Passer au contenu principal

«La 5G bafoue les droits de l'homme»

L'inquiétude grandit face aux antennes 5G. Ils étaient plusieurs milliers sur la Place fédérale ce samedi à dénoncer une «irradiation forcée».

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté samedi à Berne sur la Place fédérale contre la 5G. Ils estiment cette technologie dangereuse pour la santé, estimant que la population est soumise à une «irradiation forcée».

Plusieurs intervenants se sont relayés à la tribune pour dénoncer les risques sanitaires, environnementaux, démocratiques et sécuritaires liés à la 5G, a indiqué Frequencia dans un communiqué. Ils demandent par exemple un moratoire, la création de zones blanches, exemptes de toute onde et le remplacement de la 5G par la fibre optique «inoffensive».

Les autorités et le secteur des télécommunications ont essuyé de vives critiques. Ils sont accusés de «placer les intérêts économiques avant tout» et «de mentir à la population».

Signal fort

«La 5G bafoue les droits de l'homme», a-t-on pu lire sur l'une des nombreuses banderoles.

Le co-président de Frequencia, Tamlin Schibler Ulmann, s'est déclaré satisfait du rassemblement dans un communiqué: «Le fait que tant de personnes se soient réunies aujourd'hui constitue un signal fort contre l'introduction incontrôlée de la 5G».

Dans le canton de Berne, les opposants à la 5G ont lancé leur propre liste pour les élections fédérales, apparentée à celle de l'Union démocratique fédérale (UDF).

Frequencia est née après une première manifestation qui s'est tenue en mai dernier, rassemblant 2000 personnes à Berne contre la 5G.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.