La RTS critiquée pour son manque de neutralité

«No Billag»Des réclamations ont été adressées à la médiatrice de la RTSR en lien avec l'initiative. Une émission a dû être retirée du site Internet.

Ce n'est pas la première fois qu'un manque d'impartialité est reproché aux collaborateurs de l'institution.

Ce n'est pas la première fois qu'un manque d'impartialité est reproché aux collaborateurs de l'institution. Image: Steeve Iuncker-Gomez

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

C’était le 1er février, dans l’émission humoristique Complètement d’enquête de Couleur 3. À la fin d’un reportage bidon dans un château, l’aristocrate habitant les lieux déclare: «En partant, n’oubliez pas de régler la visite. Parce que, même si vous n’avez pas tout visité, perso je n’écoute jamais votre émission, mais par principe, je paie ma redevance.» Une allusion claire à la votation du 4 mars prochain sur l’initiative «No Billag», qui exige la suppression de la redevance radio-TV, laquelle nourrit Couleur 3.

«Prosélytisme»

Pour Philippe, qui écoutait la radio à ce moment-là, cette pique a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. «Sidéré par le prosélytisme de Couleur 3», l’auditeur a déposé le jour même une réclamation auprès de l’organe de médiation de la RTSR, qui assure un mandat indépendant (la procédure est pendante, c’est pourquoi son prénom a été changé). Pour l’entrepreneur, c’est clair, l’institution n’est pas neutre dans cette campagne. «Les collaborateurs de la RTS bénéficient d’une tribune ouverte permanente et ils en profitent pour multiplier les sous-entendus», s’agace-t-il. Son avis est partagé par d’autres. L’émission musicale De l’espace du 19 janvier sur Espace 2 a été retirée du site de la RTS suite à une plainte similaire. «L’émission est sortie de son mandat éditorial et a manqué au devoir de réserve qui doit être appliqué durant une campagne politique», confirme la porte-parole de la RTS, Barbara Stutz.

Critiques récurrentes

Ce n’est de loin pas la première fois que les employés de la RTS sont critiqués pour leur manque d’impartialité par rapport à «No Billag». Pourtant, ils sont censés modérer leurs ardeurs. À l’antenne, les journalistes de l’actualité sont tenus à un strict devoir de réserve. Les animateurs des autres programmes, quant à eux, ne doivent pas donner de consigne de vote à l’antenne, dans la presse ou sur les réseaux sociaux, selon une directive interne que nous nous sommes procuré. «Nous rappelons régulièrement aux rédactions d’observer une retenue particulière», indique Barbara Stutz.

Depuis la fin de l’année dernière, la médiatrice de la RTSR, Raymonde Richter, a reçu au total cinq réclamations en lien avec «No Billag», rapporte-t-elle. La situation est plus tendue outre-Sarine. Le présentateur de l’émission politique Arena de la SRF a été menacé de mort suite à sa supposée partialité lors d’un débat consacré à l’initiative et le médiateur alémanique a été inondé de plaintes. (TDG)

Créé: 09.02.2018, 07h38

Articles en relation

Le rejet de «No Billag» se renforce

Service public Mis en difficulté par un nouveau sondage de Tamedia, les opposants à la redevance critiquent l’attitude de la SSR. Plus...

Deux patrons de radios face à «No Billag»

Service public Florian Jeanneret et Antoine de Raemy font les deux du service public, mais seule la radio du premier touche la redevance. Portraits croisés. Plus...

Tout ce que vous devez savoir avant de parler de No Billag

No Billag Tout le monde a son avis sur No Billag. Pour en débattre en connaissance de cause, tout le monde devrait savoir ce que la SSR coûte et dépense. Voici des faits et des chiffres. Plus...

Gauche et droite, société civile et milieux économiques font front commun

Opposition à l'initiative «No Billag» Un comité unitaire genevois s'est constitué contre «No Billag», un texte «extrême» et «un suicide collectif de la démocratie». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Elections en Europe: les Verts progressent partout
Plus...