Passer au contenu principal

5G: les quatre points qu’il faut avoir en tête

La 5G arrive, mais qu’est-ce que c’est au juste? Et en quoi me concerne-t-elle? Petit vade-mecum.

Frappé par une intolérance aux champs électromagnétiques, un Vaudois témoigne de son quotidien

Différence par rapport à la 4G

La 5G permettra de multiplier le débit par mille lorsqu’elle aura déployé sa pleine puissance. Mais son principal atout réside dans la réduction du temps de latence, c’est-à-dire la durée de réaction entre un clic effectué sur votre smartphone, tablette, ordinateur ou TV connectée et le résultat. Ce temps se compte en millisecondes (ms). La 5G aura un temps de latence de 1 ms, soit 20 à 30 fois plus rapide que la 4G. Pour donner une idée: la 2G permettait de téléphoner, la 3G d’envoyer du texte (SMS), la 4G du contenu internet (vidéos). La 4G, plus rapide que l’ADSL, nous a fait entrer dans l’internet mobile, la 5G atteindra une vitesse équivalente à celle de la fibre optique.

Applications

Dans un premier temps, la 5G peut suppléer à l’absence de connexion via fibre optique, dans certaines régions non urbaines. C’est pourquoi Sunrise a commencé à déployer ses antennes dans 150 localités, le plus souvent périphériques. Cela offre notamment l’accès haut débit aux offres TV des opérateurs. Et une meilleure réactivité dans les jeux vidéo en ligne. Mais grâce à ce temps de latence raccourci (1 milliseconde), la 5G est surtout appelée à jouer les premiers rôles dans le déploiement de l’internet des objets (IoT, pour Internet of Things). Cela inclut la domotique (enceintes intelligentes de Google, Apple, etc.), qui connecte frigidaires, éclairage ou système d’alarme à une commande centrale, la voix par exemple. Bientôt, les voitures autonomes. Les secteurs médical (chirurgie) et industriel (chaînes de production 4.0) en seront les principaux bénéficiaires.

Dangerosité

Le duel entre partisans et opposants vire à la guerre de tranchées, au grand désarroi du public. Selon l’Association suisse des télécommunications, il n’y a pas de preuve avérée que les rayonnements non ionisants soient néfastes pour la santé. L’Office fédéral de la communication rappelle que «les caractéristiques des fréquences utilisées pour la 5G, y compris le rayonnement, sont identiques à celles de la 4G ou de la 3G», et que «les valeurs limites admises en Suisse sont dix fois moins élevées que dans les pays voisins». Nombre de personnes souffrent cependant d’électrosensibilité. Les effets des ondes millimétriques sur l’organisme ne sont pas encore connus. Un rapport d’étude réunissant plus de 170 scientifiques est actuellement relayé par l’organisation 5gSpaceAppeal.org. Cette dernière appelle à un moratoire de la 5G au niveau mondial.

Équipement

Pour profiter de la 5G sur son téléphone mobile, il faut qu’il soit compatible. Et donc en racheter un. Samsung (Galaxy S10 5G), Huawei (Mate X), Xiaomi (Mi Mix 3), mais aussi One Plus, ZTE, Orange, tous les constructeurs annoncent des modèles pour cette année ou 2020, comme Apple. Mais inutile de se précipiter: la 4G sera encore valable pendant une dizaine d’années.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.