Cuve fissurée de Beznau: Greenpeace gagne

SuisseLe Tribunal administratif fédéral a donné raison à l'ONG, qui demandait à avoir accès à des documents sur la centrale nucléaire argovienne.

Une vue de la centrale de Beznau.

Une vue de la centrale de Beznau. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Greenpeace aura accès à certains documents concernant l'état de la cuve de pression du réacteur de Beznau (AG). Le Tribunal administratif fédéral lui a donné un feu vert partiel.

L'Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN) pourra caviarder une partie des pièces de ce dossier. La documentation en cause contient les résultats d'examens effectués à la demande de l'IFSN par l'exploitante de la centrale, la société Axpo Power, lors de la prolongation de l'autorisation d'exploitation de la centrale de Beznau, en 2010.

Droit restreint

En février 2015, Greenpeace avait demandé à pouvoir consulter ces pièces en se prévalant de la loi fédérale sur la transparence (LTrans). Le droit d'accès aux documents n'est toutefois pas illimité. Il peut être restreint pour tenir compte de secrets de fabrication ou de secrets d'affaires. Comme les documents décrivent notamment les processus qui ont permis l'examen de la cuve de pression, ils relèvent en partie de tels secrets, concède le TAF.

Leur protection l'emporte sur l'intérêt de Greenpeace à en prendre connaissance. Un caviardage de l'ensemble des documents en cause serait toutefois disproportionné. Par conséquent, l'IFSN se voit contrainte d'accorder à Greenpeace le droit d'examiner une partie des pièces, même si le caviardage partiel de la documentation, qui comprend près d'un millier de pages demandera un travail conséquent.

Greenpeace satisfaite

Greenpeace se montre satisfaite du jugement du TAF. Dans une prise de position, l'ONG souligne que cet arrêt met fin à «la pratique du secret de l'IFSN».

Les autorités ne peuvent plus cautionner la façon dont Axpo joue à cache-cache avec Beznau. Il s'agit là pour Greenpeace d'une victoire d'étape importante dans les aspirations de l'organisation de défense de l'environnement «d'apporter de la lumière dans la boîte noire de Beznau».

Le groupe Axpo a également exprimé sa satisfaction. L'important pour lui est que le secret des affaires puisse continuer à prévaloir. Sans quoi on pourrait perdre l'accès aux technologies les plus modernes, a précisé à l'ats le porte-parole du groupe énergétique Tobias Kistner. «Et la sécurité de nos centrales électriques en pâtirait». (arrêt A-1432/2016 du 5 avril 2017) (ats/nxp)

Créé: 26.04.2017, 10h26

Articles en relation

Si, la centrale Beznau peut résister à un séisme

Canton d'Argovie Des organisations de protection de l'environnement et des riverains de la centrale nucléaire argovienne réclamaient l'arrêt de l'installation mais l'IFSN répond être conforme aux lois. Plus...

Beznau et Gösgen doivent être vérifiées

Nucléaire L'Inspection fédérale de la sécurité nucléaire a posé une exigence suite à des anomalies sur des pièces forgées en France. Plus...

La cuve du réacteur 1 a des défauts de fabrication

Beznau Le réacteur 1 est à l'arrêt depuis mars 2015 après la découverte de 925 mini-trous sur la cuve de pression. Plus...

Greenpeace cherche des informateurs sur Beznau

Argovie L'organisation veut en savoir plus sur la plus vieille centrale nucléaire de Suisse. Pour ce faire, elle a lancé un appel, jeudi. Plus...

Beznau: Greenpeace critique Axpo

Centrale nucléaire L'organisation écologiste dénonce à nouveau le manque de transparence de l'exploitant qui refuse de participer à une audition publique sur l'état de la centrale. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.