Passer au contenu principal

Bâle a fait un grand pas vers les quarts

L'avenir des Coupes d'Europe se décidera mardi. En attendant, le FC Bâle a régalé à Francfort, en s'imposant 0-3 au match aller des huitièmes de finale de la Ligue Europa.

Les voyants étaient clairement au rouge pour le FC Bâle à l'heure d'entamer son huitième de finale d'Europa League contre l'Eintracht Francfort. Déjà parce que, contrairement aux Allemands qui viennent d'enchaîner trois matches depuis le début du mois, les Rhénans n'avaient plus disputé le moindre match officiel depuis celui qui leur a permis d'écarter l'Apoel Nicosie au tour passé, le 27 février. Ensuite et surtout parce que le FCB connaît un début d'année 2020 terriblement décevant, avec une seule petite victoire en championnat, le 8 février contre Zurich.

Dans l'ambiance de cathédrale de Francfort et de cette partie jouée à huis clos, les Bâlois sont pourtant parvenus à tirer leur épingle du jeu. Ainsi, cette saison 2019/2020 tronquée pourrait bien se terminer sur une excellente note pour les hommes de Marcel Koller, sachant qu'ils ont potentiellement livré leur dernier match de l'exercice. Tant la Super League que l'UEFA se prononceront effectivement en début de semaine prochaine quant à l'arrêt, ou non, des compétitions.

Dans ces conditions, le chef-d’œuvre réussi par Samuel Campo s'apparente à un dernier frisson avant la morosité qui risque de s'installer ces prochaines semaines. Placé à 20 mètres des buts adverses, le maître à jouer bâlois a botté un coup franc dont il a le secret. Brossé, puissant, millimétré, le tout dans la lucarne de la cage défendue par Kevin Trapp. Le genre de réussite idéale pour remplir l'album des souvenirs qu'il conviendra d'ouvrir quelques fois ce printemps, pour se rappeler à quoi ressemblait le football quand on pouvait encore y jouer.

L'entrée de Bua

Dans une rencontre longtemps avare en grosses opportunités de but, Bâle a manqué de creuser l'écart à deux reprises. Juste avant la pause (43e), sur un coup de tête un peu précipité de Silvan Widmer, et quelques secondes après le retour des vestiaires (47e), alors que Fabian Frei se trouvait en bonne position. La punition allemande a bien failli tomber à la 65e minute, au sein de l'un des rares moments forts de l'Eintracht. Sauf que Jonas Omlin a pu compter sur l'appui de son poteau gauche pour contrer la tentative d'Almamy Toure.

Et alors qu'on s'attendait à voir les Rhénans souffrir pour conserver leur avantage, ils ont profité de la fin de partie pour quasiment assurer leur qualification en quarts de finale, si quarts de finale il y a. Le tout grâce à un homme, Kevin Bua, rentré tout juste cinq minutes avant de donner une deuxième longueur d'avance aux visiteurs. Sur un service parfait de Campo, le Genevois se fendait une petite pichenette pour assommer Francfort (73e). Pas rassasié pour autant, le buteur portait même le coup de massue en offrant le 0-3 à Fabian Frei.

Oui, Bâle a livré une grande prestation mercredi soir.

Manchester United cartonne

Dans les autres rencontres de la soirée, Manchester United est aussi allé s'imposer à l'extérieur. Sur le terrain des Autrichiens de Linz, les Red Devils ont fait un petit peu mieux que les Bâlois en l'emportant très facilement 5-0.

Deux autres équipes se sont imposées à l'extérieur, prenant ainsi une option sur la qualification: le Bayer Leverkusen a gagné 3-1 en Ecosse contre Glasgow Rangers et le Shakhtar Donetsk l'a emporté 2-1 en Allemagne, à Wolfsburg.

Enfin, en Turquie, Basaksehir a battu Copenhague 1-0 et en Grèce, Olympiakos et Wolverhampton ont fait 1-1. La rencontre entre l'Inter et Getafe ainsi que celle entre Séville et l'AS Rome avaient été reportées.

Les matches retour sont prévus le 19 mars.

Florian Vaney/Sport-Center

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.