Passer au contenu principal

Sportive et festive, la Course de l’Escalade défile en clair-obscur

À mi-course, la 42e édition est déjà un succès. Royaume des contrastes, elle a autant couru que marché. Ce dimanche, au tour des minots, des cracks et des relayeurs de se mettre en scène.

Genève le 01.12.2019Organisation de la première course de relais.42e Course de l'Escalade, 46'602 coureurs sont attendus durant les deux jours du week-end sur la plus grande manifestation sportive de Suisse.© Steeve Iuncker-Gomez
Genève le 01.12.2019Organisation de la première course de relais.42e Course de l'Escalade, 46'602 coureurs sont attendus durant les deux jours du week-end sur la plus grande manifestation sportive de Suisse.© Steeve Iuncker-Gomez
Steeve Iuncker
Genève le 01.12.2019Organisation de la première course de relais.42e Course de l'Escalade, 46'602 coureurs sont attendus durant les deux jours du week-end sur la plus grande manifestation sportive de Suisse.© Steeve Iuncker-Gomez
Genève le 01.12.2019Organisation de la première course de relais.42e Course de l'Escalade, 46'602 coureurs sont attendus durant les deux jours du week-end sur la plus grande manifestation sportive de Suisse.© Steeve Iuncker-Gomez
Steeve Iuncker
Genève le 30.11.201942e Course de l'Escalade, 46'602 coureurs sont attendus durant les deux jours du week-end sur la plus grande manifestation sportive de Suisse.© Steeve Iuncker-Gomez
Genève le 30.11.201942e Course de l'Escalade, 46'602 coureurs sont attendus durant les deux jours du week-end sur la plus grande manifestation sportive de Suisse.© Steeve Iuncker-Gomez
1 / 102

Plus que jamais, la Course de l’Escalade est un spectacle de rue en clair-obscur, comme un tableau de Rembrandt. Aux Bastions, dans la pénombre constellée de lumière, les marcheurs arrivent en procession joyeuse. Ils ont le pas auguste ou traînant. L’allure svelte ou la dégaine bedonnante. La nuit a magnifié leur déambulation. Il y a là Jean-Louis Bottani, l’ancien big boss de la manifestation. Il marche comme un chef. «A Veyrier, c’était la fête et tout le long du parcours, les orchestres nous donnent le ryrtme». «C’est toujours aussi génial», résume une habituée aux anges. La majorité est féminine mais le walking ne fait pas de différence. Ici, se faire du bien est l’affaire de tout le monde.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.