Drogue, alcool: des recettes pour aider les ados en rupture

Suisse romandeLa dernière brochure du GREA s'adresse aux professionnels. Les parents en mal de repères la liront aussi avec intérêt.

La couverture du nouveau manuel du  Groupement Romand d'Etudes des Addictions.

La couverture du nouveau manuel du Groupement Romand d'Etudes des Addictions. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le thérapeute belge Roland Coenen, spécialiste de l’éducation des enfants, le souligne: «Un adolescent difficile est un adolescent difficile à aider.» Cette vérité simple plaide pour la modestie quand il s’agit d’aider des jeunes en rupture (GREA dont la doctoresse Anne François, de l'Unité dépendances des HUG est vice-présidente). Des professionnels qui travaillent avec des ados dans le champ des addictions ont jugé utile de le rappeler en publiant un «manuel de réflexion et d’action» sur les prises en charge.

Consommation d’alcool, de cannabis ou de jeux vidéo: les adolescents affectés par des dépendances n’en finissent pas de poser des colles aux adultes. Combien de parents se faisant des cheveux blancs à ne plus comprendre leur enfant? Et de thérapeutes sollicités pour les aider mais n’y réussissant pas vraiment?

Réalisé au terme de plusieurs années de réflexion, ce manuel veut être un outil interdisciplinaire fondé sur des pratiques. Il rappelle quelques connaissances scientifiques. Il propose des pistes, signale des pièges et promeut des principes en concédant avec honnêteté que ceux-ci peuvent être assouplis à l’épreuve de situations limite.

Un point souligné est que la famille est toujours la porte d’entrée d’une prise en charge réussie. Quand un adolescent dérape, «c’est toute la famille qui entre en adolescence». L’adhésion des parents à la démarche est un facteur clef alors que ceux-ci résistent souvent à collaborer.

Sans banaliser, ni stigmatiser

Un autre principe défendu est que l’exclusion du jeune de l’école, du lieu de soins ou du foyer d’insertion se révèle presque toujours contre-productive. Présentée comme la sanction fatale, l’exclusion conduit souvent à la rupture sociale et aggrave la consommation. Sans banaliser le symptôme de la consommation ni le stigmatiser à outrance, le manuel préconise de le reconnaître et d’en négocier la réduction, pas à pas.

Dans cet esprit, les auteurs défendent que les institutions se dotent d’une clause de non-renvoi.Les auteurs n’en sont pas moins pragmatiques. Ils soulignent que l’aide thérapeutique sous la contrainte peut faire sens. Elle arrive parfois même à point nommé et permet d’agir précocement sur une situation qui menace de se péjorer. Elle ne doit surtout pas rebuter le professionnel à accompagner un adolescent qui consomme (TDG)

Créé: 12.03.2015, 10h41

Articles en relation

Fribourg ouvre un nouveau centre pour les addictions

Dépendance Le canton veut développer le travail déjà accompli dans la lutte contre le tabac, l'alcool ou le cannabis. L'Etat compte plus de 13'300 personnes dépendantes. Plus...

L’ école genevoise réussit son examen mais sans mention

Sondage «Tribune» Les lecteurs de la «Tribune» et des experts pointent une mauvaise prise en charge des jeunes en rupture. Plus...

L’aide pour trouver un premier emploi s’étoffe

Chômage des jeunes La plate-forme Check Your Chance a su gagner le soutien du SECO et poursuit son activité. Plus...

Trop de jeunes à l’AI: Berset sort une nouvelle idée

Assurance invalidité L'AI pourrait aussi introduire des incitations financières envers les entreprises pour des places d’apprentissage adaptées. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Papyrus: les régularisés gagnent plus et vont mieux que les illégaux
Plus...