41% des Suisses veulent renégocier l’accord-cadre

CH-UEUn sondage réalisé par Tamedia montre des divergences entre les partis et leurs sympathisants.

Le Conseil fédéral se prononcera sur l’accord-cadre avec l’Union européenne dans les prochaines semaines.

Le Conseil fédéral se prononcera sur l’accord-cadre avec l’Union européenne dans les prochaines semaines. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Plus de quatre Suisses sur dix (41%) estiment qu’il faudrait renégocier certains points de l’accord-cadre avec l’Union européenne (UE). Ce chiffre ressort d’un sondage mené par Tamedia (qui édite notamment ce journal) en collaboration avec les politologues de LeeWas. Les résultats ont été publiés dans «Le Matin Dimanche» et la «SonntagsZeitung» (lire encadré).

Comment interpréter cette prise de température? «Cela confirme le fait qu’il y a un sentiment d’insécurité sur les mesures d’accompagnement et les limites imposées aux aides d’État, réagit le conseiller national Carlo Sommaruga (PS/GE). Et que nous devons regarder quelles sont les possibilités de renégociation.» Yves Nidegger (UDC/GE) y voit le signe que cet accord n’a aucune chance: «S’il y a déjà une telle opposition avant toute campagne, imaginez ce que ce sera après!» Interprétation opposée de Philippe Nantermod (PLR/VS): «Nous sommes au début du processus et un cinquième de la population soutient déjà l’idée d’une signature immédiate.»

Fin mars, un sondage de l’institut gfs.bern mandaté par Interpharma concluait que 60% des Suisses soutenaient plus ou moins fortement l’accord-cadre. L’opinion change-t-elle? Carlo Sommaruga le pense. Mais Yves Nidegger estime que les questions sont différentes. «Lors du premier sondage, 43% des sondés disaient «plutôt oui» à l’accord, ce qui n’est pas un oui sans discussion. Ils peuvent donc avoir été favorables à une nouvelle discussion.»

La base se rebelle

Les détails de notre sondage révèlent certaines tensions entre les partis et leurs sympathisants. Ainsi, 42% des électeurs PS suivent l’avis de leurs dirigeants en demandant une renégociation. Mais 39% prônent une signature rapide. «Le PS est un parti social et proeuropéen. Nous avons dans nos rangs des membres qui poussent plus sur la question européenne et d’autres qui insistent davantage sur la protection sociale. Cette dernière est dominante», relativise Carlo Sommaruga.

Des divergences avec la base se constatent aussi chez les Vert’libéraux. Cette formation soutient l’accord-cadre. Or, 47% de ses sympathisants veulent rediscuter et seuls 35% sont prêts à le signer. «Depuis le temps que des partis et le gouvernement disent qu’il est possible de renégocier, il est normal que les citoyens pensent que c’est le cas, s’exclame Isabelle Chevalley (PVL/VD). Mais je n’en suis pas du tout certaine. Notre parti est le seul à dire que ce sera cet accord ou rien et qu’il faut prendre notre décision en conséquence.»

En février, le groupe parlementaire PLR a pour sa part approuvé le projet sans exiger de négociations supplémentaires, mais des précisions. Est-ce une question de nuance? 52% des électeurs PLR exigent des renégociations sur certains points. «On compare ici une opinion et une appréciation des faits, commente Philippe Nantermod. Nous souhaiterions nous aussi un pas supplémentaire, mais ce n’est pas à nous de décider.» Il conclut qu’il serait intéressant de savoir quelle serait la position des sondés s’il n’y avait pas d’alternative.

À l’UDC, 57% des électeurs rejettent l’accord, comme leur formation. Mais 27% veulent malgré tout rediscuter. «Il y a au sein de notre parti une aile souverainiste et une autre plus économique, réagit Yves Nidegger. Des gens se disent qu’on peut encore discuter, tout en conservant des lignes rouges. Mais nous n’arriverons pas à obtenir gain de cause sur ces points.»

EconomieSuisse, qui soutient la signature de l’accord, présentera mardi les résultats d’une étude montrant la position de l’économie à l’égard de l’UE. Le Conseil fédéral précisera sa position dans les prochaines semaines. Interrogé, le ministre de l’Économie, Guy Parmelin, est favorable à une nouvelle discussion. «Nous pouvons faire une contre-offre à Bruxelles! Ensuite, nous verrons ce qui est possible. C’est notre travail», dit-il dans le «SonntagsBlick». L’UE a pour sa part affiché sa fermeté à plusieurs reprises. (24 Heures)

Créé: 26.05.2019, 22h29

En chiffres

41%


des citoyens veulent exiger une renégociation de l’accord-cadre sur certains points, 26% le rejeter définitivement et 20% le signer rapidement. Les 13% restants ne savent pas.

32%


des sondés qui s’expriment en faveur d’une renégociation jugent que le domaine prioritaire est la protection salariale, qui doit être améliorée. Pour 27% d’entre eux, l’adoption de la directive sur la citoyenneté de l’UE doit être exclue de l’accord (afin qu’aucune prestation sociale plus élevée ne puisse à l’avenir être versée aux citoyens européens vivant ici). 14% mentionnent le rôle de la Cour de justice de l’UE, qui doit encore être restreint. Et 4% veulent une amélioration des règles relatives aux aides d’État.

Articles en relation

L’accord-cadre avec l’UE séduirait 60% des Suisses

Suisse Une majorité de citoyens sondés se prononcent en faveur de l’accord institutionnel. Les opposants relativisent. Plus...

«Sans accord-cadre avec l’UE, il n’y a pas d’accès au marché européen»

Interview Jörg Gasser, secrétaire d’État aux questions financières internationales, se livre avant son départ. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Manifs partout en Suisse
Plus...