«Avec la nouvelle loi sur les jeux d’argent, la Suisse est en avance»

Votations fédérales du 10 juinLe texte combattu par référendum fait figure de modèle en Europe, selon un chercheur français.

La nouvelle loi sur les jeux d’argent veut notamment bloquer l’accès aux sites Internet étrangers.

La nouvelle loi sur les jeux d’argent veut notamment bloquer l’accès aux sites Internet étrangers. Image: Yvain Genevay

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La nouvelle loi sur les jeux d’argent, sur laquelle le peuple votera le 10 juin, veut notamment bloquer l’accès aux sites Internet étrangers et favoriser les exploitants légaux basés en Suisse. Le Conseil fédéral estime qu’elle offre des garanties contre les risques de manipulation, d’escroquerie ou de dépendance. Et il a raison, selon Christian Kalb, chercheur associé à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) à Paris et spécialiste des jeux d’argent.

Comment évaluez-vous la loi suisse en comparaison internationale?
Elle est en avance. La Suisse se positionne au côté de pays comme la Finlande et la Norvège. La loi est très bien rédigée et protège autant les consommateurs contre les dangers d’addiction que la société contre les risques de fraude, de blanchiment d’argent et de manipulation de compétitions sportives. Les opérateurs agréés devront déployer toute une série de mesures en ce sens. Ils ont déjà commencé, d’ailleurs. J’ai eu un échange avec la Loterie Romande, qui a mis en place des choses sur le jeu responsable pour anticiper la nouvelle législation.

La récolte de signatures pour le référendum a été financée par des entreprises de jeux étrangères comme PokerStars. Le marché suisse est-il si attrayant pour elles?
Ce n’est pas le plus gros marché du monde, mais c’est ce que ces opérateurs font toujours. Ils ont fait la même chose dans pas mal de pays européens. En Suède et aux Pays-Bas, ils ont fait du lobbying pour montrer quelle était l’utilité d’ouvrir le marché, de baisser le niveau de taxation et de prélèvements publics sur les jeux, à quel point ce serait mieux pour l’intérêt de l’État. Les arguments fournis sont toujours partiellement faux, mais cela a par exemple fonctionné en Suède. Une ouverture du marché y est prévue pour le 1er janvier 2019.

Les détracteurs de la loi considèrent que le blocage des sites étrangers pourra être facilement contourné…
Un système analogue existe notamment en France et en Belgique et il fonctionne très bien. Bien sûr, il y a toujours des gens qui contourneront les règles. Il n’est pas possible de relocaliser l’entier des joueurs, c’est-à-dire de les détourner de l’offre illégale pour les ramener vers l’offre légale, mais disons environ 90%. En France, c’est ce qu’il s’est passé.

Les opposants à la nouvelle législation critiquent aussi le verrouillage du marché.
On dit toujours que les monopoles, c’est dépassé. Mais le monopole, c’est l’État. La question, c’est de savoir où l’intérêt général est le mieux traité. Et à mon sens il est mieux traité dans un monopole d’État que dans une structure privée non contrôlée.

Préfère-t-on que ce soit un monopole d’État qui opère le marché, ou bien une société qui se trouve dans un paradis de jeu, incontrôlable et qui a potentiellement des liens avec le crime organisé?
Les nouvelles règles n’en feraient pas non plus assez pour protéger les joueurs de l’addiction. C’est contradictoire de la part de ceux qui mettent cet argument en avant car ils vont beaucoup moins loin que la loi. On pourrait toujours faire plus. Après, il y a un équilibre à trouver. Il faut quand même que le marché reste suffisamment attractif pour les joueurs. C’est pour cette raison que l’exemple finlandais est bon. L’offre y est très attractive tout en étant très contrôlée. Comme en Suisse. (TDG)

Créé: 10.04.2018, 20h00

Articles en relation

Berne plaide pour la loi sur les jeux d'argent

Votation 10 juin Le Conseil fédéral a lancé lundi la campagne en faveur de la loi qui sera soumise au peuple le 10 juin. Elle est combattue par un référendum. Plus...

Les jeunes bourgeois dénoncent une loi passéiste et nocive

Jeux d’argent Les Jeunes UDC, PLR et Vert’libéraux fustigent le «lobby» des casinos suisses et la censure du Net. Plus...

«Cette nouvelle loi sur les jeux d’argent est totalitaire»

Référendum Les jeunes de quatre partis nationaux lancent le référendum contre une loi qui va bloquer des sites étrangers en Suisse. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.