Berne veut échanger des données avec l'OTAN

SuisseLe gouvernement veut passer par l'alliance militaire pour assurer la sécurité aérienne de la Confédération. Le Parlement tranchera.

Image: Archives/Photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La Suisse veut continuer d'échanger des données avec ses voisins pour surveiller son espace aérien. Elle devra toutefois passer à l'avenir par l'OTAN. Le Conseil fédéral a soumis vendredi un projet en ce sens au Parlement. La neutralité n'est pas menacée, selon lui.

Les données concernant la situation aérienne civile en Europe sont indispensables pour assurer la sécurité de la Suisse. Elles permettent de mettre en alerte les Forces aériennes à temps et de recourir à d’éventuelles mesures de police aérienne, souligne le gouvernement.

La question de l'échange d'informations était jusqu'ici réglée par des accords bilatéraux avec les États voisins. Pour des raisons techniques et financières, les pays membres de l’OTAN ne génèrent plus des images sur une base nationale mais dans le cadre de cette alliance militaire. L’Italie a déjà franchi cette étape et la France a annoncé son intention de le faire.

La Suisse ne souhaite pas perdre de telles données. L’OTAN lui offre la possibilité d'y accéder en tant que pays participant au Partenariat pour la paix. L'opération se fera dans le cadre du programme ASDE, auquel Berne veut adhérer.

Pas de problème de neutralité

L’OTAN et la Suisse ne partageront que les données pertinentes pour le service de police aérienne en temps de paix. Aucune donnée sensible d’un point de vue militaire ne sera échangée.

Berne ne fournira pas non plus de données susceptibles d’avantager un État opposé à un tiers dans un conflit armé. L'accord comporte en outre une clause spéciale permettant à la Suisse de suspendre unilatéralement et à tout moment l’échange de données, pour une durée dont elle seule décide.

Il n'y a donc, selon le gouvernement, aucun problème sur le plan du droit de la neutralité. D’autres pays neutres ou non membres de l'OTAN tels que la Finlande, l’Autriche ou la Suède participent déjà à l’ASDE et expriment des avis très positifs sur la qualité du système, souligne le Conseil fédéral.

Via l'Allemagne

La transmission en Suisse des données se fera via l’Allemagne, qui s’est proposée, en tant qu’État membre de l’OTAN et pays voisin, à accomplir cette tâche. Elle est donc aussi associée à l'accord.

La mise en place de l’interface avec l’ASDE coûtera 1,2 million de francs, puis les frais d’exploitation de l’échange de données devraient s'élever à 200'000 francs par an. La participation suisse ne requiert pas le versement de taxes annuelles ou de participation. Selon le gouvernement, il n'y a pas besoin de personnel supplémentaire. Le risque lié à la mise en œuvre technique est jugé faible. (ats/nxp)

Créé: 01.12.2017, 15h46

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Inquiétude chez les employés de TAmedia
Plus...