Passer au contenu principal

«Stigmatiser un président, c’est dégueulasse. Je veux rétablir la vérité»

Après le scandale des entraîneurs violeurs, le patron des patineurs refuse la démission. Il ne savait pas...

Didier Gailhaguet, président de la Fédération française des sports de glace, contre-attaque.
Didier Gailhaguet, président de la Fédération française des sports de glace, contre-attaque.
AFP

L’émotion soulevée jeudi 30 janvier par la publication du livre de l’ancienne championne de patinage française Sarah Abitbol (44 ans), «Un si long silence», n’est pas prête de retomber. Cet ouvrage où elle dénonce des viols et agressions sexuelles de son ancien entraîneur, alors qu’elle était âgée de 15 à 17 ans, déploie des effets qui remontent jusqu’à la tête de la Fédération française des sports de glace (FFSG) autour de la question de savoir si les dirigeants ont fermé les yeux ou négligé de prendre les mesures nécessaires envers un entraîneur déviant.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.