La part des femmes fait un bond et se rapproche de la parité

Élections fédérales 201942% de femmes siégeront au Conseil national contre 31,5% actuellement. Une féminisation qui va de pair avec un rajeunissement.

Lisa Mazzone (Vert) et Carlo Sommarruga le 20 octobre, lors des résultats des élections des représentants genevois au Conseil national et 1er tour du Conseil des États.

Lisa Mazzone (Vert) et Carlo Sommarruga le 20 octobre, lors des résultats des élections des représentants genevois au Conseil national et 1er tour du Conseil des États. Image: MAGALI GIRARDIN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Vague verte», «tsunami vert», «raz-de-marée écolo». Les métaphores climatiques ont plu dru dimanche soir dans les médias. «Mais il y a eu aussi une vague féminine!» s’exclame Yvonne Schärli, présidente de la Commission fédérale pour les questions féminines (CFQF). Effectivement, le nombre d’élues est passé, de 2015 à 2019, de 31,5% à 42% au Conseil national. En chiffres absolus, cela donne 84 femmes sur 200 sièges. La progression est spectaculaire. Elle s’explique par la mobilisation des associations féminines, la grève des femmes dans la rue et un nombre record de femmes candidates aux Chambres fédérales.

Qui est le champion de la cause féminine au sein du Conseil national? Le Parti socialiste. Il consolide sa première place en comptant 64% d’élues (voir tous les chiffres sur notre graphique). Il est suivi par les Verts qui franchissent allègrement la barre de la parité avec 60% d’élues. Ce sont eux aussi qui ont la plus forte progression féminine (+15%). Les Vert’libéraux sont extrêmement paritaires puisqu’ils comptent pile-poil le même nombre d’élus des deux sexes.

Cliquez ici pour agrandir le graphique.

Les partis de droite ont toujours plus d’hommes que de femmes dans leur représentation. Mais ils progressent tous, à l’exception du PDC (-5%). Mention spéciale au PLR qui fait un bond de 14% de femmes en plus. La conseillère nationale PLR Isabelle Moret, qui deviendra présidente du Conseil national en décembre prochain, s’en réjouit. Elle promet de poursuivre l’œuvre de la présidente actuelle Marina Carobbio (PS/TI) qui a mis la question féminine au centre de ses préoccupations. «Nous fêterons bientôt un anniversaire important en 2021: les 50 ans du suffrage féminin au niveau fédéral.»

Valais: le mouton noir

Face à la vague féminine, des bastions masculins résistent encore. «Il y a Appenzell Rhodes-Intérieures et Glaris», détaille Yvonne Schärli. «Mais le plus préoccupant, puisque ce canton compte 8 sièges au National, c’est le Valais. Aucune femme n’a été élue. Je ne me l’explique pas pour l’instant.» Face à ce mouton noir, elle se consolera en constatant que cinq cantons comptent plus d’élues femmes que d’hommes: Fribourg, Berne, les deux Bâles et Obwald. Suivent ensuite trois cantons avec une représentation parfaitement paritaire: Genève, Schaffhouse et Thurgovie.

Il faut enfin noter que la Suisse romande a perdu son rôle de pionnier en faveur de la cause féminine. Par le passé, certains Cantons avaient introduit le vote des femmes bien avant qu’il s’impose au niveau fédéral. Genève peut même se targuer d’avoir envoyé à Berne, en 1971, la première conseillère aux États de Suisse en la personne de Lise Girardin. Tempi passati. Aujourd’hui, la Suisse alémanique compte 45% d’élues, la Suisse romande seulement 34% au National.

Outre la percée des femmes, le nouveau parlement sera plus jeune et moins dominé par l’UDC et le PS. Rapide survol.

Les jeunes bousculent les seniors et le National rajeunit

Le parlement va rajeunir de cinq bonnes années. Les parlementaires auront en moyenne 49 ans. Derrière ce chiffre froid, la bataille entre les générations a été parfois impitoyable. Prenons le cas du nouveau benjamin du parlement: Andri Silberschmidt. Âgé de 25 ans, ce président des jeunes PLR s’est fait connaître en menant une campagne tranchante contre la grande réforme des retraites «Prévoyance 2020». Dimanche, il a éjecté le directeur de l’USAM, le sortant PLR Hans-Ulrich Bigler.

À gauche aussi, la jeunesse n’a pas pris de gant. La remuante ­Tamara Funiciello, ancienne présidente des Jeunesses socialistes, s’impose à Berne et laisse sur le carreau l’inamovible chef syndicaliste Corrado Pardini. Et puis, il y a ce passage de témoin des générations incarné par Lisa Mazzone (Verts/GE). La conseillère nationale était il y a quatre ans la benjamine du parlement. Aujourd’hui elle appartient déjà au club des notables et fait la course en tête pour le Conseil des États.

À l’inverse, le conseiller national Maximilian Reimann (UDC/AG) était le doyen d’âge en 2015. Il a été éjecté du parlement ce dimanche. Il partage son infortune avec son collègue sortant Luzi Stamm. Les deux hommes s’étaient pourtant présentés sous une liste «65+» susceptible de séduire l’électorat âgé. Eh bien non. Les deux élus ont été envoyés sucrer les fraises. Même chose pour le futur ex-président de l’USAM, Jean-François Rime. Tous les «vieux» au rancart, donc? Non, quand même pas. Le conseiller national Jean-Pierre Grin (VD) sort premier de la liste UDC. Il est le nouveau doyen du parlement.

Soupe à la grimace pour l’UDC et le PS

Pendant la nuit de dimanche, l’UDC a dû avaler une couleuvre supplémentaire. Ce n’est pas 11 mais 12 sièges qu’elle perd finalement au National (voir tableau).

Cliquez ici pour agrandir l'image.

Le parti est le grand perdant des élections fédérales. Lot de consolation? Il reste de loin le premier parti suisse. Soupe à la grimace également au Parti socialiste. Si le PS limite certes la casse au niveau des sièges (–4), sa force électorale tombe à 16,8% (–2%). Soit le plus mauvais score pour le parti depuis l’introduction de la proportionnelle en 1919. Christian Levrat, son président sur le départ, se console en soulignant l’avancée globale du camp de la gauche grâce au score canon des Verts.

Créé: 21.10.2019, 21h50

Articles en relation

Le nouveau parlement inquiète les patrons

Élections fédérales Le Centre patronal, de même que l’USAM, privée de ses relais à Berne, craignent pour les PME. Plus...

Un raz de marée Vert déferle sur le Conseil national

Genève C’est historique, les Verts genevois deviennent le premier parti du canton. Les Vert’libéraux entrent aussi pour la première fois au parlement fédéral. Plus...

Comment les 2212 communes de Suisse ont voté

EF2019 Cette carte interactive montre les résultats détaillés de l'élection du Conseil national 2019 - pour chaque parti dans chaque commune. Plus...

«La montée en puissance des Verts est spectaculaire»

Élections fédérales Pour Pascal Sciarini, il serait très surprenant que le tandem rose-vert ne soit pas élu aux États. Le politologue analyse les raisons et les effets de la vague verte de dimanche. Plus...

Doublement verts, les jeunes écologistes ont cartonné

Élections fédérales Affichant un score de 3,26%, les juniors de la formation environnementaliste sèment eux aussi leurs poursuivants. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Premier anniversaire des gilets jaunes
Plus...