Timea Bacsinszky: «Est-ce une déchirure musculaire?»

TennisEliminée de Wimbledon après avoir ressenti une grosse douleur à la cuisse, la Vaudoise s'interroge.

Grosse désillusion pour Timea Bacsinszky.

Grosse désillusion pour Timea Bacsinszky. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

N’y allons pas par quatre chemins: ce samedi après-midi contre Agnieszka Radwanska, Timea Bacsinszky a laissé filer une belle occasion de s’inviter à nouveau en deuxième semaine de Wimbledon (défaite 6-3, 4-6, 1-6). Après un très bon premier set, la Vaudoise a en effet déjoué puis déchanté, ne parvenant pas à maintenir la cadence qu’elle avait imprimée pour enlever la première manche et laissant filer la rencontre. On ne sait pas à quel point son souci à la cuisse intervenu au cours du 2e set l’a gênée, mais il tient évidemment une part dans cette fin de partie manquée, garnie de nombreuses fautes directes.

Bien sûr, la Polonaise n’est pas n’importe qui à Church Road, où elle a déjà disputé une finale ainsi que deux demies, mais ses états de service de ces derniers temps, ajoutés à ses problèmes physiques (blessure au pied, virus…), laissaient penser que Timea pourrait filer en 8e de finale. A tort.

Au sortir de son revers, la Suissesse, défaite, est revenue sur sa journée noire. Morceaux choisis.

Timea Bacsinszky, à quel point la blessure a-t-elle influé sur le score final, à vos yeux?

Beaucoup, beaucoup (elle soupire)… C’est vraiment très frustrant, car j’avais de quoi passer l’épaule. Je pouvais la gêner comme je l’ai toujours fait par le passé et même encore durant le 1er set. Je n’étais ensuite plus capable de mettre du rythme, de pousser sur mes jambes.

A quel moment avez-vous exactement ressenti une gêne?

A 3-2 dans la deuxième manche, j’ai ressenti une douleur au quadriceps et jusqu’aux adducteurs. J’ai beaucoup souffert ensuite lorsque je devais me baisser. Je le répète, c’est frustrant, car j’étais très fière de la manière dont je jouais sur gazon cette saison. J’ai essayé de revenir, j’ai eu quelques opportunités, mais je ne pouvais pas faire plus…

Mine de rien, les chances de passer ont tout de même été là…

C’est clair que si j’avais converti mes possibilités de break au début du 2e set pour faire 2-0, puis éventuellement 3-0, ça aurait pu changer des choses, car j’étais meilleure, mais au tennis plusieurs facteurs entrent en jeu. On l’a vu aujourd’hui… Après ma blessure, je ne bougeais plus assez bien, Agnieszka s’en est bien sûr rendu compte et cela l’a boostée. Elle m’a fait jouer des balles basses, m’a fait cavaler. C’est devenu très difficile.

Quelle est la nature exacte de cette blessure?

Aucune idée pour l’instant. Est-ce une déchirure musculaire? Je ne l’espère pas, mais pour que j’appelle le physio, c’est vraiment que c’était grave. Je ne l’ai pas fait de manière préventive, mais bien car je souffrais. Même là devant vous, j’ai mal alors que je viens de prendre des antidouleurs. Je vais rentrer en Suisse me faire examiner et je vais voir ce qu’il faut faire. Je suis inscrite au tournoi de Gstaad et celui-ci demeure ma priorité.

Au-delà du pépin physique, à quel point êtes-vous déçue? Un peu, beaucoup, à la folie?

C’est une grosse déception, je ne vais pas le cacher. Parce que je me sentais bien cette année sur gazon, parce que je sens aussi que je me rapproche de mon meilleur tennis, celui que je pratiquais en 2015. Mais bon, j’entends prendre la positif, notamment car j’ai l’impression d’avoir fait un pas en avant par rapport à cette surface. Alors bien sûr, j’avance aussi en âge, mais je veux garder le meilleur en tête afin de continuer à m’améliorer. L’année est encore longue, il peut se passer encore beaucoup de belles choses…

C’était bien votre première apparition sur le Centre Court. Avez-vous ressenti quelque chose de particulier?

C’était cool, mais pour être franche, je ne me suis pas dit «waouh!». Je n’ai pas été submergée par la moindre émotion. J’avais déjà joué sur le court No 1 ici et, finalement, c’est assez similaire. (TDG)

Créé: 08.07.2017, 18h05

Articles en relation

Timea Bacsinszky: «J'aime de plus en plus le gazon!»

Tennis La Vaudoise a signé un très bon 1er tour pour évincer la championne olympique à Wimbledon. Elle a forcément apprécié le moment. Plus...

Timea Bacsinszky emportée par l’insolence d’une jeune fille pressée

Tennis La Vaudoise a laissé filer son rêve de finale. Le jour de son 20e anniversaire, Jelena Ostapenko a donné un bel échantillon de son immense potentiel. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Grève des travailleurs du bâtiment
Plus...