Le Conseil fédéral se tâte sur le statut de «Mr Cyber»

SuisseLe Conseil fédéral n'est pas parvenu à se mettre d'accord sur le nouveau centre de compétences en cybersécurité et sur le poste de «Mr Cyber».

Le centre de compétence en cybersécurité de la Confédération prend à nouveau du retard.

Le centre de compétence en cybersécurité de la Confédération prend à nouveau du retard. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La question de la cybersécurité agite beaucoup de monde dans l'administration fédérale mais il faudra encore patienter pour avoir la réponse. Le Conseil fédéral n'a en effet pas réussi à trouver un terrain d'entente mercredi sur le futur centre de compétences et a reporté sa décision à 2019, révèle la Neue Zürcher Zeitung dans son édition du jeudi 20 décembre.

Les membres du gouvernement ont trébuché sur le niveau hiérarchique du futur «Ms. ou Mr. Cyber». Le Département fédéral des finances (DFF), actuel responsable de la cybersécurité, souhaite placer la nouvelle entité au sein de l'Unité de pilotage informatique de la Confédération (UPIC).

Différends hiérarchiques

Rien de plus logique pour le DFF: la Centrale d'enregistrement et d'analyse pour la sûreté de l'information (Melani), qui fera partie du centre de compétences, y est déjà implantée. Le future organisation sera donc intégrée dans une structure existante.

La résistance est venue du Département de la défense (DDPS) et du Département des transports et de l'énergie (DETEC), qui ont rédigé des rapports conjoints sur le centre. Tous deux demandent de faire du projet une priorité absolue et de placer «Ms. ou Mr. Cyber» sous la compétence directe d'Ueli Maurer en raison de son importance, notamment en matière de la politique de sécurité.

Décision attendue au début 2019

Nul ne conteste que le futur centre soit subordonné à l'UPIC du point de vue organisationnel, même s'il peut être ensuite externalisé. Le niveau hiérarchique de «Ms. ou Mr. Cyber», qui est tout aussi important, fait encore l'objet de discussions au sein du Conseil fédéral, qui hésite entre un spécialiste ou une simple représentation.

Le retard pris par la future organisation n'est pas fondamental puisque l'opposition ne porte que sur des compétences hiérarchiques. Le Conseil fédéral pourrait donc prendre sa décision lors d'une de ses premières sessions en 2019. Les ressources en matière de personnel et de finances seront également fixées à ce moment afin qu'elles soient comprises dans le budget 2020. (nxp)

Créé: 21.12.2018, 13h40

Articles en relation

Vers un centre fédéral pour la cybersécurité

Suisse Une commission fédérale souhaite la création d'une entité destinée à renforcer et coordonner les mesures de cybersécurité. Plus...

Cybersécurité: davantage de moyens demandés

Suisse Pour faire face à la cybercriminalité, le procureur de la Confédération veut un centre de compétences à l'échelle fédérale. Plus...

La cybersécurité préoccupe davantage les firmes

Entreprises Selon un sondage auprès des conseils d'administration, l'importance de la sécurité sur internet augmente toujours plus. Mais il y a encore de gros retards. Plus...

La FINMA s'inquiète de la cybersécurité en Suisse

Internet Le directeur Mark Branson a plaidé en faveur de la création d'un centre national de compétences, soulignant le retard pris par la Suisse. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Parlement veut plus de femmes à la tête des grandes entreprises
Plus...