Il a planifié que son ex soit jetée du barrage. Il prend dix ans

JusticeLe tribunal criminel de Fribourg a retenu la tentative d’instigation à assassinat et non au meurtre à l’encontre du charpentier de 35 ans qui avait commandité la mort de la mère de ses enfants.

Le barrage de Rossens (FR), du haut duquel l’accusé avait voulu faire précipiter son épouse, en faisant appel à un ex-employé.

Le barrage de Rossens (FR), du haut duquel l’accusé avait voulu faire précipiter son épouse, en faisant appel à un ex-employé. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La façon d’agir «particulièrement cruelle» a pesé lourd dans la décision des cinq juges. Le tribunal d’arrondissement de la Sarine, à Fribourg, a condamné ce mardi après-midi un père de famille à 10 ans de réclusion, assortis d’un traitement psychothérapeutique ambulatoire. Une peine inférieure de deux ans à celle requise la semaine dernière par le procureur Jean-Luc Mooser.

Ce charpentier du village de Farvagny, Jérôme* (35 ans), avait demandé à un ancien employé polonais d’éliminer son épouse (alors âgée de 29 ans) qui l’avait quitté un peu plus de six mois plus tôt. En la jetant d’un pont du village voisin de Corpataux ou du barrage de Rossens -un ouvrage haut de 83 m, sis au nord du lac de la Gruyère-, également à proximité immédiate. En échange de la somme de 10 000 fr. et de la Mini Cooper qu’il avait offerte à son ex.

A son procès mardi dernier, le trentenaire avait qualifié son plan diabolique d’«arrangement pour apaiser (sa) souffrance». Il n’a en outre jamais nié avoir voulu faire passer l’homicide pour un suicide. Le Fribourgeois avait heureusement été dénoncé aux autorités par l’ouvrier au lendemain de leur dernière rencontre de planification, en mai 2018 (lire nos éditions de lundi et mercredi derniers).

«L’accusé avait fait pression sur lui pour une exécution rapide de la victime», a déclaré le président du tribunal, José Rodriguez. «Il avait négocié un contrat pour engager des tueurs à gages, en rencontrant son ancien collaborateur au minimum à quatre reprises et se montrant précis sur le mode d’exécution». Les juges ont estimé que le plan était «suffisamment élaboré pour un passage à l’acte», et que le charpentier a fait preuve d’une «grande froideur affective» ainsi que d’une «détermination intense», le tout pour un mobile «purement égoïste».

La Cour a suivi le Ministère public sur le fait que Jérôme doit être reconnu coupable de tentative d’instigation à assassinat. Et non d’instigation au meurtre (ndlr: passible d’un minimum de 5 ans de prison, soit deux fois moins que l’assassinat), comme plaidé la semaine dernière par l’avocat de la défense, Me Olivier Carrel. Lequel reste d’avis que le trentenaire se trouvait dans un «profond désarroi» au moment des événements, ce qui justifierait une atténuation de la peine.

Son client a également été reconnu coupable de lésions corporelles simples, contrainte, séquestration, enlèvement, vol et dommages à la propriété pour des faits commis entre septembre et novembre 2017. Toujours au préjudice de la future ex-épouse du charpentier, dont il venait de se séparer.

Me Carrel n’a pas non plus été suivi s’agissant de la libération immédiate du père de famille durant le délai de recours - un appel devant le tribunal cantonal étant déjà au programme. L’homme de loi avait souligné que la détention pour motif de sûreté ne se justifierait plus en raison du risque de récidive de Jérôme, qualifié de faible par l’expert-psychiatre dans un récent rapport complémentaire.

Depuis quatre mois, les enfants du trentenaire -âgés de 8 à 13 ans- lui rendent visite certains mercredis après-midi à la Prison centrale de Fribourg, accompagnés par leur mère. Les conclusions civiles de la jeune femme (15 000 fr. pour tort moral) ont par ailleurs été admises par la Cour.

* Prénoms d’emprunt

Créé: 25.06.2019, 15h21

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Nobel de la paix au Premier Ministre éthiopien
Plus...