Passer au contenu principal

Télécommunications5G: la Suisse sous pression pour renoncer à Huawei

Le gouvernement américain est intervenu ces dernières semaines auprès du DFAE pour dissuader la Suisse d'adopter les technologies 5G de l'entreprise chinoise Huawei, qu'il accuse d'espionnage.

Où se trouvent les antennes 5G?

Les États-Unis font pression sur l'Allemagne et la Suisse afin qu'elles renoncent aux technologies chinoises de Huawei pour la construction de leur réseau 5G. Des représentants américains sont intervenus à plusieurs reprises ces dernières semaines sur ce sujet auprès du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), comme l'a confirmé un porte-parole du DFAE au journal SonntagsZeitung.

Les États-Unis affirment maintenant avoir trouvé la preuve que Huawei espionne pour le compte de la Chine. Le ministère allemand des Affaires étrangères a indiqué prendre l'information au sérieux.

En Suisse, la situation est différente et les avertissements des États-Unis restent lettre morte. Berne ne veut pas céder aux pressions de Washington malgré les preuves d'espionnage présumé. Contrairement à leurs homologues allemands, les autorités suisses voient le dossier Huawei davantage comme le théâtre d'une guerre commerciale que comme un problème de sécurité.

Affrontement pour la 5G

Deux couples s'affrontent pour la 5G en Suisse: d'un côté Sunrise et Huawei, de l'autre Swisscom et le suédois Ericsson. Lors d'un entretien avec Le Matin Dimanche, le patron d'Ericsson Börje Ekholm indique que «la Suisse est un marché très particulier», notamment car «les autorités ont attribué les fréquences très tôt et à de bons prix». Elle est aussi le leader européen de la 5G, selon lui. Une technologie qui «influencera toutes les activités économiques, notamment en termes d'innovation».

En fin de semaine dernière, des centaines de Suisses ont fait part de leur rejet de la 5G lors de rassemblements dans tout le pays. Elles répondaient à l'appel de Stop5Ginternational.org, qui ne veut pas que la technologie 5G soit imposée à la population et demandaient l'application du principe de précaution.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.