Wawrinka: «Et là, d’un coup, ma tête a pensé au tennis…»

TennisLe Vaudois a dû ranger au placard ses pensées négatives pour disposer de Ferrer. Chose faite. Place aux confidences.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Stan Wawrinka a réagi de fort belle manière mercredi soir pour entretenir l’espoir d’atteindre une nouvelle demi-finale au Masters. Après une défaite peu glorieuse (dans l’attitude) lundi contre Rafael Nadal et un début de match tout aussi poussif face à David Ferrer, le Vaudois s’est parfaitement ressaisi (succès 7-5, 6-2). Appelé à disputer une sorte de «quart de finale» vendredi contre Andy Murray, il pourrait carrément retrouver Roger Federer samedi dans une demie 100% helvétique, une année après avoir déjà connu un rendez-vous de folie avec son pote bâlois. Mais de cela, le No 4 ATP ne voulait pas parler après s’être défait du No 7. Tout juste désirait-il savourer sa victoire.

Stan Wawrinka, vous avez proposé une belle réaction ce mercredi soir…

Oui… Disons que mon jeu a commencé à être meilleur à partir de la moitié du 1er set. Les choses étaient plus claires dans ma tête et j’ai pu sortir du meilleur tennis. Plus proche en tout cas de celui que je suis supposé produire ici. Je suis heureux d’avoir pu retourner les choses en ma faveur alors que j’étais mené 1-4.

Votre début de match a effectivement fait craindre le pire…

Ça n’a pas été incroyable, c’est vrai, mais c’était déjà un peu mieux que contre Nadal. Je suis monté en puissance au fil de la partie, je me suis montré plus solide. Bien sûr, j’ai eu de la chance qu’il commette des erreurs lorsqu’il servait pour le set à 5-3. Mais bon, déjà là j’avais de meilleures sensations qu’au début de la rencontre et je pense que même s’il avait remporté cette manche, ça aurait été dur pour lui ensuite. Car j’ai gagné en agressivité et pris le contrôle des points.

Au lendemain de votre défaite contre Nadal, aviez-vous touché la raquette ou, comme vous le pensiez, vous aviez carrément mis le tennis de côté?

Mardi, je n’ai effectivement pas mis les pieds sur un court. Et je ne me suis pas rendu non plus au fitness. J’avais beaucoup trop de choses en tête à ce moment-là, je n’avais aucune envie de tennis, rien. Il fallait faire autre chose, sortir du négatif pour trouver une bonne énergie.

Peut-on dire que, contre Ferrer, vous avez gagné à l’orgueil?

Je me bats toute l’année pour ça, pour vivre ce Masters, et je n’ai pas le droit de passer à côté. De fait, je dois parfois me mettre quelques coups de pied au c… Cette victoire change tout. Sur le terrain, je voulais juste me battre, ne pas trop penser…

Grossièrement dit, votre tournoi a presque commencé à 4-1 pour Ferrer…

(Il sourit) Les choses ont commencé là. Tout à coup, sans trop savoir pourquoi, ma tête a décidé de se concentrer sur le tennis. J’ai alors cessé de penser à tout le reste. En tant que No 4 mondial, présent au Masters, il me fallait retrouver l’envie. Mais j’aurais bien entendu préféré ne pas devoir en arriver là et attendre ce moment pour lancer mon tournoi…

Une victoire vendredi contre Murray et vous serez une fois de plus en demi-finale…

Oui, et c’est bien que les choses soient aussi nettes avant de jouer ce match. Il n’y aura pas de calcul à faire. Les données sont claires, simples. Je sais ce que je dois faire. A moi d’y parvenir.

Cela fait plus de deux ans maintenant que vous n’avez plus affronté l’Ecossais. A quel genre de match vous attendez-vous?

Je pense qu’il ressemblera beaucoup à nos affrontements précédents. Ce devrait donc être une belle bataille, telle que celles que nous avons déjà connues. Ce sera intéressant de l’affronter et de voir comment je peux me préparer pour ce match. Andy sort à nouveau d’une très belle saison et il est très solide en «indoor», encore plus devant son public, un peu à la maison. Comme je l’ai dit, je n’attends rien de très différent de tous les matches que nous avons déjà joués l’un contre l’autre. Tout juste est-il peut-être davantage en confiance, davantage agressif… Encore que, comme moi, il a déjà connu des hauts et des bas dans ce Masters. On verra bien…

Créé: 19.11.2015, 07h29

Articles en relation

Stan Wawrinka relève la tête et le gant pour rêver encore

Tennis Vainqueur hier de Ferrer, le Vaudois entretient l’espoir de rallier le dernier carré. Il doit battre Murray! Plus...

Masters, Coupe Davis, paternité: l’agenda chargé d’Andy Murray

Tennis Attendu à Londres, puis en Belgique, le No 2 ATP va encore voir sa vie changer en février. Il assure être prêt à relever tous ces défis! Plus...

Federer: «J’ai eu peur d’arriver en retard»

Tennis Le Bâlois, coincé dans les bouchons, a failli manquer son rendez-vous avec Novak Djokovic. Mais, arrivé à temps, il a «dégainé» de l’immense tennis. Ce qui le réjouissait. Plus...

Après avoir plié sous le poids des maux, Wawrinka doit absolument rebondir

Tennis A la peine sur le plan mental lundi, le Vaudois est dans l’obligation de se ressaisir pour rêver encore des demies. Plus...

Federer: «Novak fait tout mieux que tout le monde»

Tennis Le Bâlois est épaté par ce que montre le Serbe en ce moment. Mais il ne se présentera pas en victime expiatoire, ce mardi soir! Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Cycle genevois toujours aussi inégalitaire
Plus...