Le FC Zurich accuse des «casseurs»

FootballSuite aux déprédations commises en marge de la finale de la Coupe de football à Berne, le FC Zurich défend ses supporters et rejette la responsabilité sur des casseurs. La police bernoise rejette cette version.

Les fans du FC Zurich marchent dans la vieille ville de Berne, le 21 avril 2014.

Les fans du FC Zurich marchent dans la vieille ville de Berne, le 21 avril 2014. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Au total, 45 participants à la marche des fans zurichois avaient été arrêtés lundi. Les 15 personnes qui restaient encore en détention ont été libérées ce mardi. La grande majorité de ces 15 personnes viennent du canton de Zurich et ont moins de 30 ans, selon la police.

Une douzaine de fans sont visés par une plainte, a déclaré mardi à l'ats M. Manuel Willi, chef de la police régionale bernoise. Les motifs des plaintes vont de l'émeute au pillage, en passant par les déprédations, les lésions corporelles, la violence et la menace contre des représentants des forces de l'ordre.

Le FC Zurich regrette les incidents, a affirmé Martin Guglielmetti, responsable de la sécurité au sein du club. Les responsables des dégâts, une cinquantaine de personnes, ne font cependant pas partie du cercle des supporters zurichois, selon lui. Ils sont arrivés par un autre train à Berne, ont enfilé leurs cagoules puis se sont fondus dans la foule des fans zurichois pacifiques, a-t-il précisé, abusant ainsi du club et des fans.

Critique contre le FC Zurich

Une explication que la police bernoise a rejeté comme étant «indéfendable». Selon les informations, plus de trois quarts des personnes arrêtées faisaient clairement partie des cercles de supporters zurichois, a ajouté M. Willi. L'argumentation du FC Zurich montre que les clubs n'ont pas pris conscience du problème, selon lui.

«Si les soi-disant 50 casseurs sont arrivés à Berne par un autre train, pourquoi les responsables des fans ne nous ont-ils pas informés?», se demande le chef de la police. «Pouquoi personne ne nous a prévenus que des inconnus voyageaient avec les fans du club? Il n'y a eu aucun dialogue.» Le travail a également été difficile durant la préparation de la manifestation, selon la police.

Il n'y a eu au contraire aucun problème avec les fans du FC Bâle. Ceux-ci se sont cependant également éloignés de la route prévue pour la marche entre la gare et le stade. «Mais le club et les responsables des supporters ont gardé l'emprise sur les fans. On n'a pas vu ça chez les Zurichois», a encore affirmé M. Willi.

La finale, pas à tout prix

Le maire de Berne, Alexander Tschäppät (PS), a laissé sa colère exploser mardi. La finale de la Coupe appartient certes à la Ville fédérale, mais pas à n'importe quel prix, a-t-il déclaré à la radio SRF. La ville a tout fait pour rendre possible une fête populaire et pacifique. «C'est d'autant plus frustrant qu'une cinquantaine d'idiots n'aient rien respecté», a-t-il ajouté.

A l'avenir, la finale de la Coupe de Suisse de football ne devrait plus être disputée à Berne, a par ailleurs estimé le chef du Département bernois de la police Hans-Jürg Käser. «Une fois de plus, les policières et les policiers ont trinqué», rappelant que cinq policiers ont été blessés par des jets de pierres et de pétards.

Selon la police, les dégâts se montent à environ 40'000 francs, auxquels il faut ajouter la valeur des articles volés lors du pillage d'une boutique de souvenirs en vieille ville. Les commerçants concernés espèrent que les assurances de responsabilité civile couvriront les pertes.

Pression sur les clubs

M. Käser attend désormais que la ville de Berne s'adresse à l'Association suisse de football (ASF), organisatrice de la finale. L'ASF s'était déjà déclarée prête, en fonction de l'issue de la manifestation, à contribuer à hauteur de 200'000 francs aux frais de sécurité. La question de sa participation financière reste cependant ouverte.

Selon une information du quotidien «Der Bund», l'ASF veut d'abord clarifier si elle y est tenue au niveau juridique. Dans un communiqué, l'association a déclaré vouloir s'exprimer uniquement lorsque toutes les informations seront disponibles, «contrairement aux autres parties.»

La ville de Berne a convenu d'un «débriefing» avec l'ASF, les clubs et les représentants des fans. Une rencontre n'est cependant pas encore inscrite à l'agenda. (ats/nxp)

Créé: 22.04.2014, 18h54

Articles en relation

La finale de la Coupe de Suisse exaspère les autorités

Canton de Berne Chef de la police cantonale, le conseiller d'Etat bernois Hans-Jürg Käser exprime son ras-le-bol, suite aux débordements survenus lundi en marge de la finale de la Coupe de Suisse, disputée traditionnellement dans la capitale. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Dons d'organes: le Conseil Fédéral veut le consentement des proches
Plus...