Thomas Lüthi soigne les détails dans la soufflerie du pont Butin

MotocyclismeLe pilote bernois était à Genève lundi. Pour préparer la saison prochaine avec sa nouvelle équipe 100% suisse. Ça décoiffe!

Un test aérodynamique en vidéo à la soufflerie.
Vidéo: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

C’est le monde à l’envers, mais pour la bonne cause. D’habitude, agrippé à sa machine, Thomas Lüthi fend l’air ambiant à grande vitesse. Sous le pont Butin, dans la soufflerie de l’Hepia (Haute Ecole du paysage, d’ingénierie et d’architecture de Genève), c’est exactement le contraire: sa moto est immobile, solidement arrimée, et c’est l’air qui circule vite autour. Très vite!

On aurait d’ailleurs tort d’imaginer un Tom Lüthi installé face à plusieurs ventilateurs géants. Non, c’est derrière lui, dans son dos, que se trouvent les imposantes hélices. L’air est en fait aspiré à l’intérieur d’une immense structure pour lui revenir de face, débarrassé des turbulences générées, et donc plus propre à restituer la réalité d’une course. Plus qu’une soufflerie, on pourrait parler d’«aspirerie».

Mais «Tom-Tom» n’est pas là pour jouer sur les mots. A l’intérieur d’un boyau rétréci, qui favorise l’accélération de l’air aspiré, il prend consciencieusement la pose, dans sa combinaison, bien calé derrière la bulle de sa Moto2, bardée de petites bandelettes reflétant l’écoulement de l’air. A l’abri du souffle, dans une petite cabine, plusieurs spécialistes analysent et notent les données des différents essais.

L’objectif est évident: améliorer l’aérodynamique. Ne serait-ce que de quelques centièmes ou dixièmes. Parce qu’en Moto2, les données sont claires et sensiblement identiques pour tout le monde: même moteur pour tous (Honda CBR 600 cm3 Fireblade), mêmes pneumatiques (Dunlop) et presque partout le même châssis (Kalex). La différence se fait donc au pilotage, grâce au staff technique (réglages) et, enfin, sur l’aérodynamisme. Précisément ce qui intéresse Lüthi à Genève.

«Pour faire la différence»

«C’est grâce à ces petits réglages, à ces détails, que l’on peut construire une performance… souffle-t-il. Cela prend du temps, mais c’est nécessaire. Parce que mis bout à bout, les détails font la différence.» Par exemple, en vitesse de pointe, sa Moto2 pourrait gagner, avec une aérodynamique efficace, près de 5 km/h. Juste de quoi faire la différence. Parce que Lüthi se plie à tout cela pour gagner! «Je suis désormais dans une nouvelle équipe, suisse, et je m’en réjouis, sourit-il. Tout se passe bien. J’ai bien sûr des ambitions pour la prochaine saison: je veux être constant, à chaque Grand Prix, pour pouvoir jouer les premières places systématiquement.»

Cette structure suisse est dirigée par Fred Corminboeuf. Le résumé: une structure, deux équipes, trois pilotes. Dominique Aegerter et Robin Mulhauser pour Technomag-Interwetten et Thomas Lüthi pour Derendinger-Interwetten. Deux équipes, pour satisfaire le règlement, qui n’en forment en fait qu’une. Lüthi et Aegerter seront donc coéquipiers, eux à qui l’on prête une rivalité fratricide.

Lüthi et Aegerter: amis!

«C’est faux, tranche Tom. C’est monté en épingle par certains journaux. Au contraire, nous nous entendons très bien. Après, il y a la course et en course, je ferai tout pour dépasser n’importe qui, y compris un coéquipier. C’est normal. Mais en dehors, bien sûr que nous collaborerons.»

Saine concurrence. Aegerter suivra d’ailleurs Lüthi ce mardi sous le pont Butin. (TDG)

Créé: 01.12.2014, 18h17

Galerie photo

Thomas Lüthi dans la soufflerie du pont Butin

Thomas Lüthi dans la soufflerie du pont Butin Le pilote bernois était à Genève lundi. Pour préparer la saison prochaine avec sa nouvelle équipe 100% suisse.

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Suisse: il fera beaucoup plus chaud et sec en 2050
Plus...