure avoir rejoint l'EI contre son gré implore la France de «lui laisser une chance». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Un arbre s'abat au cimetière des Rois
Plus...