Distribution d'eau potable privatisée à Zurich?

Votation 10 févrierLa révision de la loi cantonale sur l'eau prévoit une privatisation partielle de la distribution de l'eau potable. La gauche s'y oppose, estimant que l'eau appartient à tout le monde.

La loi zurichoise prévoit la possibilité pour des privés de prendre des participations dans les sociétés de distribution d'eau potables des communes.

La loi zurichoise prévoit la possibilité pour des privés de prendre des participations dans les sociétés de distribution d'eau potables des communes. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les citoyens zurichois se prononcent le 10 février sur la privatisation partielle de la distribution de l'eau potable dans le canton. La majorité bourgeoise et le gouvernement y sont favorables. La gauche s'y oppose.

La révision de la loi cantonale sur l'eau, approuvée par 84 voix contre 77 par le parlement zurichois, prévoit une privatisation partielle de la distribution de l'eau potable. Le PLR, l'UDC et le PDC ont soutenu le projet.

Pour la gauche, cette révision met fin à une tradition millénaire qui stipule que l'eau est un bien appartenant à tous et elle a lancé avec un succès un référendum. L'eau est un bien public et cela devrait figurer dans la loi, selon les Verts.

Point formel

Les partis bourgeois estiment de leur côté qu'il s'agit d'un point formel. Ce qui est déjà dans la loi fédérale n'a pas besoin de figurer expressément dans la législation cantonale. La révision approuvée par le parlement respecte le droit supérieur.

La loi zurichoise prévoit la possibilité pour des privés de prendre des participations dans les sociétés de distribution d'eau potable des communes. Elle stipule que les privés ne peuvent pas posséder plus de la moitié du capital et qu'ils ne disposent pas de plus d'un tiers des droits de vote.

Lors du débat au parlement, le conseiller d'Etat Markus Kägi a rappelé que la révision ne fait que confirmer ce qui est déjà une réalité. Aujourd'hui déjà, la distribution de l'eau potable est en partie en mains de privés ou de coopératives.

Pas le droit de faire des bénéfices

Pour les partis bourgeois, il est certain que ce sont toujours les communes qui dicteront les choses. Ils sont d'avis que des groupes comme Nestlé ou Coca-Cola ne vont pas investir dans ce secteur, car les sociétés communales n'ont pas le droit de faire des bénéfices avec la distribution d'eau potable.

Pour le PS, par contre, une ligne rouge a été franchie et un tabou a été brisé. L'approvisionnement en eau potable doit toujours être en mains publiques. La recherche de profit n'a pas sa place dans ce domaine.

Bien commun en mains publiques

Des cantons ont déjà écarté toute idée de privatisation de l'eau potable. C'est notamment le cas de Fribourg et du Jura. En 2011, le parlement fribourgeois a adopté une nouvelle loi sur l'eau potable qui stipule que sa maîtrise et sa distribution restent en mains publiques. En 2016, le canton du Jura s'est doté d'une loi qui spécifie que l'eau est un bien commun et que son approvisionnement est en mains publiques.

En 2001, deux promoteurs privés ont projeté d'exploiter l'eau issue du captage de Treytel, sur la commune de Bevaix (NE), en y associant une filiale de Nestlé. Face aux oppositions, ils ont finalement renoncé. (ats/nxp)

Créé: 22.01.2019, 10h12

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...