Près de 1000 Romands ont arrêté de fumer

FacebookSur les 7008 inscrits au programme «J'arrête de fumer» sur Facebook, plus d'un tiers ont réduit leur consommation ou arrêté.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un participant sur trois ne fume plus ou fume moins après avoir misé sur Facebook pour dire adieu à la clope. Le programme s'adressait aux Romands et a duré six mois.

Sur les 7008 inscrits au programme «J'arrête de fumer» sur Facebook, lancé le 20 mars dernier, 37,6% d'entre eux ont arrêté leur consommation de tabac ou l'ont diminuée, a indiqué mardi un groupe d'experts, chargé d'évaluer cette méthode par le Fonds de prévention du tabagisme. Ainsi, 946 candidats (13,5%) ont complètement arrêté de fumer depuis six mois.

D'autres ont eu moins de chance: 1314 (19,6%) des participants essaient toujours d'arrêter, mais fument encore occasionnellement. Et 315 (4,5%) ont renoncé à l'arrêt, mais notent avoir diminué leur consommation.

Dynamique communautaire

«Le fait de s'inscrire pour se lancer dans l'arrêt avec d'autres candidats favorise la réussite», soulignent les experts. «Le partage d'expériences personnelles, de son état et des symptômes sur les pages Facebook» aident les candidats.

L'aspect public et l'engagement perçu envers les autres membres du groupe sont aussi un facteur de succès. Les experts mentionnent encore le sentiment d'appartenance à la communauté, comme l'identité de non-fumeur.

Depuis le 20 mars, les participants ont eu six mois pour mettre un terme à leur addiction. Les candidats ont ensuite reçu chaque jour et pendant les six mois du programme un conseil de désaccoutumance.

L'action est mise sur pied par des associations cantonales comme les différents centres d'information pour la prévention du tabagisme (Cipret).

Projet-pilote en Valais

Cette opération devrait se poursuivre en Suisse romande et être étendue à la Suisse alémanique en 2017. Deux grands cantons, Berne et Zurich, ont déjà manifesté leur intérêt.

Ce programme repose sur le projet-pilote mené depuis le 7 septembre 2015 dans le canton du Valais. Sur les 1000 participants, plus de la moitié des sondés sont non-fumeurs après trois mois. Selon les différentes méthodes utilisées, individuelles ou en groupe, il y a entre 5 et 20% de réussite.

L'évaluation a été menée par un consortium d'experts constitué du Behavoir Change Lab, du groupe de recherche en psychologie de la santé et du groupe de recherche sur l'influence sociale de l'Université de Genève. La taille de l'échantillon porte sur 1040 candidats inscrits. La moyenne d'âge des sondés est de 37 ans, dont 74% de femmes et 26% d'hommes.

(ats/nxp)

Créé: 27.12.2016, 12h41

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Coronavirus, suite
Plus...